Podcasts sur l'histoire

Une guerre dans les cieux : aux confins de l'espace extérieur et intérieur

Une guerre dans les cieux : aux confins de l'espace extérieur et intérieur

Y a-t-il une guerre en cours là-bas dans les confins de l'espace extérieur et donc intérieur, une guerre dans les cieux comme beaucoup l'ont évoqué ? S'il y avait une telle guerre, qu'est-ce que cela signifierait pour nous ici sur la planète Terre en termes de nos systèmes de croyances, de notre sécurité et de notre souveraineté ?

En 1995, Courtney Brown a créé le Farsight Institute pour enseigner les techniques de visualisation à distance. Au début de ses efforts, il était très ouvert sur ce qu'il faisait et ce qu'il « voyait ». Pendant un certain temps, il a publié sur son site Web les rapports les plus étonnants qui émergeaient de ses événements de visionnement à distance et d'autres. Ces rapports concernaient souvent les gouvernements, les extraterrestres et des événements catastrophiques qui, à cette époque, feraient tomber la plupart d'entre nous, lecteurs. Un jour, de tels récits époustouflants se sont arrêtés net, et beaucoup ont conclu que Courtney avait été approchée et après une "discussion" a été persuadée - comme tant d'autres - qu'il était dans le meilleur intérêt de toutes les personnes concernées de restreindre la divulgation de documents aussi sensibles.

En 1999, Courtney Brown a publié un livre intitulé COSMIC EXPLORERS : Scientific Remote Viewing, Extraterrestrials, and a Message for Mankind – maintenant épuisé – dans lequel il pose la réalité d'une guerre dans l'espace :

« Il y a une guerre dans l'espace et au-delà. Cette guerre vient d'atteindre nos frontières. L'enjeu n'est pas le réveil d'une humanité folle qui veut garder la tête enfouie dans le sable, mais un avenir de nos enfants qui libre de la peur, de l'emprisonnement, et peut-être de l'esclavage génétique ou même du génocide. Nous entrons dans une nouvelle étape d'une longue bataille dans laquelle nous devons lutter pour la survie de notre espèce. Nous vivons maintenant à une époque qui exige avant tout du courage. Si la fortune favorise les audacieux, notre destin doit l'être aussi."
* EXPLORATEURS COSMIQUES : vision à distance scientifique, extraterrestres et message pour l'humanité, Courtney Brown ; Dutton, 1999, http://www.farsight.org/

Cela soulève naturellement la question de savoir pourquoi les extraterrestres seraient toujours impliqués dans la guerre alors qu'ils sont apparemment si en avance, au moins technologiquement, sur nous, les terriens ? L'implication ici est que les ET sont à différents niveaux d'évolution. Certains sont en effet très avancés spirituellement, tandis que d'autres ressemblent peut-être davantage à des Borgs ou fonctionnent principalement à partir du cerveau reptilien classique. Les soi-disant initiés rapportent souvent que nos gouvernements traitent avec plus de 80 races extraterrestres différentes.

L'ancien texte sanskrit, Le Mahabharata, décrit de nombreuses races d'êtres étranges et leurs lignées. Il y a les antidieux, les Asuras et au sein des Asuras se trouvent les daityas (génies), les danavas (géants), les dasyus (barbares), les kalakanjas (esprits stellaires), les kalejas (démons du temps), les khalins (batteuses), les nagas (serpents), les nivata-kavacas (porteurs d'armures impénétrables), les paulomas (fils du sage Pulastya), les pisacas (mangeurs de chair crue) et les Raksasas (errants nocturnes). Les lignées étendues de ces êtres sont souvent répertoriées. [‘Les Dieux de l’Inde’/Alain Danielou]

Le concept d'autres mondes est une partie acceptée de la métaphysique hindoue. Les Puranas donnent de riches descriptions de ces mondes connus sous le nom de LOKAS. Les sept Lokas supérieurs sont Bhur Loka, Bhuvar Loka, Svar Loka, Mahar Loka, Jana Loka, Tapo Loka et Satya Loka. Les sept Lokas inférieurs sont Atalam, Vitalam, Sutalam, Tala-Talam, Rasa-Talam, Maha-Talam et Patalam. Tous ces mondes Loka sont souvent décrits de manière vivante et ce dernier, le Patala Loka est un véritable cauchemar reptilien macabre buveur de sang.

Ces mondes Loka sont-ils simplement des royaumes astraux, ou sont-ils de véritables civilisations planétaires ?

La meilleure question est : y a-t-il une différence ?

Si l'univers est un hologramme, alors tous les mondes contenus dans cet univers particulier expriment des taux variables de fréquences vibratoires et donc des localités dimensionnelles.

Tout comme la durée du temps, c'est-à-dire la manière dont vous vivez le temps, est une conséquence de votre conscience, votre emplacement est également fonction de votre conscience. Vous êtes là où vous êtes, en fonction de ce que vous pensez car vos pensées émettent des fréquences spécifiques.

Vers l'année 1995, Courtney Brown a donné une conférence à laquelle j'ai personnellement assisté. L'un des sujets dont il a discuté était que les petits extraterrestres gris avaient intentionnellement muté leur propre génome et subi des conséquences désastreuses imprévues. Selon M. Brown, les Gris avaient traversé une période de violence extrême, de cupidité et d'excès qui avait causé une terrible destruction dans leur monde. Ainsi, ils avaient pris la décision collective de débrancher la partie de leur ADN qui pouvait produire tant de « mal » dans leur matrice holographique. Malheureusement, cela les avait également coupés des expériences spirituelles exaltées. Une partie de leur programme d'hybridation avec notre génome humain consiste, espérons-le, à ressusciter la capacité de leurs formes corporelles émotionnelles à expérimenter une grande variété d'états de conscience spirituels.

J'ai naturellement trouvé cela très intéressant car c'était la preuve que les autres races d'êtres de cet univers évoluent et se déplacent également à travers les cycles du temps tout comme nous sommes ici dans 3 rd planète Terre dimensionnelle.

Je pense qu'à ce stade, il est maintenant crucial pour nous de réaliser que tous les extraterrestres ne se ressemblent pas - tout comme il existe un large éventail de comportements humains, les extraterrestres vivent donc dans leur propre fréquence de conscience unique et chacun d'eux a sa propre fréquence de conscience. point de vue sur la base de leur propre agenda. Ainsi, ce qui est bon pour eux ne l'est pas nécessairement pour nous en tant qu'humains.

Lorsque les extraterrestres se révéleront, il sera très tentant pour beaucoup d'entre nous ici de les déifier, de les idéaliser et de les suivre. Certains d'entre eux peuvent tout offrir, des technologies miracles aux voyages dans l'espace en passant par le salut spirituel. Nous devons apprendre à ressentir leurs intentions réelles et à affiner nos propres pouvoirs de discernement.

L'espèce humaine a été entraînée pendant des siècles à adorer une divinité extérieure et à attendre passivement le salut. Cet entraînement de Kali Yuga nous laisse très vulnérables aux ET du côté obscur. Nous nous prosternerons et vénérons à peu près n'importe quoi - des stars de cinéma aux idoles en passant par la consommation.

« J'habite dans le cœur de chacun. », Bhagavad Gita, [37.15.15]

« … Moi, le SOI, j'habite dans le cœur. », Uddhava Gita, Dialogue 15. 29

Dieu est dans le Cœur de chaque homme, femme et enfant. Une connexion inflexible avec le Dieu en nous tous protégera l'humanité de toute manipulation et tromperie possibles de la part de l'un des extraterrestres tyranniques pernicieux. Il existe déjà une myriade de cultes émergeant autour des transmissions extraterrestres.

ACHETEUR ATTENTION !

Ne faites confiance qu'au Dieu qui est en vous. C'est pourquoi j'ai placé le texte sanskrit du Brihadaranyaka Upanishad en haut de ce site Web. Je me souviens de la première fois que j'ai lu ce passage il y a des années, j'en étais complètement abasourdi. Je ne pouvais pas imaginer ce que cela pouvait signifier, et ce n'est qu'après des années d'études et de recherches que cela m'a frappé comme le proverbial train à grande vitesse.

Ce qui se passe métaphysiquement avec cette chose d'adoration prosternée, c'est que vous donnez en fait à tout ce que vous adorez, dans l'hologramme illusoire externe, votre énergie. Ainsi, quiconque vénère un autre - c'est-à-dire tout autre être sur cette terre ou de la myriade d'habitants des royaumes invisibles, dieux, anges ou extraterrestres - son énergie devient une nourriture « sacrificielle » pour cette entité. La façon actuelle de dire cela est - "Vous donnez votre pouvoir!"

Cet univers entier - un seul parmi tant d'autres - est un hologramme illusoire temporel. Sous l'illusion des multiplicités holographiques se trouve l'Unité, la Source, l'Immensité incommensurable, le Créateur immuable. Vous êtes une partie du Champ Unifié de cet Amour qui est aussi le Pouvoir Divin en tant qu'énergie, en tant que Force.

TAT TWAM ASI - Tu es ça !

Soulevez le « rideau de chaque atome » et vous trouverez votre SOI – ATMA.

Lorsque vous réaliserez votre Unité avec l'Isness, vous serez étonné de la puissance de l'Illusion qui doit vous amener à l'idée momentanée de la Séparation d'avec l'Un. Ce pouvoir d'illusion est l'art de MAYA et permet à l'Unité de jouer dans cet univers comme multiplicité.

Lorsque vous êtes connecté à l'Unité, personne ne peut vous utiliser, vous et votre énergie, et faire de vous un agneau sacrificiel pour ses propres besoins. Mais tant que vous sentez qu'« il est l'un et moi l'autre, il ne sait pas » – c'est-à-dire lorsque vous voyez un autre comme Dieu et pensez que vous ne l'êtes pas, alors vous ne le savez pas et êtes vulnérable.

La seule différence entre vous et les êtres sublimement illuminés que vous adorez, c'est qu'à travers leurs propres efforts, ils ont fait l'expérience de la Réalisation de Dieu, ils se sont souvenus de qui ils sont et savent que Dieu est dans le Cœur – et peut-être que vous ne l'avez pas encore fait !

Le but de la vie, surtout maintenant au crépuscule du Kali Yuga, est de se souvenir de qui vous êtes.

Il est évident pour moi que dans une guerre dans les cieux, nous, les êtres humains, n'avons tout simplement pas la technologie pour combattre des entités qui ont le pouvoir de passer d'une dimension à une autre.

Notre sanctuaire se trouve à l'intérieur – dans la conscience.

Les références

  • http://www.metaphysicalmusing.com/
  • La Bhagavadgita dans le Mahabharata, traduit par J.A.B. van Buitenen, University of Chicago Press, 1981
  • L'Uddhava Gita, L'enseignement final de Krishna, traduit par Swami Ambikananda Saraswati ; 2002, Ulysse Presse
  • Les Dieux de l'Inde/Polythéisme hindou, Alain Danielou, 1964
  • Traditions intérieures Internationale; 1985, New-York

Monde spirituel (au-delà)

Swedenborg décrit la création comme composé de deux « mondes » distincts et pourtant coexistants : le monde naturel et le monde spirituel. Le monde naturel comprend tout ce que vous voyez autour de vous : l'herbe, le ciel, les maisons, les autres, votre propre corps, etc. Le monde spirituel se compose des réalités invisibles que nous ne rencontrons pleinement qu'après la mort : le paradis, l'enfer et le monde des esprits entre les deux.

Dans le monde spirituel, les gens ont des corps, vivent dans des maisons, profitent de la vie en communauté et sont entourés de paysages semblables à ceux de la Terre, avec des plantes et des animaux familiers. Cependant, les choses fonctionnent très différemment dans la réalité spirituelle. Tout y est vivant et beaucoup plus vivant. Ce que nous voyons répond à ce que nous pensons. Nous avons toujours tout le temps dont nous avons besoin. Des individus particuliers ne sont aussi proches ou aussi éloignés que ce que nous pensons d'eux, et penser à une personne ou à un lieu peut réellement nous y amener.

En bref, alors que le monde spirituel peut ne pas sembler très différent du nôtre au premier abord, Swedenborg décrit un royaume où l'état intérieur des individus se reflète dans leur environnement et où toute vie provient de, et est soutenue par, l'amour et la sagesse du Seigneur.


Une guerre dans les cieux : aux confins de l'espace extérieur et intérieur - Histoire

Et à ce jour, [ceux] qui. connais le moi comme je suis Brahman [l'UN], deviens tout cet univers.
Même les dieux [tout autre être dimensionnel] ne peuvent l'empêcher de le devenir, car il est devenu leur Soi. . si un homme adore une autre divinité en pensant : Il est un et je suis un autre, il ne le sait pas.
Celui [qui ne sait pas] est comme un animal sacrificiel aux dieux. Autant d'animaux servent un homme, autant chaque homme sert les dieux. Même si un animal est emporté, cela provoque une angoisse chez le propriétaire, d'autant plus lorsque plusieurs sont emportés !
Par conséquent, il n'est pas agréable aux dieux que les hommes sachent ceci [qu'ils sont l'UN].
Brihadaranyaka Upanishad, I.iv.10

"La conscience brille sous diverses formes externes et internes.
Il n'y a pas d'existence d'objets en dehors de la conscience.
Par conséquent, le monde est simplement une forme de conscience."
Kalikakrama, tel que cité dans les Shiva Sutras traduits par Jaideva Singh


Guerre, gouvernement et pouvoir à la fin de la France médiévale

Les essais de ce livre décrivent la vie publique de la France de la fin du Moyen Âge, qui a établi sa position de leader de la société d'Europe occidentale au début du monde moderne. Un thème central est la contribution des écrivains, chroniqueurs et commentateurs contemporains, tels que Jean Froissart, William Worcester et Philippe de Commynes, à notre compréhension du passé. Qui étaient-ils? Quelle image de leur époque ont-ils présenté ? Leurs œuvres étaient-elles destinées à influencer leurs contemporains et quel succès ont-elles connu ? D'autres contributions traitent de l'exercice du pouvoir politique, des relations . Suite

Les essais de ce livre décrivent la vie publique de la France de la fin du Moyen Âge, qui a établi sa position de leader de la société d'Europe occidentale au début du monde moderne. Un thème central est la contribution des écrivains, chroniqueurs et commentateurs contemporains, tels que Jean Froissart, William Worcester et Philippe de Commynes, à notre compréhension du passé. Qui étaient-ils? Quelle image de leur époque ont-ils présenté ? Leurs œuvres étaient-elles destinées à influencer leurs contemporains et quel succès ont-elles connu ? D'autres contributions traitent de l'exercice du pouvoir politique, des relations entre la cour et les autorités dans les régions éloignées du royaume, et le rôle et le statut de la peine de mort comme moyen de dissuasion, de punition et de justice.


Une guerre dans les cieux : aux confins de l'espace extérieur et intérieur - Histoire

À propos de Zecharia Sitchin


L'un des rares érudits capables de lire et d'interpréter les anciennes tablettes d'argile sumériennes et akkadiennes, Zecharia Sitchin (1920-2010) a basé son best-seller La 12ème Planète sur des textes des anciennes civilisations du Proche-Orient. Suscitant à la fois l'intérêt et la critique, ses théories controversées sur les origines anunnaki de l'humanité ont été traduites dans plus de 20 langues et diffusées dans des programmes de radio et de télévision du monde entier.

Liens vers des interviews ou des apparitions récentes

Envoyer un e-mail au Webmaster
Veuillez noter que nous sommes attristés par le décès de Zecharia en octobre 2010.
Par conséquent, il n'est pas en mesure de répondre personnellement à vos demandes.
Veuillez utiliser cet e-mail pour envoyer des informations au webmestre et à ceux qui s'occupent de ses problèmes commerciaux. Il sera transmis aux parties concernées.

Un documentaire très spécial vient de sortir. C'est un regard personnel sur l'histoire de la vie de Zecharia Sitchin, de l'écolier curieux à l'auteur de renommée mondiale. Vous découvrirez comment Zecharia s'est intéressé aux sujets liés aux civilisations anciennes et a commencé à écrire La 12ème Planète et la série de livres qui a suivi !

Dans la deuxième partie de cette vidéo, vous entendrez des témoignages de première main de la famille et de ces amis qui ont voyagé à travers le monde avec Zecharia lors de ses voyages uniques pour l'expédition Earth Chronicles !

Il traite de la centralité de Jérusalem. Jérusalem pourrait-elle faire les gros titres aujourd'hui parce que les extraterrestres sont arrivés sur Terre il y a un demi-million d'années ? Une réponse inattendue qui ancre le présent dans le passé antique est donnée par l'auteur et bibliste Zecharia Sitchin dans cette conférence exclusive et présentation de diapositives. Environ 2 heures.

Les gens sont de plus en plus paniqués quant à savoir si le monde est sur le point de se terminer. De la fin du calendrier maya 2012 d'un long compte et du début d'un autre, aux nouvelles interprétations des prophéties bibliques plus tôt cette année, les gens sont inquiets, et il semble que trop souvent, les gens se demandent s'ils seront ici demain ou non. Morrison a dit que Nibiru n'est pas réel, qu'il n'y a pas de 10e planète dans notre système solaire (je compte toujours Pluton) et qu'il n'y a aucune raison de s'alarmer. Je suis sûr qu'il veut juste continuer son vrai travail et ne pas s'inquiéter de répondre aux questions des gens paniqués.

Les adeptes et les lecteurs de Zecharia Sitchin sauront que les informations sur Nibiru proviennent des Sumériens et de l'écriture et des artefacts qu'ils, ainsi que d'autres peuples anciens, ont laissé derrière eux. La prémisse de base qu'il a faite dans ses écrits est qu'il existe une 10ème planète (encore une fois, y compris Pluton) dans notre système solaire avec une orbite elliptique d'environ 3600 de nos années. Les gens de Nibiru sont venus sur Terre et ont découvert l'or dont ils avaient besoin pour aider à réparer leur atmosphère et ils ont commencé à l'exploiter. Une grande partie de la connaissance de ces peuples anciens, qu'ils connaissaient parce que les Anunnaki (ceux qui sont venus du ciel sur la Terre) leur ont dit, s'est réalisée, y compris la couleur et la taille de Neptune et d'Uranus, et l'existence même des planètes extérieures, bien avant que nos télescopes puissent les trouver. Les scientifiques soupçonnent même un autre gros objet dans la ceinture de Kuiper, qui pourrait être Nibiru. Supposons donc que les autres écrits aient aussi du mérite.

Selon Zecharia Sitchin, et discuté longuement dans son livre, La fin des jours, Nibiru ne devrait pas s'approcher de la Terre avant au moins plusieurs centaines d'années. Bien qu'il soit possible que des événements célestes aient eu un impact sur l'orbite de Nibiru et raccourci son cycle annuel de 3600 ans à quelque chose de moins, nous n'avons pas à nous inquiéter de sa présence près de la Terre pendant un certain temps.

Quand cela arrivera, cela causera-t-il des calamités ? Au cours de son existence, il a fait le tour du soleil et s'est approché de la Terre des milliers de fois. Quelques-uns d'entre eux ont causé des calamités sur Terre. Zecharia croyait que le déluge biblique avait été causé par l'attraction gravitationnelle de Nibiru, provoquant le glissement de la calotte glaciaire de l'Antarctique dans l'océan et la création d'un tsunami mondial qui inondait la Terre. Dans la préhistoire, Nibiru, ou ses lunes, ont pu entrer en collision avec la Terre, échangeant du matériel génétique qui a permis à la vie sur les deux planètes d'évoluer avec un ADN compatible. La plupart du temps, lorsque Nibiru s'est approché du système solaire près du soleil et des autres planètes connues, il n'y a eu aucun incident préoccupant.

Les lecteurs de l'ouvrage de Zecharia Sitchin seront enclins à croire qu'il existe un Nibiru et que les anciens Sumériens écrivaient à partir de la connaissance des Anunnaki sur la planète, son orbite, ses habitants, en particulier ceux qui sont venus sur Terre, et des origines de la vie. sur notre planète Terre. Ils diront, comme l'a fait Zecharia, qu'il n'y a aucun doute qu'il existe un Nibiru. Bien que nous convenions qu'il n'y a pas lieu de paniquer, nous sommes par ailleurs en désaccord avec Morrison sur ce sujet.

Mathieu Ossendrijver
Sciences 29 janvier 2016 :
Vol. 351, numéro 6272, p. 482-484
DOI : 10.1126/science.aad808

Pour plus d'informations, consultez l'article complet dans Science: http://science.sciencemag.org/content/sci/351/6272/482.full.pdf

J.Sitchin - 20 janvier 2016

Mise à jour de l'orbite
Après avoir parlé avec mon père, Amnon Sitchin, frère de Zecharia Sitchin, docteur en génie aéronautique et mécanique, et aussi la personne qui a calculé l'orbite de Nibiru pour mon oncle Zecharia, j'ai trouvé une nouvelle intéressante basée sur quelques calculs supplémentaires qu'il a faits. cette semaine:

Oui, vous avez bien entendu. Je ne sais pas si les astronomes de CalTech ont basé leur période orbitale estimée sur une orbite circulaire ou elliptique.Cependant, cette friandise signifie que je ne devrais pas rejeter cette planète comme étant Nibiru sur la base de cette période de temps orbitale estimée. J'ai évidemment besoin d'en apprendre davantage sur le mouvement planétaire et l'astronomie pour tirer des conclusions moi-même. J'espère que nous pourrons en apprendre davantage et découvrir qu'il s'agit de Nibiru ou que la recherche de cette nouvelle planète nous aidera également à trouver Nibiru.

Ce qui suit est le résumé de l'article dans Le journal astronomique au sujet des nouvelles découvertes concernant une autre planète de notre système solaire.

10m dont l'orbite se situe approximativement dans le même plan que ceux des KBO éloignés, mais dont le périhélie est à 180° du périhélie des corps mineurs. En plus de rendre compte de l'alignement orbital observé, l'existence d'une telle planète explique naturellement la présence d'objets de type Sedna à haut périhélie, ainsi que la collection connue d'objets de grand demi-axe avec des inclinaisons comprises entre 60° et 150° dont l'origine n'était pas clair auparavant. L'analyse continue des objets du système solaire externe à la fois distants et très inclinés offre l'opportunité de tester notre hypothèse ainsi que de contraindre davantage les éléments orbitaux et la masse de la planète lointaine. »

"Deux astronomes ont rapporté mercredi qu'ils avaient des signes convaincants de quelque chose de plus grand et de plus loin - quelque chose qui satisferait certainement la définition actuelle d'une planète, où Pluton est en deçà.

"Nous sommes presque sûrs qu'il y en a un là-bas", a déclaré Michael E. Brown, professeur d'astronomie planétaire au California Institute of Technology.

Ce que le Dr Brown et un autre professeur de Caltech, Konstantin Batygin, n'ont pas fait, c'est de trouver cette planète, il serait donc prématuré de réviser les mnémoniques des planètes pour l'instant.

Au contraire, dans un article publié mercredi dans Le journal astronomique, le Dr Brown et le Dr Batygin exposent un argument circonstanciel détaillé pour l'existence de la planète dans ce que les astronomes ont observé - une demi-douzaine de petits corps sur des orbites lointaines et hautement elliptiques.

Ce qui est frappant, ont déclaré les scientifiques, c'est que les orbites des six bouclent vers l'extérieur dans le même quadrant du système solaire et sont inclinées à peu près du même angle. Les chances que cela se produise par hasard sont d'environ 1 sur 14 000, a déclaré le Dr Batygin.

Une neuvième planète pourrait les rassembler gravitationnellement sur ces orbites.

Pour que les calculs fonctionnent, la planète serait assez grande - au moins aussi grande que la Terre, et probablement beaucoup plus grande - une mini-Neptune avec une atmosphère épaisse autour d'un noyau rocheux, avec peut-être 10 fois la masse de la Terre.

Il éclipserait Pluton, à environ 4 500 fois sa masse.

Pluton, à son point le plus éloigné, est à 4,6 milliards de kilomètres du soleil. La neuvième planète potentielle, à sa plus proche, serait à environ 20 milliards de kilomètres à son extrémité la plus éloignée, elle pourrait être à 100 milliards de kilomètres. Il faudrait de 10 000 à 20 000 ans pour effectuer une orbite autour du soleil. »

"Un autre résultat étrange dans les simulations : quelques objets de la ceinture de Kuiper ont été projetés sur des orbites perpendiculaires au plan des orbites planétaires. Le Dr Brown s'est souvenu que cinq objets avaient été trouvés sur des orbites perpendiculaires.

"Ils sont exactement là où nous les avions prédits", a déclaré le Dr Brown. «C'est à ce moment-là que ma mâchoire a heurté mon sol. Je pense que c'est en fait juste.'"

Lorsque la mission Voyager 2 est passée par Uranus et Neptune pour la première fois, leurs descriptions correspondaient aux anciennes descriptions sumériennes, comme discuté dans le livre de Zecharia Sitchin. La 12ème Planète. La couleur bleu-vert inhabituelle d'Uranus et sa nature aquatique ont été décrites par les Sumériens et confirmées par Voyager 2. Selon les Sumériens, Neptune a également été confirmé comme étant bleu-vert et associé à l'eau.

Sitchin indique que l'épopée sumérienne de la création appelle Pluton/Gaga la « Maison des eaux vives ». Voyons si New Horizons confirme cette description.

Notez que j'aimerais en savoir plus sur la description sumérienne de Pluton (Gaga en sumérien).

Complété à partir d'un manuscrit inachevé, Le roi qui refusa de mourir est un roman, tiré de faits de l'histoire de Gilgamesh et de sa quête de l'immortalité qu'il pensait être son droit d'aînesse.

  1. Réinvente l'épopée de Gilgamesh dans le contexte des découvertes de Sitchin
  2. Détaille les anciens rituels sexuels sumériens, la lignée Anunnaki des dieux qui vivaient à Sumer, la technologie des vaisseaux spatiaux Anunnaki, le fonctionnement de l'Oracle d'Anu et la relation de Gilgamesh avec la déesse lshtar

Passez une partie de la journée à lire, à discuter ou à réfléchir aux idées que Zecharia a partagées avec nous dans ses 14 livres sur les civilisations anciennes. Lisez les informations scientifiques actuelles sur les preuves de la présence d'eau sur Mars et pensez à Zecharia. Lisez les preuves scientifiques d'un autre objet de notre système solaire expliquant certains aspects de la dynamique orbitale des membres connus de notre système solaire, et pensez à Zecharia. Envoyez-moi ce que vous trouvez et j'inclurai une collection de ces preuves de connaissances anciennes redécouvertes aujourd'hui dans un prochain article.

J'ai eu de nombreuses demandes et questions qui me sont parvenues par e-mail et j'en ajouterai plus sur celles de cet espace si mon temps le permet, alors restez à l'écoute.

J.Sitchin - Septembre 2012 Ressources cunéiformes
L'une des questions fréquemment posées que j'ai reçues par e-mail des fans de Sitchin concerne l'endroit où ils peuvent en savoir plus sur l'écriture cunéiforme, y compris où ils peuvent apprendre à la lire par eux-mêmes et où les tablettes peuvent être consultées. L'autre question connexe est de savoir où Zecharia Sitchin a-t-il lui-même appris le cunéiforme ? Sur ce dernier, je ne peux que spéculer. À une époque antérieure à Internet, il était dans la bonne partie du monde pour se renseigner sur ces sujets et visiter des sites antiques. Plus tard, il s'est fait un devoir de voyager et d'organiser des visites pour voir des artefacts en personne.

Maintenant, à l'ère d'Internet, j'ai trouvé des informations intéressantes en ligne en quelques instants de recherche. Il existe une initiative de bibliothèque numérique cunéiforme (CDLI), parrainée par l'Université de Californie à Los Angeles et le Max Planck Institute for the History of Science. Leur site Web est http://cdli.ucla.edu. Les liens sur le site vous permettent de visualiser les ressources où se trouvent les tablettes cunéiformes, de visualiser les tablettes, de visualiser les translittérations des tablettes. etc.

La liste de who's who en cunéiforme, les universités auxquelles ces personnes ont été affiliées et la liste des lieux de collecte fournissent ensemble une réponse à "où apprendre". J'espère que cela aidera tous ceux qui souhaitent en savoir plus et voir par eux-mêmes le cunéiforme. Si vous n'étiez pas intelligent, questionneur et désireux d'en savoir plus, vous ne seriez pas intéressé par le travail de Zecharia Sitchin. C'est le fil conducteur entre le sexe, l'âge, la religion, l'éducation, le niveau de revenu, l'origine et la nationalité, et d'autres facteurs qui définissent les individus, que je peux attribuer à tous ses fans. Vous êtes un groupe de personnes très diversifié ! J.Sitchin - Février 2012 En mémoire
11 juillet 1920-9 octobre 2010
Un an s'est écoulé
Zecharia Sitchin
11 juillet 1920 - 9 octobre 2010

J'entends beaucoup de ses fans parce que je continue à maintenir ce site Web. J'espère pouvoir répondre à vos questions ou vous orienter vers les réponses si je ne suis pas en mesure d'y répondre moi-même. Quand j'aurai le temps, je posterai la liste des livres dans chaque langue, car vous êtes nombreux à me poser la question. J'essaierai également de trouver des ressources pour étudier l'écriture cunéiforme et suivre certaines des activités académiques liées aux écrits de Zecharia.

Pour vous tous, cette année a également été triste. Certains d'entre vous manquent d'un ami personnel, certains d'entre vous ont manqué l'occasion de rencontrer Zecharia en personne et de faire l'expérience de son esprit, de son humble comportement, de sa grande intelligence et de sa chaleur. Il aimait rencontrer et entendre ses fans. Ses chances d'interagir avec vous lors de séminaires l'ont soutenu. A peine un événement était-il terminé qu'il planifiait le suivant. Cette passion pour son travail faisait partie de ce qui l'a aidé à vivre une longue vie productive.

Nous proposons que le 9 octobre marque un Journée d'études de Sitchin chaque année, au cours de laquelle nous nous souvenons de Zecharia et partageons un peu de ses connaissances avec ceux qui nous entourent. Garder les idées de Zecharia en vie nous appartient maintenant, alors j'espère que vous envisagerez d'honorer Zecharia Sitchin chaque 9 octobre. J.Sitchin - 9 octobre 2011 9 octobre - Journée annuelle des études de Sitchin

Il y a un peu plus d'un an, alors que Zecharia Sitchin était occupé à faire des recherches, à écrire et à aller de l'avant avec le projet Nin.Puabi Goddess of Ur Genome, il lui est devenu extrêmement difficile de marcher. Bientôt, tout ce qu'il était si occupé à faire (même à 90 ans !) s'est soudainement arrêté : on lui a diagnostiqué un cancer de la prostate d'apparition définitive. En quelques semaines seulement, le matin du 9 octobre 2010, il nous a quittés et s'est dirigé avec grâce vers son prochain voyage. C'était une triste journée.

Il est difficile de croire qu'un an s'est écoulé depuis son départ. Bien qu'il ne soit pas là physiquement, les écrits, les recherches et les idées qu'il a donné vie, restent avec nous. Zacharie ouvrit une porte. nous invitant à nous renseigner, à étudier, à apprendre et à découvrir ou, dirons-nous, « redécouvrir » d'où nous venons. où nous allons. et comment nous sommes personnellement connectés. Nous attendons tous avec impatience le jour où ce type de connaissances sera accepté par le grand public et pourra être discuté ouvertement à plus grande échelle.

Que le 9 octobre ne devienne pas un jour triste. Au lieu de cela, que ce soit un jour pour célébrer Zacharie et se souvenir de lui. Que le 9 octobre devienne une "Sitchin Studies Day". une journée pour partager vos réflexions avec quelqu'un sur son travail et son héritage, pour lire certains de ses livres ou références, pour vous éduquer davantage, devenir plus sage, devenir connecté !

Il y a plusieurs années, un certificat a été remis à Zecharia pour son travail et ses réalisations tout au long de sa vie. Il se lisait comme suit :

Notre professeur, notre mentor.
Tu as ouvert devant nous la porte de l'histoire,
nous reconnecter à notre passé ancien.

Vous nous avez donné une excellente base
en sachant ce qui était.

Nous tenons à vous remercier pour votre recherche dévouée
et l'engagement à nous éduquer avec cette connaissance.

Tout comme Zacharie en hébreu signifie "Rappelé par Dieu",
nous aussi, nous nous souviendrons de ce que vous nous avez appris
et partagera ces connaissances avec les autres.

Tu es vraiment un rayon de lumière qui nous a tous touchés !

-- Avec une sincère admiration, Etudiants du Séminaire de Certification Sitchin --

Au nom de Zecharia, nous tenons à vous remercier d'être resté un véritable ami et fan !

J.Sitchin - Juin 2011 Mise à jour de l'étude du génome
Ceux qui ont lu le dernier livre de Zecharia Sitchin, Il y avait des géants sur la terre, sont conscients de la volonté de mener une étude du génome comparant l'ADN des os de "la Déesse d'Ur" au génome humain. Les progrès sont lents dans la mise en place des approbations et des demandes, mais soyez assurés que l'importance et la priorité de l'étude n'ont pas diminué. Les efforts pour faire avancer le projet sont en cours. Inner Circle rend hommage
Des histoires sur la vie de Zecharia Sitchin, ses tournées et ses voyages, des témoignages touchants et des discussions sur l'impact parfois bouleversant de son travail faisaient partie d'un hommage et d'un mémorial intime du "Cercle intérieur" à Zecharia qui s'est tenu le 15 mai 2011 à New York. .

  1. Le musée a été très coopératif et permettra selon toute vraisemblance que les os soient testés lorsqu'une personne ou une institution qualifiée se présentera pour le faire et satisfera à l'équilibre des exigences du protocole du musée qui sont toutes raisonnables. Ceci est actuellement en cours d'élaboration.
  2. Ceux d'entre vous qui ont envoyé des e-mails - nous vous remercions - mais à ce stade, tous les e-mails au musée devraient cesser car le bombardement d'autres e-mails exigeant le test ADN de Nin.Puabi par les fans de Sitchin ne fonctionnera que contre nous. Nous vous ferons savoir si une pression est nécessaire mais il est préférable maintenant de garder votre énergie en réserve.

Selon Google, il y avait plus de 50 000 sites Web de discussion répondant au titre du livre (lorsqu'il est entré entre guillemets) le dimanche 1er août, y compris des sites Web majeurs comme Facebook, et quelque 400 000 sites avec des critiques de livres. Dans le livre Zecharia Sitchin suggère que les restes squelettiques trouvés en Irak et conservés dans un musée à Londres pourraient bien être ceux de la déesse Nin.Puabi.

Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont envoyé et exprimé leurs meilleurs vœux de rétablissement de cette manière, car il n'est tout simplement pas possible de reconnaître et de remercier individuellement chacun séparément,

Intitulé "Origine de l'espèce d'un point de vue extraterrestre", l'article, écrit par Fois Le journaliste Corey Kilgannon, combine des informations sur la vie quotidienne de Zecharia avec des informations sur ses recherches, ses écrits et ses conclusions concernant la planète Nibiru, les Anunnaki et leur implication dans les origines et les civilisations de l'humanité.

L'article est accompagné de photographies en couleur prises par le photographe personnel Chester Huggins.

Le documentaire vidéo classique d'une heure "Are We Alone?", basé sur le livre de Zecharia Genèse revisitée, est désormais disponible dans un format DVD réédité. C'est le seul documentaire enregistrant l'interview historique à la caméra de Zecharia avec le Dr Robert Harrington de l'Observatoire naval des États-Unis, et des images originales de l'Union soviétique sur la mystérieuse perte du vaisseau spatial Phobos 2.

Zecharia a accepté une invitation à être l'invité d'honneur d'un déjeuner de remise de prix présidé par George Noory (animateur de l'émission de radio « Coast-to-Coast AM ») à l'exposition consciente Life Expo à Los Anglees le samedi 13 février 2010.
Zecharia prononcera le soir même un discours d'adieu intitulé :

En tant qu'auteur de treize livres traitant des origines de la Terre et de l'Humanité, je trouve déplacé que sa liste de citations ne mentionne pas l'éminent scientifique Enki Nibirukoff, dont l'œuvre majeure, Enuma elish en anglais la traduction s'intitule L'épopée babylonienne de la création. Sa prémisse centrale est que la Terre est l'avant-première d'un planète aquatique qui avait autrefois existé entre Mars et Jupiter et a été détruite dans une collision céleste avec un envahisseur-planète, l'autre moitié, brisée en morceaux, est devenue la ceinture d'astéroïdes et les comètes. Le premier chapitre de Genèse, qui est une version abrégée de Enuma elish, déclare que la terre sèche (= les continents) a émergé après que l'eau au-dessus et l'eau au-dessous aient été séparées par le bracelet martelé.

"Enki Nibirukoff" est mieux connu comme le dieu sumérien de la science, Enki, et Enuma elish a été expliqué par les assyriologues comme un mythe allégorique. Dans mes écrits La 12ème Planète (1976) et Genèse revisitée (1990) J'ai montré que le texte est en fait un cosmogonie sophistiquée cela explique la plupart des énigmes du système solaire.

Le débat au sujet de l'eau de la Terre (et de ses origines) devrait considérer comme une possibilité cette compréhension des savoirs anciens.

Alors, voyez-vous, alors que Nibiru est en orbite ?
Non, ce n'est pas (encore) une citation d'un rapport dans la revue scientifique La nature, mais c'est la conclusion d'une étude de six astronomes (dont un d'un institut de la NASA) publiée dans le numéro du 16 juillet 2009 du Journal.

La ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter serait le vestige de "quelque chose" c'était là et rompu. Alors comment se fait-il qu'il inclue des morceaux de matière trouvé seulement dans les confins du système solaire? L'énigme est aggravée par le fait que ces morceaux étranges contiennent matière riche en matière organique. Les découvertes du groupe : ce sont des morceaux d'"objets transneptuniens primordiaux" laissés dans la ceinture d'astéroïdes alors que des "comètes" ou des "objets semblables à des comètes" en orbite la traversent et entrent en collision avec ses astéroïdes, laissant derrière eux une "empreinte".

Remplacez « Nibiru » par sa « matière riche en matière organique » pour « des comètes ou des objets semblables à des comètes » lorsqu'il traverse périodiquement la ceinture d'astéroïdes, et vous obtenez la vraie réponse – un autre exemple de science moderne rattrapant les connaissances anciennes.

Un nouveau public
Je reviens tout juste d'une présentation de votre travail. Notre Société de Théophysique m'a demandé de donner une conférence sur votre livre : La fin des jours.

Quel événement cela a été !

Sur environ 45 personnes, il y en avait trois qui étaient déterminés à ne pas croire un mot de ce que j'avais dit. À la fin, l'un a convenu que j'avais peut-être raison, l'autre était moins dédaigneux qu'avant et l'autre est resté pour une longue période de questions-réponses. C'ÉTAIT SUPER.

C'est donc 25 maintenant
Félicitations chaleureuses pour la traduction en 25 langues ! Maintenant que vos livres seront publiés en chinois, ils ont véritablement encerclé le monde entier afin d'éclairer la conscience humaine.

Joyce K. / Amsterdam, Pays-Bas

Le cas de la « Planète Yo-Yo »
L'establishment scientifique et astronomique a été tout en émoi ces dernières semaines à propos d'une "planète Yo-yo".

Les planètes, ils le savent tous, apparaissent lorsqu'un disque de poussière tourbillonnant autour d'une étoile (un « soleil ») fusionne en morceaux qui continuent de croître jusqu'à ce qu'ils atteignent la taille planétaire. Puis ils ont tous cercle leur soleil.dans la même direction (généralement dans le sens inverse des aiguilles d'une montre) et dans le même plan d'orbite. Cette théorie intéressante est maintenant entrée en collision avec le nombre croissant de planètes "extra-solaires" découvertes dans d'autres systèmes solaires lointains : certaines planètes, comme la WASP-17 récemment découverte, orbitent non seulement dans la direction opposée - elles ont également une grande elliptique orbites.

Une récente émission télévisée de National Geographic intitulée « Alien Earths » était principalement consacrée à ce que les astronomes appelaient les « planètes Yo-yo ». Alors comment les expliquent-ils ? Eh bien, voyez-vous, de telles planètes ont probablement été chassées d'autres systèmes solaires et ont été prises pour orbiter autour d'un nouveau Soleil de cette étrange manière.

"J'étais sûr qu'à ce stade ils diront qu'en fait, une telle planète est décrite dans des textes anciens, selon Zecharia Sitchin", certains lecteurs furieux de La 12ème Planète m'ont écrit.

We1l 'ils' ne l'ont pas fait, mais peut-être qu'un jour ils le feront.

« LES CHRONIQUES DE LA TERRE » MAINTENANT EN CHINOIS
Le sept-livre complet Les Chroniques de la Terre La série de Zecharia Sitchin est publiée en Chine par la maison d'édition de Chongqing. L'édition traduite sera en « chinois simplifié ».

Les deux premiers titres, La douzième planète et L'escalier vers le ciel, paraîtra ce mois-ci (août 2009), les autres titres s'étalant sur les mois suivants.

Le chinois sera la 25e langue dans laquelle les livres de Zecharia ont été traduits.
Astronomie

BELLE NOUVELLE DU 'NICE GROUP'
Quelque 700 millions d'années après la formation du système solaire il y a 4,6 milliards d'années, « une brève et violente affaire cataclysmique » y a provoqué un « grand remaniement qui a non seulement mis les planètes extérieures là où elles se trouvent aujourd'hui, mais a également créé la ceinture de Kuiper de petits corps glacés au-delà de Neptune, a donné aux planètes des dizaines de lunes étrangement en orbite et a bombardé le système solaire d'une pluie d'astéroïdes et de comètes."

Une citation d'un de mes livres ou présentations ?

Non - il s'agit d'un éditorial du journal les sciences (du 17 juillet 2009), rapportant les dernières nouvelles de la recherche des planétologues étudiant "Le scénario le plus catastrophique pour une telle migration de planète, surnommé le modèle de Nice (d'après la ville française), qui a récemment gagné du terrain. Il envisage le grand remaniement comme une affaire brève et violente si féroce qu'elle aurait cuit tout sauf la vie souterraine la plus profonde de la Terre primitive. »

Le Groupe de Nice a commencé avec les théories de la catastrophe violente proposées pour la première fois par l'astronome Alessandro Morbidelli de l'Observatoire de la Côte d'Azur à Nice, en France. Les adeptes de ce site Web se souviendront peut-être de l'article de décembre 2003 Le cas de l'astronome français dans lequel il a été montré que les idées de Morbidelli et les dessins orbitaux ont été empruntés à la La douzième planète - un livre qu'il affirmait n'avoir jamais lu.

Est-ce qu'un de mes lecteurs pourrait maintenant suggérer aux derniers membres du Groupe de Nice de lire La douzième planète ? Il s'agit de William Bourke et Harold Levison du Southwest Research Institute de Boulder, Colorado Rodney Gomes de l'Observatoire national de Rio De Janeiro, Brésil, et Kleomenis Tsiganis de l'Université Aristote de Thessalonique, Grèce. (Ils peuvent tous lire mes livres dans leur propre langue).

Des choses étranges se produisent dans l'espace, et elles rappellent l'"incident de Phobos" de 1989 lorsqu'un vaisseau spatial soviétique a été abattu par un missile tiré depuis la lune Phobos, dit Zecharia dans un nouveau DVD qui comprend de nouvelles photographies étonnantes prises par l'espace européen Agence.

Les prophéties se réalisent-elles ?

« Si vous ne vous êtes pas encore aventuré dans le Chroniques, voici votre rampe de lancement" -- ainsi recommande le magazine international NEXUS (juin-juillet 2009) dans sa critique du livre de Zecharia Le manuel des Chroniques de la Terre.

"Les fans des recherches révolutionnaires de Sitchin apprécieront ce recueil de A à Z des dieux, demi-dieux, personnages, sites archéologiques, concepts et croyances clés qui sont présentés tout au long de la série.

Zecharia a accepté de sortir de ses archives personnelles 24 exemplaires (0 restant) de l'ÉDITION SOUVENIR limitée de son dernier livre Le manuel des Chroniques de la Terre.

L'identifiant Édition Souvenir est gravé en lettres dorées sur la couverture de ces exemplaires à couverture rigide de la première édition et chacun est dédicacé à la main par Zecharia.

Un nouveau terme, « géo-ingénierie », est apparu au premier plan lors de diverses réunions internationales traitant du « réchauffement climatique » (maintenant plus correctement traité sous le nom de changement climatique).

Le terme a été officiellement adopté par le nouveau conseiller scientifique présidentiel américain, John Holdern. S'exprimant lors d'une récente conférence internationale à Bonn, en Allemagne, il a révélé que la "géo-ingénierie" faisait partie des "options extrêmes" en cours de discussion par le gouvernement américain : utiliser une technologie de l'ère spatiale encore à concevoir, a-t-il déclaré : "des particules seront projetées dans la haute atmosphère terrestre pour créer un bouclier qui reflétera loin de la Terre les rayons chauffants du Soleil. » Bien que de telles mesures extraordinaires ne soient qu'un dernier recours, « nous n'avons pas le luxe de retirer une approche de la table », a déclaré le Dr Holdren.

Ces nouvelles idées de l'ère spatiale des technologies dupliquées déjà utilisées il y a 450 000 ans !

L'idée audacieuse de protéger thermiquement une planète en créant un bouclier de particules dans sa haute atmosphère n'est pas aussi révolutionnaire qu'il y paraît. C'était, j'ai écrit dans mon livre de 1976 La douzième planète, exactement la raison pour laquelle le Anunnaki - "Ceux qui sont venus du Ciel sur la Terre" - étaient venus ici il y a environ 450 000 ans de leur planète Nibiru.

Sur Nibiru - la 'Planète X' de notre système solaire - le problème était l'inverse : la perte de chaleur générée en interne en raison d'une atmosphère en baisse, provoquée par des causes naturelles et des guerres nucléaires. Les scientifiques de Nibiru, ai-je écrit, ont conclu que le seul moyen de sauver la vie sur leur planète était de créer un bouclier de particules d'or dans leur haute atmosphère. C'était à la recherche de l'or nécessaire que les « dieux » des peuples anciens étaient venus sur Terre. Basant mes conclusions sur des textes sumériens et d'autres textes de l'ancien Proche-Orient, j'ai écrit que les Anunnaki ont commencé à arriver sur Terre il y a environ 445 000 ans, établissant des colonies dans l'E.Din (plus tard la Mésopotamie) et extrayant de l'or en Afrique du Sud-Est.

Comme je l'ai écrit dans les livres suivants, « la science moderne ne fait que rattraper les connaissances anciennes ». L'idée de « géo-ingénierie » est empruntée aux technologies des Anunnaki.

Mai 2009 Zecharia Sitchin

Titré Le manuel des Chroniques de la Terre, il a été écrit en réponse à de nombreuses demandes de lecteurs. Comme les volumes de Les Chroniques de la Terre continuaient à venir et le matériel qu'il contenait devenait de plus en plus complet, de nombreux lecteurs ont demandé un guide pour pouvoir trouver qui est qui et quoi est quoi en un coup d'œil.

Le manuel fournit non seulement que les informations de base sont augmentées en indiquant comment les écrits de " 8220ZS" ont offert une approche différente, une nouvelle compréhension des textes anciens " une explication de ce que Zecharia a pris sur les événements passés et les attentes futures. Le cas échéant, les entrées incluent des références à des livres ZS spécifiques et donnent des liens vers des sujets connexes.

Le manuel des Chroniques de la Terreest à la fois un outil utile pour naviguer dans les 2 300 pages des sept Chroniques de la Terre livres, et un recueil exceptionnel qui fournit par ordre alphabétique des données de toutes les parties du monde, indiquant pour chaque entrée sa source culturelle. Une encyclopédie unique des civilisations anciennes et de leurs connexions spatiales, c'est un livre que toute personne ayant les précédents de Zecharia avoir dû, et d'autres simplement intéressés par les temps anciens voudrait avoir.

De nouvelles découvertes scientifiques continuent de corroborer les découvertes suggérées pour la première fois dans les livres de Zecharia Sitchin.

Homo sapiens : Le déchiffrement réussi d'un génome féminin de Néandertal a été rapporté dans le journal Science le 13 février 2009. Le projet, entrepris par des scientifiques de l'Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne, visait à vérifier quand cette espèce ratée d'humains et d'Homo sapiens (= Homme Moderne) s'est ramifiée, et si les deux méchants se sont jamais croisés. Le New York Times a souligné que les nouvelles découvertes "documentent deux ensembles importants de changements génétiques - ceux qui se sont produits il y a 5,7 millions d'années, lorsque la lignée humaine s'est séparée de la lignée menant aux chimpanzés, et il y a 300 000 ans quand les Néandertaliens et les ancêtres de l'homme moderne se sont séparés."

Dans La 12ème Planète (1976), décrivant le génie génétique des Anunnaki pour façonner l'Adam, Zecharia a écrit : " L'homme est le produit de l'évolution mais l'homme moderne, Homo sapiens, est le produit des « dieux ». Car, quelque temps vers il y a 300 000 ans, les Néfilim prirent l'homme-singe (l'homo erectus) et lui ont implanté leur propre image et ressemblance. » Dans The Earth Chronicles Time Chart (Les guerres des dieux et des hommes, 1985) Zecharia a écrit : il y a 300 000 ans: Les Anunnaki peinant dans la mutinerie des mines d'or. Enki et Ninhursag créent des Travailleurs Primitifs par manipulation génétique. Homo sapiens commence à se multiplier."

Le Déluge : Dans La 12ème Planète et Rencontres divines Zecharia a suggéré que le déluge biblique était un raz-de-marée géant causé par le glissement de la calotte glaciaire au large de l'Antarctique, provoquant la fin abrupte de la dernière période glaciaire il y a environ 13 000 ans. Deux études récentes corroborent les deux aspects du point de vue de Zecharia sur le sujet : Une étude des températures anciennes dans le journal La nature du 26 février 2009 conclut que si le réchauffement à la fin de la dernière période glaciaire était relativement progressif au Groenland (Atlantique nord), il a été "rapide et abrupt" en Antarctique (Atlantique sud), il y a environ 13 000 ans.

Selon des informations parues dans la presse européenne, les thèmes "Enki" et "Nibiru" ont dominé un colloque organisé à Bâle. Suisse, le 18 octobre 2008, pour discuter des ramifications des prophéties "2012".

Le rassemblement, auquel ont assisté quelque 250 participants de toute l'Europe, était de soutien au "Projet Cheops", une initiative lancée en 2001 en Pologne pour trouver la "Connexion Enki" à Gizeh et Hawara en Egypte qui, selon les conférenciers, #8211 "permettra à l'humanité d'éviter les catastrophes imminentes de 2012 qui seront causées par le retour de Nibiru." "Le projet Cheops", selon ces rapports, est soutenu par des scientifiques des universités de Wroczlaw (Breslau) en Pologne et du Caire en Egypte.

Les emplacements pour la recherche de la "Connexion Enki" ont été indiqués par Lucyna Lobos, une voyante polonaise, qui dans un discours liminaire au symposium a affirmé que le dieu Enki avait laissé sur ces sites des instructions sur la façon de créer un bouclier terrestre pour protéger notre planète des effets catastrophiques de la proximité imminente du retour de la planète Nibiru, alias Planet X. Elle a averti que les efforts doivent être accélérés pour trouver ces données et créer le bouclier avant 2012.

   « Planètes extrasolaires » est le terme utilisé pour désigner les planètes qui ne font pas partie de notre système solaire, en orbite autour d'étoiles autres que notre Soleil. Depuis le début de ce siècle, plus de 300 planètes extrasolaires ont été découvertes, mais elles n'ont jamais été réellement vues : leur existence a été supposée à partir de tractions gravitationnelles ou d'autres effets sur leurs étoiles mères. La nouvelle passionnante est maintenant que deux équipes d'astronomes de la NASA ont réussi à voir et à photographier de telles planètes extrsolaires, confirmant ainsi l'existence d'autres systèmes solaires dans l'univers.

L'affirmation audacieuse de Sitchin

   Que des planètes puissent orbiter autour d'étoiles autres que notre Soleil est théoriquement possible, bien que douteux, depuis un certain temps, mais ce n'est qu'en 1988 que les astronomes canadiens ont réalisé la toute première découverte confirmée d'une telle planète - une confirmation qui n'a été obtenue qu'en 2003.

   Pourtant, c'était des années plus tôt, quand La 12ème Planète a été publié en 1976, que Zecharia Sitchin a fait l'affirmation audacieuse que non seulement les planètes extrasolaires existent, mais que d'autres systèmes planétaires peuvent naître, exister et peuvent également connaître une fin violente. Il est arrivé à cette conclusion en traitant de l'épopée mésopotamienne de la création Enuma elish non pas comme un mythe allégorique du Bien contre le Mal (comme le font d'autres érudits) mais comme une cosmogonie sophistiquée relatant scientifiquement l'histoire de notre système solaire.

   Ainsi traité, écrit-il, le texte raconte que notre système solaire, alors qu'il était encore à ses débuts, a été envahi par un planète étrangère chassée de son propre système solaire passant finalement près de notre système solaire, il a été attiré par les forces gravitationnelles, finissant (après une collision) en tant que membre de notre système solaire. Les Summériens l'ont nommé Nibiru, les Babyloniens l'ont rebaptisé Marduk en l'honneur de leur dieu national. Ce scénario, qui explique une foule d'énigmes astronomiques, a été illustré dans le livre par plusieurs diagrammes, dont la figure A :

Liens étonnants vers les légendes anciennes

   Étonnamment, plusieurs aspects très intrigants des découvertes de la NASA correspondent à des connaissances anciennes (ce que beaucoup considèrent comme des mythes ou des légendes).

   Le monde nouvellement découvert de la deuxième équipe est en orbite autour de la brillante étoile australe Fomalhaut, dont le nom (venant de l'arabe) signifie « La bouche du poisson ». Très brillante, c'est l'étoile principale de la constellation Piscis Australis - "Le poisson du sud." Situé au-dessous (c'est-à-dire au sud de) la plus grande constellation du Verseau ("le porteur d'eau"), il a été traditionnellement représenté comme un poisson nourri par l'eau coulant du pot du Verseau et le reliant à la plus grande constellation voisine des Poissons (c'est-à-dire représenté par deux poissons).

   Comme les astronomes grecs et romains remontant au IIIe siècle av. attestées, ces trois constellations étaient réputées occuper la «zone aqueuse» de Neptune dans les cieux - une tradition remontant à l'ancienne Mésopotamie qui associait les trois au dieu E.A. ("Celui dont la maison est l'eau"), le dieu originel des mers et de leurs poissons (voir Fig. B). Les savants grecs citaient également le récit du prêtre babylonien Bérossus du divin homme-poisson « Oannes » qui avait pataugé à terre depuis le golfe Persique et avait donné la civilisation à l'humanité. Ces détails concordent avec les textes sumériens selon lesquels EA (plus tard également connu sous le nom d'ENKI) était le chef du premier groupe d'astronautes de Nibiru qui a éclaboussé dans le golfe Persique et a pataugé à terre, habillés en hommes-poissons (Fig. C).


Explication étrange d'un puzzle sumérien

   La découverte par la NASA d'une grande planète en orbite autour de l'étoile principale dans la constellation du Poisson austral pourrait même aller au-delà de la concordance avec les anciens "mythes" - cela pourrait en fait expliquer un passage énigmatique dans Enuma elish.

   Le texte - traité par Sitchin littéralement, pas comme une allégorie - décrit la formation des différentes planètes de notre système solaire, se terminant par "EA" (que nous appelons par son nom romain Neptune) comme la plus externe. Il attribue ensuite à EA/Neptune l'exploit d'"engendrer" dans notre système solaire la planète extraterrestre qui a vu le jour ailleurs - "au cœur des profondeurs". pourtant, bien que "engendré" de loin, "Marduk" était considéré comme ayant un lien génétique avec EA en tant que fils.

   Le Profond où Marduk a été engendré ne signifierait-il pas simplement l'espace extra-atmosphérique, mais une constellation spécifique appartenant au royaume céleste d'EA - comme le Poisson du Sud ?

L'origine de notre ADN ?

   Si c'est le cas, la nouvelle découverte ne révèle pas seulement d'où Nibiru/Marduk était venu. Depuis (selon Enuma elish) il a apporté la "graine de vie" (ADN) dans notre système solaire - la découverte indique également la source où l'ADN vivifiant peut être trouvé. C'est à 25 années-lumière - "Assez près pour envisager d'y envoyer un vaisseau spatial." Le Dr Paul Kalas, l'un des découvreurs de la nouvelle planète, a déclaré au New York Times. Il pourrait avoir raison à plus d'un titre qu'il ne le pense.

Dans une conférence mémorable prononcée lors de son séminaire de 2003 à Philadelphie, Zecharia Sitchin a présenté des réponses basées sur une sélection de textes anciens fondateurs. L'enregistrement de la conférence révolutionnaire, ainsi que les lectures des textes anciens, sont maintenant offert pour la première fois sous forme de 2 disques CD, accompagné d'un livret de 24 pages reprenant intégralement les textes :

    Enuma elish: La Bataille Céleste
    Les Guerres des Dieux Anciens
    Les guerres des dieux et des titans
    La guerre des pyramides
    La guerre finale des dieux
    Les textes de lamentation

C'est le 3 juillet 1908 - il y a exactement cent ans - qu'un archéologue italien, fouillant un site minoen au sud de la Crète appelé Phaestos, découvrit dans ses ruines un disque d'argile portant des deux côtés des symboles inconnus.

L'objet découvert, un disque d'environ 4,5 pouces de diamètre, est depuis connu sous le nom de Disque de Phaestos et, depuis un siècle maintenant, a déconcerté tous ceux qui ont essayé de percer son mystère : car il n'a été trouvé aucun autre objet comme celui-ci, aucune écriture comme ses pictogrammes, aucune idée de sa langue, ni à qui il doit son existence. Pourtant, il est là, pour tous ceux que cela intéresse, au musée d'Iraklion en Crète.

Lors d'une de mes tournées Earth Chronicles Expeditions, nous sommes allés en Crète. A voir absolument, les ruines de Knossos, la capitale minoenne mise au jour par Sir Arthur Evans. Nous sommes aussi allés au Musée pour voir le disque et j'ai dit au guide : je veux visiter Phaestos. Personne n'y va, elle a dit qu'il n'y avait rien à voir là-bas, a-t-elle dit - juste des ruines de certains bâtiments. Mais j'ai insisté : il y a quelque chose sur le disque qui m'intrigue !

Nous avions l'intention de passer une petite heure là-bas, nous avons fini par y être toute la journée. Ce fut une journée de découvertes passionnantes. Il ne s'agissait pas seulement de "quelques bâtiments". Nous avons trouvé des étals de marchands, chacun identifié par des blocs de pierre portant des symboles de produits. Nous avons trouvé des preuves que l'endroit était une usine de traitement du cuivre, qu'il y avait une glissière de connexion au bord de la mer en contrebas. C'était un centre commercial et industriel, à côté des voies maritimes !

Qu'est-ce qui m'a donné envie de venir ici dans le disque ? Notre guide a demandé. Contrairement à l'idée reçue selon laquelle les pictogrammes du disque sont uniques, ai-je dit, j'en ai déjà vu quelques-uns : Des navires et des hommes avec une coiffe à plumes - en Egypte et dans le Maya Chichen Itza au Mexique !

Vous pouvez en savoir plus sur ma conjecture qu'ils étaient les mystérieux "peuples de la mer" et qu'ils auraient pu atteindre la Méditerranée depuis les Amériques, dans mon livre The Earth Chronicles Expeditions. C'est un thriller approprié pour le centenaire.

L'autorisation de réimpression est accordée à condition que les éléments suivants soient clairement indiqués :

Z. Sitchin
Réimprimé avec permission.

Le courrier que je reçois des lecteurs contient souvent une coupure de presse ou une impression Internet avec une actualité, accompagnée du commentaire "Mais c'est exactement ce que vous avez dit dans votre livre" ! "Aussi souvent qu'autrement, je hoche la tête dans un geste "Je sais, je sais" et range l'article en remerciant mon fan. J'ajoute parfois l'avertissement : Pourquoi me le dites-vous juste ? Dites-le au journal (ou à l'archéologue ou au scientifique) qui a fait l'annonce !

Permettez-moi de partager avec vous deux exemples récents :

L'affaire du collier d'or

La sensation : la datation C-14 datait la sépulture de 2155 av. « une époque où les chasseurs-cueilleurs primitifs des Andes ne pouvaient pas avoir la capacité métallurgique et autre de fabriquer le collier ! Exprimant leur étonnement, les archéologues ont suggéré que la découverte pourrait devoir modifier les perceptions actuelles des capacités des « personnes primitives », etc., etc.

“Ken” de Missouri City, Texas, qui m'a envoyé un imprimé, a ajouté sa notation : “Pourquoi ne font-ils pas le calcul ? 2 + 2 = Sitchin + Anunnaki.” Pourquoi ? Parce que la découverte a été faite sur un site près du lac Titicaca - et dans mes livres, j'ai écrit qu'après le Déluge, les Anunnaki ont transféré leur exploitation d'extraction d'or dans cette région, apportant vers 3000 av. mineurs et métallurgistes experts de l'ancien Proche-Orient. (Voir notamment Les royaumes perdus).

Une lettre d'un M. Oswald en Autriche et des fax de lecteurs en Turquie m'ont alerté la même semaine sur les gros titres concernant des découvertes sur un monticule appelé Goebekli Tepe près de la ville d'Urfa dans le sud-est de la Turquie. Là, des colonnes de pierre, certaines avec des images d'animaux sculptés, semblent avoir été érigées d'une manière suggérant un site de culte daté par les excavateurs avant 4000 avant JC, ce serait le plus ancien "temple" au monde !

J'étais à Urfa il y a plusieurs années, il y a de nombreux monticules à creuser tout autour (les légendes locales associent l'endroit à Abraham). Alors pourquoi les gros titres maintenant si c'est peut-être si vieux, peut-être un lieu de culte ? Eh bien, c'est parce que l'archéologue principal, Klaus Shmidt, lors d'une conférence de presse, a lié l'endroit au début de l'agriculture et à “le sumérien Du.Ku et le Anunna, dieux très anciens sans noms individuels”!

« S'il n'est pas sumérologue, l'a-t-il trouvé dans vos livres ?” mes lecteurs m'ont demandé.

Il doit avoir – du Les guerres des dieux et des hommes. Là, bien sûr, je cite non seulement les textes sumériens sur tablettes d'argile, mais je donne aussi les noms des chefs Anunnaki impliqués : Enki et Enlil…

L'autorisation de réimpression est accordée à condition que les éléments suivants soient clairement indiqués :

Z. Sitchin
Réimprimé avec permission.

LA FIN EST MAINTENANT EN BROCHE.

Le livre de Zacharie en 2007 La fin des jours : Armageddon et les prophéties du retour -- qui avait six tirages en couverture rigide -- vient d'être publié dans un livre de poche grand public en mars 2008 qui est déjà épuisé. Une deuxième impression de poche est maintenant précipitée par l'éditeur (Harper Collins).

CORÉE : Le livre de Zacharie L'escalier vers le ciel a été publié en coréen par Early Morning Books Publishing Co. de Séoul, qui a déjà publié La 12 ème Planète. Le livre magnifiquement conçu est offert en deux volumes.

POLOGNE : Wydawnictwo Prokop de Varsovie, qui publiait les livres de Zecharia en Pologne, s'est précipité dans l'impression Les expéditions des Chroniques de la Terre l'édition montre sur la couverture la source historique de Gihon à Jérusalem et comprend toutes les planches originales en couleurs (en plus des nombreuses illustrations textuelles).

Il y a plusieurs semaines, une photographie (Fig. 1) a été publiée ici et on a demandé aux lecteurs : « Qu'est-ce que c'est ? » La bonne réponse : c'est une photographie de la surface de Mars. Spécifiquement, selon à la Nasa: Empreintes de roues du rover Mars Opportunité à Meridiani Planum, montrant un amas de minuscules boules verdâtres (surnommées "Myrtilles") d'hématite (oxyde de fer) qui ne peuvent se former qu'en présence d'eau.

Quand j'ai vu cette photo pour la première fois (dans un numéro de Le rapport planétaire) Je me suis gratté la tête. Le rover, comme le montre la (Fig. 2), se déplace sur six roues - trois de chaque côté. Les empreintes des roues, comme le montre (Fig. 3), forment des doubles traces continues. Pourtant ici il y a un pause distincte non foulée, une coupure comment est-ce possible, si la caméra regarde en arrière où le rover est passé ? De plus, les roues (voir Fig. 4) sont légèrement convexes (comme les planches dans un tonneau en bois), laissant (voir Fig. 3) un impression légèrement arrondie pourtant, ici, les segments sont des rectangles parfaitement allongés de 90 °. Et ils sont disposés fermement comme des dalles de pierre les unes à côté des autres, sans séparation entre les “dalles” qui doivent être causées par les nervures des roues’. Comment venir?

Les indentations circulaires (en bas à gauche, en haut à droite) dans (Fig.1) sont expliquées par les analystes de la NASA comme les marques laissées par le spectromètre Mossbauer lorsqu'il poinçonne le sol pour l'analyser. Mais cet instrument (voir Fig. 2) se trouve dans le rover entre les deux rangées de roues mais l'empreinte circulaire en bas à gauche est en plein dans l'empreinte de la roue. Comment cela peut-il être ? Cette empreinte est également différente de celle en haut à droite (faite par l'instrument Opportunity) et d'une empreinte (Fig. 5) laissée par l'instrument similaire sur le rover jumeau Esprit (qui erre de l'autre côté de Mars). La différence reste inexpliquée.

En réponse à la question « Qu'est-ce que c'est ? », des dizaines de réponses ont été envoyées par la poste, du monde entier. Quelques-uns y ont répondu exactement à la manière de la NASA : Pribyl Frantisek de la République tchèque Frank Rumore du New Jersey Mark Keller de Virginie Mme B.J. Stewart du Canada Bill Stanley du Tennese Mark Miller d'Appleton, Wisconsin et Tony Giovanni du Nevada.

La plupart des autres réponses suggéraient une sorte d'empreinte sur la Lune ou sur Mars. Beaucoup ont réalisé que les « Myrtilles » indiquaient un site sur Mars mais, comme certains l'ont expliqué, la « déconnexion » a suggéré un empreinte de démarrage plutôt qu'une piste de roue, il devait donc être là où l'homme était allé : l'empreinte d'un astronaute d'Apollo sur la Lune (Fig. 6a).

Ce qui les a découragés, et les autres divergences détaillées ci-dessus, restent une cause de grattage continu.

Un tunnel caché mène à une chambre secrète inconnue à l'intérieur de la Grande Pyramide d'Égypte, selon Zecharia Sitchin, l'auteur de renommée internationale de douze livres sur les civilisations anciennes.

La révélation, faite dans son livre qui vient de paraître Voyages dans le passé mythique, est accompagné de photographies prises à l'intérieur de la chambre secrète et du tunnel qui y mène, et détaille la poursuite incessante et parfois dangereuse d'indices qui ont conduit à la découverte.

La révélation minutieusement documentée suggère que l'existence de la chambre cachée a été gardée secrète pendant plus d'une décennie, mais laisse sans réponse les questions de qui avait creusé le tunnel, qu'a été trouvé dans la chambre quand il a été cambriolé, et pourquoi a-t-il son existence n'a jamais été officiellement révélée.

Des mois avant la publication du livre, l'auteur a alerté la principale autorité archéologique égyptienne de la révélation à venir, sollicitant tout type de commentaire. À ce jour, aucune n'a été fournie.

Le livre, publié par Bear & Co. de Rochester, Vermont, met en lumière d'autres énigmes anciennes, telles que les lignes de Nazca ou l'incroyable ordinateur d'Antikythera.

Voici quelques "Souvenirs de Sitchin" nouvelles :

La vidéo tant appréciée "An Evening With Zecharia Sitchin" est épuisée et ne sera plus disponible. Si vous en possédez un exemplaire, il s'agit désormais d'un "Sitchin collectible."

Les éditions grand public (Avon Books) de la série "Earth Chronicles" de Zecharia, qui ont culminé après 30 ans avec le 45e tirage record de La 12ème Planète, sont épuisés et sont également des "objets de collection Sitchin" maintenant. Au lieu de cela, la grande maison d'édition Harper Collins, qui a acquis Avon Books, a republié tous les livres avec du matériel supplémentaire de Zecharia, avec des couvertures repensées et avec un "chapitre teaser" du tout juste publié. La fin des jours. Les collectionneurs de "Sitchin memorabilia" devraient acheter la première impression maintenant !

Les livres de Zecharia sont publiés par HarperCollins (broché) et Inner Traditions/Bear & Co. (couverture rigide)


20 images étonnantes de l'espace extra-atmosphérique

Alors que les humains ont commencé à explorer les mystères de l'espace extra-atmosphérique, à la fois en envoyant des sondes sans pilote et en voyageant physiquement au-delà de l'atmosphère terrestre, un grand nombre d'images étonnantes ont été collectées. Souvent, les photographies de l'espace extra-atmosphérique sont enregistrées à des fins scientifiques, mais sont aussi souvent des images à couper le souffle révélant les merveilles de l'univers. Cet article rassemble 20 des images les plus étonnantes de l'espace jamais créées.

1. Planète Terre

Cette belle image a été à l'origine surnommée &lsquoThe Blue Marble&rsquo par les astronautes à bord du vaisseau spatial Apollo 17 qui l'ont prise, car à l'époque, avec le soleil derrière eux et toute la planète visible illuminée, la Terre a pris l'apparence d'un verre géant marbre. La photographie capture l'Afrique et l'Antarctique dans l'hémisphère sud, capturées par un membre d'équipage le 7 décembre 1972.

2. Nébuleuse d'Orion

Depuis que les êtres humains ont tourné leur attention vers le ciel, ils ont été conscients de la nébuleuse d'Orion, un élément céleste situé au sud de la ceinture d'Orion et visible à l'œil nu. L'ancienne culture maya d'Amérique centrale avait un conte populaire qui expliquait cette partie souillée et remplie d'étoiles du ciel nocturne. Le télescope spatial Hubble a capturé cette merveilleuse image de la nébuleuse en 2006, offrant à l'humanité l'aperçu le plus détaillé d'Orion à ce jour.

3. Éclipse de Saturne

Le 15 septembre 2006, l'orbiteur Cassini de la NASA a dérivé dans l'ombre de Saturne et a passé 12 heures à photographier la planète et ses anneaux à l'abri du soleil. Au total, 165 photographies ont été combinées en une mosaïque pour créer cette image étonnante de Saturne éclipsant notre étoile centrale du système solaire.

4. Nébuleuse des Esquimaux

L'astronome britannique William Herschel a découvert cette nébuleuse en 1787, et elle a ensuite été nommée la nébuleuse des Esquimaux car sa formation inhabituelle à double coque ressemble à un visage de personne à l'intérieur de la capuche rembourrée d'une veste d'hiver. L'étoile au centre est similaire à notre propre Soleil, et les étranges stries orange vues dans la partie extérieure de la formation s'étendent sur une année-lumière dans toutes les directions.

5. Valles Marineris, Mars

Cette image, une mosaïque collée de 102 photographies prises par l'orbiteur Viking 1 en 1980, montre Mars et le vaste Valles Marineris qui a coupé une profonde entaille à travers l'équateur de la planète. Le système de canyons mesure 4 000 kilomètres de long, 200 kilomètres de large, 8 kilomètres de profondeur à ses points les plus bas, et en tant que tel, c'est le plus grand canyon connu du système solaire.

6. Les veilleuses d'Europe

Cette image fascinante montre les lumières scintillantes de l'Europe, de l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de l'Asie occidentale. La densité de la lumière reflète le niveau d'urbanisation, avec les côtes et les villes industrielles d'Europe occidentale particulièrement illuminées, tandis que de vastes étendues d'Afrique et les terres arides du nord de la Russie sont plongées dans l'obscurité.

7. Voie lactée

Cette fabuleuse image de la NASA montre les étoiles qui tourbillonnent au centre de notre galaxie d'origine, la Voie lactée. Les nuages ​​de poussière bloquent normalement la vue de la Terre au centre de la galaxie, mais en utilisant une caméra infrarouge, le photographe a pu révéler des parties du spectre qui sont généralement invisibles.

8. Galaxie sombrero

Le Galaxy M104 porte le nom alternatif plutôt attrayant de Sombrero Galaxy, en raison de sa forme distinctive qui rappelle les couvre-chefs mexicains. Le noyau brillant de la galaxie, le renflement de lumière centrale et l'anneau sombre de poussière lui confèrent cette forme inhabituelle. Dans les années 1990, les scientifiques ont découvert qu'un trou noir super massif se trouve au centre de cette formation.

9. Hélix Nébuleuse

La nébuleuse de l'hélice est une grande formation planétaire dans la constellation du Verseau, et à environ 700 années-lumière est l'une des nébuleuses les plus proches de la Terre. Ces dernières années, la nébuleuse a reçu le surnom de &lsquoThe Eye of God&rsquo, en raison de sa forme optique caractéristique.

10. Anneau de nébuleuse

Il s'agit de la coquille sphérique rougeoyante et de l'étoile centrale de la nébuleuse de l'Anneau, un objet proéminent de l'espace lointain dans le ciel nocturne, situé dans la constellation nord de la Lyre, à 2 300 années-lumière de la Terre.

11. Nébuleuse de la Carène

Ces nuages ​​éthérés de matière se trouvent dans la nébuleuse Carina, une formation brillante qui enveloppe plusieurs amas d'étoiles. Bien qu'elle soit l'une des nébuleuses les plus grandes et les plus brillantes du ciel nocturne, elle est beaucoup moins connue et observée que des formations plus célèbres telles qu'Orion en raison de sa position au plus profond de l'hémisphère sud. La nébuleuse de la Carène est située dans une partie de notre propre galaxie, à environ 6 500 à 10 000 années-lumière de la Terre.

12. Piliers de la création

Cette image, intitulée &lsquoLes piliers de la création&rsquo est l'une des photographies les plus célèbres prises par le télescope Hubble, et montre de vastes nuages ​​interstellaires. L'image capture une partie de la nébuleuse de l'Aigle, et ce que nous voyons est en fait la création de nouvelles étoiles dans cette nébuleuse &lsquoyoung&rsquo.

13. Kepler & rsquos Supernova Restant

Cette image en fausses couleurs montre le reste de Kelper&rsquos Supernova, la structure restante après l'explosion cataclysmique d'une étoile. La supernova porte le nom de Johannes Kepler qui a observé l'explosion de l'étoile en octobre 1604, qui à l'époque était plus brillante que toute autre étoile ou planète dans le ciel.

14. Nébuleuse du Papillon

Cette photographie époustouflante, prise depuis le télescope Hubble, montre l'agonie d'une étoile explosant avec deux lobes gargantuesques de gaz chauds et de débris. L'étoile mourante aurait autrefois fait cinq fois la taille de notre Soleil, et l'explosion qui en a résulté a créé l'un des endroits les plus chauds de la galaxie à un peu moins de 20 000 degrés Celsius.

15. Point bleu pâle

À première vue, cette image peut sembler assez indistincte, mais en réalité, c'est peut-être l'une des photographies les plus importantes jamais prises. Le petit point bleu-blanc, à mi-chemin de la traînée brune sur la droite, est en fait notre planète natale, la Terre, flottant dans les profondeurs sombres de l'espace, photographiée par la sonde spatiale Voyager 1 de la NASA en 1990 à une distance record de 3,7 milliards de milles. L'astronome Carl Sagan a demandé que la photo soit prise, et il a par la suite réfléchi que "toute l'histoire de l'humanité s'est produite sur ce minuscule pixel, qui est notre seule maison".

16. Jupiter&rsquos Grande Tache Rouge

Avant que Voyager 1 ne quitte le système solaire interne et ne photographie le point bleu pâle, la mission principale du vaisseau spatial était de photographier Saturne, Jupiter et les deux planètes et lunes. Cette image a été prise le 25 février 1979 et montre le drame tourbillonnant d'une tempête anticyclonique sur Jupiter dans l'hémisphère sud, la planète célèbre Grande Tache Rouge.

17. Anneaux de Saturne

Voyager 1 a pris cette image de Saturne à une distance de 5,3 millions de kilomètres de la planète. De tous les sites étonnants de notre système solaire, les anneaux de Saturne sont l'un des plus remarquables. Composés de rien de plus que de morceaux de glace et de particules de poussière, les anneaux s'étendent de 7 000 kilomètres à 80 000 kilomètres de l'équateur de la planète. Alors qu'ils ont une circonférence massive de 3 034 689 kilomètres, les anneaux sont estimés à seulement 10 mètres d'épaisseur.

18. Aurore boréale

Les aurores boréales sont les aurores polaires qui illuminent magnifiquement le ciel des régions nordiques de la Terre. Leurs homologues du sud s'appellent les aurores australes. Ces jeux de lumière sont provoqués par l'interaction des molécules atmosphériques et du vent solaire aux pôles magnétiques de la planète.

19. Hubble Deep Field Sud

À l'automne 1998, des scientifiques ont entraîné le télescope spatial Hubble aux confins de l'espace dans l'hémisphère sud. Des centaines de photographies ont été prises et composées dans cette image finale, un aperçu étonnant du passé de l'univers. Étant donné que la lumière met de nombreuses années à nous atteindre depuis des étoiles lointaines, les galaxies capturées dans l'image en sont aux tout premiers stades de l'évolution de l'univers.

20. Voie lactée au micro-ondes

Cette incroyable vue en fausses couleurs sur tout le ciel montre la Voie lactée du côté de la Terre. L'image a été construite avec des données enregistrées par le vaisseau spatial Planck sur une période d'un an et représente l'activité micro-ondes de la galaxie. La bande centrale lumineuse contient des formations distantes de centaines ou de milliers d'années-lumière de la Terre. Les zones les plus sombres se trouvent à 13,7 milliards d'années-lumière et contiennent l'écho du Big Bang. Cette image et toutes les images de cette liste représentent certaines des plus grandes réalisations de l'humanité et ont contribué à développer notre compréhension de l'univers et/ou de sa place au sein de celui-ci.

James est un blogueur et designer qui travaille dans un magasin de cartouches d'impression en ligne où il passe en revue les dernières versions de matériel et publie des articles sur leur blog de design sur la publicité, l'art et la technologie.


La guerre dans l'espace pourrait être plus proche que jamais

Le point d'éclair militaire le plus inquiétant au monde n'est sans doute pas dans le détroit de Taïwan, la péninsule coréenne, l'Iran, Israël, le Cachemire ou l'Ukraine. En fait, il ne peut être localisé sur aucune carte de la Terre, même s'il est très facile à trouver. Pour le voir, il suffit de lever les yeux dans un ciel dégagé, vers le no man&rsquos-land de l'orbite terrestre, où se déroule un conflit qui est une course aux armements à part son nom.

Le vide de l'espace extra-atmosphérique pourrait être le dernier endroit où vous vous attendez à ce que les militaires se disputent un territoire contesté, sauf que l'espace extra-atmosphérique n'est plus aussi vide. Environ 1 300 satellites actifs entourent le globe dans un nid d'orbites encombré, assurant les communications mondiales, la navigation GPS, les prévisions météorologiques et la surveillance planétaire. Pour les forces armées qui dépendent de certains de ces satellites pour la guerre moderne, l'espace est devenu le sommet ultime, les États-Unis étant le roi incontesté de la colline. Maintenant, alors que la Chine et la Russie cherchent agressivement à défier la supériorité des États-Unis dans l'espace avec leurs propres programmes spatiaux militaires ambitieux, la lutte pour le pouvoir risque de déclencher un conflit qui pourrait paralyser l'ensemble de la planète et des infrastructures spatiales. Et bien qu'il puisse commencer dans l'espace, un tel conflit pourrait facilement déclencher une guerre à part entière sur Terre.

Les tensions qui couvent depuis longtemps approchent maintenant d'un point d'ébullition en raison de plusieurs événements, notamment des tests récents et en cours d'armes antisatellites possibles par la Chine et la Russie, ainsi que l'échec le mois dernier des pourparlers d'apaisement des tensions aux Nations Unies.

Témoignant devant le Congrès plus tôt cette année, le directeur du renseignement national James Clapper a fait écho aux inquiétudes exprimées par de nombreux hauts responsables du gouvernement concernant la menace croissante pesant sur les satellites américains, affirmant que la Chine et la Russie développaient toutes deux des capacités pour refuser l'accès en cas de conflit, comme celles cela pourrait éclater à cause des activités militaires de la Chine en mer de Chine méridionale ou de la Russie en Ukraine. La Chine en particulier, a déclaré Clapper, a démontré "la nécessité d'interférer, d'endommager et de détruire" les satellites américains, se référant à une série de tests de missiles anti-satellites chinois qui ont commencé en 2007.

Il existe de nombreuses façons de désactiver ou de détruire des satellites au-delà de les faire exploser de manière provocante avec des missiles. Un vaisseau spatial pourrait simplement s'approcher d'un satellite et pulvériser de la peinture sur ses optiques, ou casser manuellement ses antennes de communication, ou déstabiliser son orbite. Les lasers peuvent être utilisés pour désactiver temporairement ou endommager définitivement les composants d'un satellite, en particulier ses capteurs délicats, et la radio ou les micro-ondes peuvent brouiller ou détourner les transmissions vers ou depuis les contrôleurs au sol.

En réponse à ces menaces possibles, l'administration Obama a prévu au moins 5 milliards de dollars à dépenser au cours des cinq prochaines années pour améliorer les capacités défensives et offensives du programme spatial militaire américain. Les États-Unis tentent également de s'attaquer au problème par la diplomatie, bien qu'avec un succès minime à la fin du mois de juillet aux Nations Unies, les discussions tant attendues ont été bloquées sur un code de conduite rédigé par l'Union européenne pour les nations spatiales en raison de l'opposition de la Russie, de la Chine et de plusieurs d'autres pays dont le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud et l'Iran. Cet échec a mis les solutions diplomatiques à la menace croissante dans les limbes, ce qui a probablement conduit à des années de débat supplémentaire au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies.

"En fin de compte, les États-Unis ne veulent pas de conflit dans l'espace", a déclaré Frank Rose, secrétaire d'État adjoint au contrôle des armements, à la vérification et à la conformité, qui a dirigé les efforts diplomatiques américains pour empêcher une course aux armements dans l'espace.Les États-Unis, dit-il, sont prêts à travailler avec la Russie et la Chine pour assurer la sécurité de l'espace. &ldquoMais permettez-moi d'être très clair : nous défendrons nos actifs spatiaux en cas d'attaque.&rdquo

Des armes spatiales offensives testées
La perspective d'une guerre dans l'espace n'est pas nouvelle. Craignant des armes nucléaires soviétiques lancées depuis l'orbite, les États-Unis ont commencé à tester des armes antisatellites à la fin des années 1950. Il a même testé des bombes nucléaires dans l'espace avant que les armes orbitales de destruction massive ne soient interdites par le Traité des Nations Unies sur l'espace extra-atmosphérique de 1967. Après l'interdiction, la surveillance spatiale est devenue un élément crucial de la guerre froide, les satellites faisant partie d'un programme élaboré. systèmes d'alerte précoce en alerte pour le déploiement ou le lancement d'armes nucléaires au sol. Pendant la majeure partie de la guerre froide, l'URSS a développé et testé des "mines spatiales", des engins spatiaux auto-détonants capables de rechercher et de détruire des satellites espions américains en les saupoudrant d'éclats d'obus. Dans les années 1980, la militarisation de l'espace a culminé avec l'initiative de défense stratégique de plusieurs milliards de dollars de l'administration Reagan, baptisée Star Wars, pour développer des contre-mesures orbitales contre les missiles balistiques intercontinentaux soviétiques. Et en 1985, l'US Air Force a fait une démonstration claire de ses formidables capacités, lorsqu'un avion de chasse F-15 a lancé un missile qui a détruit un satellite américain défaillant en orbite terrestre basse.

Au cours de tout cela, aucune course aux armements à part entière ni aucun conflit direct n'ont éclaté. Selon Michael Krepon, expert en contrôle des armements et co-fondateur du groupe de réflexion Stimson Center à Washington, DC, c'est parce que les États-Unis et l'URSS ont réalisé à quel point leurs satellites étaient vulnérables, en particulier ceux sur des orbites « quogéosynchrones » d'environ 35 000 kilomètres ou plus. . De tels satellites survolent efficacement un endroit de la planète, ce qui en fait des canards assis. Mais parce que toute action hostile contre ces satellites pourrait facilement dégénérer en un échange nucléaire complet sur Terre, les deux superpuissances ont reculé. &ldquoAucun de nous n'a signé un traité à ce sujet,» Krepon. &ldquoNous sommes simplement arrivés à la conclusion que notre sécurité serait pire si nous cherchions ces satellites, car si l'un de nous le faisait, l'autre le ferait aussi.&rdquo

Aujourd'hui, la situation est beaucoup plus compliquée. Les orbites terrestres basses et hautes sont devenues des foyers d'activités scientifiques et commerciales, remplies de centaines et de centaines de satellites d'environ 60 nations différentes. Malgré leurs objectifs en grande partie pacifiques, chaque satellite est en danger, en partie parce que tous les membres du club grandissant des puissances spatiales militaires ne sont pas disposés à jouer selon les mêmes règles et qu'ils n'y sont pas obligés, car les règles ne sont pas encore écrites.

Les débris spatiaux sont la plus grande menace. Les satellites parcourent l'espace à des vitesses très élevées, donc le moyen le plus rapide et le plus sale d'en tuer un est de simplement lancer quelque chose dans l'espace pour se mettre sur son chemin. Même l'impact d'un objet aussi petit et rudimentaire qu'une bille peut désactiver ou détruire entièrement un satellite d'un milliard de dollars. Et si une nation utilise une telle méthode & ldquocinétique & rdquo pour détruire un satellite adversaire, elle peut facilement créer des débris encore plus dangereux, potentiellement en cascade dans une réaction en chaîne qui transforme l'orbite terrestre en un derby de démolition.

En 2007, les risques liés aux débris ont monté en flèche lorsque la Chine a lancé un missile qui a détruit l'un de ses propres satellites météorologiques en orbite terrestre basse. Ce test a généré un essaim d'éclats d'obus à longue durée de vie qui constitue près d'un sixième de tous les débris traçables par radar en orbite. Les États-Unis ont répondu de la même manière en 2008, en réutilisant un missile antibalistique lancé par un navire pour abattre un satellite militaire américain défectueux peu de temps avant qu'il ne tombe dans l'atmosphère. Ce test a également produit des déchets dangereux, bien qu'en plus petites quantités, et les débris ont eu une durée de vie plus courte car ils ont été générés à une altitude beaucoup plus basse.

Plus récemment, la Chine a lancé ce que de nombreux experts disent être des tests supplémentaires d'armes cinétiques antisatellites basées au sol. Aucun de ces lancements ultérieurs n'a détruit de satellites, mais Krepon et d'autres experts disent que c'est parce que les Chinois essaient maintenant simplement de rater, plutôt que de toucher, avec la même capacité hostile comme résultat final. Le dernier test a eu lieu le 23 juillet de l'année dernière. Les responsables chinois insistent sur le fait que le seul objectif des tests est la défense pacifique contre les missiles et l'expérimentation scientifique. Mais un test en mai 2013 a envoyé un missile s'élever jusqu'à 30 000 kilomètres au-dessus de la Terre, s'approchant du refuge des satellites géosynchrones stratégiques.

C'était un signal d'alarme, a déclaré Brian Weeden, analyste en sécurité et ancien officier de l'Air Force qui a étudié et aidé à faire connaître le test chinois. « Les États-Unis ont compris il y a des décennies que leurs satellites en orbite inférieure pouvaient facilement être abattus », explique Weeden. &ldquoAller presque à la géosynchrone a fait comprendre aux gens que, sacrée vache, quelqu'un pourrait en fait essayer de s'en prendre aux trucs que nous avons là-haut.&rdquo

Ce n'est pas un hasard si peu de temps après le test de mai 2013, les États-Unis ont déclassifié les détails de leur programme secret de connaissance de la situation spatiale géosynchrone (GSSAP), un ensemble prévu de quatre satellites capables de surveiller les orbites hautes de la Terre et même de se rendre avec d'autres satellites pour les inspecter. près. Les deux premiers satellites GSSAP ont été mis en orbite en juillet 2014.

"Auparavant, c'était un programme noir et quelque chose qui n'existait même pas officiellement", dit Weeden. &ldquoIl a été déclassifié pour envoyer essentiellement un message disant : &lsquoHé, si vous faites quelque chose de génial dans et autour de la ceinture géosynchrone, nous allons voir.&rsquo&rdquo à un adversaire&rsquos satellites stratégiques est considérée comme une menace. C'est l'une des raisons pour lesquelles les adversaires américains potentiels pourraient être alarmés par les capacités de rendez-vous du GSSAP et des avions spatiaux robotiques X-37B hautement maniables de l'US Air Force.

La Russie développe également sa propre capacité à approcher, inspecter et potentiellement saboter ou détruire des satellites en orbite. Au cours des deux dernières années, il a inclus trois charges utiles mystérieuses dans des lancements de satellites commerciaux par ailleurs routiniers, le dernier ayant eu lieu en mars de cette année. Les observations radar de l'US Air Force et d'amateurs ont révélé qu'après le déploiement de chaque satellite commercial, un petit objet supplémentaire s'est envolé loin du propulseur de fusée largué, pour ensuite faire demi-tour et revenir en arrière. Les objets, baptisés Kosmos-2491, -2499 et -2504, pourraient bien faire partie d'un programme inoffensif développant des techniques pour entretenir et ravitailler d'anciens satellites, dit Weeden, bien qu'ils puissent également être destinés à des intentions plus sinistres.

Les traités offrent peu d'assurance
Les responsables chinois soutiennent que leurs activités militaires dans l'espace sont simplement des expériences scientifiques pacifiques, tandis que les responsables russes sont restés pour la plupart muets. Les deux nations pourraient être considérées comme répondant simplement à ce qu'elles considèrent comme le développement clandestin des États-Unis d'armes spatiales potentielles. En effet, les systèmes de défense antimissile balistique des États-Unis, ses avions spatiaux X-37B et même son vaisseau spatial GSSAP, bien que tous ostensiblement consacrés au maintien de la paix, pourraient facilement être réutilisés en armes de guerre spatiale. Pendant des années, la Russie et la Chine ont fait pression pour la ratification d'un traité des Nations Unies juridiquement contraignant interdisant les armes spatiales et le traité mdasha que les responsables américains et les experts extérieurs ont rejeté à plusieurs reprises comme un non-démarreur fallacieux.

"Le projet de traité de la Russie et de la Chine cherche à interdire les choses mêmes qu'ils poursuivent si activement", a déclaré Krepon. &ldquoCela sert parfaitement leurs intérêts. Ils veulent la liberté d'action, et ils couvrent cela avec cette proposition d'interdire les armes spatiales. » Même si le traité était proposé de bonne foi, dit Krepon, « tout serait mort à son arrivée au Congrès et n'aurait aucune chance d'être ratifié. Après tout, les États-Unis veulent également la liberté d'action dans l'espace, et dans l'espace, aucun autre pays n'a plus de capacités et donc plus à perdre.

Selon Rose, il y a trois problèmes clés avec le traité. &ldquoOne, c&rsquo n&rsquo n&rsquo effectivement pas vérifiable, ce que les Russes et les Chinois admettent,», dit-il. &ldquoVous pouvez&rsquot détecter la tricherie. Deuxièmement, il est totalement silencieux sur la question des armes antisatellites terrestres, comme celles que la Chine a testées en 2007 et à nouveau en juillet 2014. Et troisièmement, il ne définit pas ce qu'est une arme dans l'espace.

En guise d'alternative, les États-Unis soutiennent une initiative dirigée par l'Europe visant à établir des « normes » pour un comportement approprié grâce à la création d'un code de conduite international volontaire pour l'espace extra-atmosphérique. Ce serait une première étape, qui serait suivie d'un accord contraignant. Un projet de code&mdashque la Russie et la Chine ont empêché d'être adopté au cours des discussions de l'ONU le mois dernier&mdash&mdash appelle à plus de transparence et de &dquoconfiance» entre les nations spatiales comme un moyen de promouvoir &ldquoune exploration et une utilisation pacifiques de l'espace extra-atmosphérique.», cela peut empêcher la génération de plus de débris et la poursuite du développement des armes spatiales. Cependant, comme le traité russo-chinois, le code ne définit pas exactement ce qui constitue une &ldquoarme spatiale.&rdquo

Ce flou pose des problèmes aux hauts responsables de la défense tels que le général John Hyten, chef du Commandement spatial de l'US Air Force. &ldquoEst-ce que notre système de surveillance spatiale qui regarde les cieux et suit tout en géosynchrone est un système d'armes ?&rdquo demande-t-il. &ldquoJe pense que tout le monde dans le monde regarderait ça et dirait non. Mais il est maniable, il roule à 17 000 milles à l'heure et il a un capteur à bord. Ce n'est pas une arme, d'accord ? Mais le langage [d'un traité] interdirait-il notre capacité à faire de la surveillance spatiale ? J'espère que non !&rdquo

La guerre dans l'espace est-elle inévitable ?
Pendant ce temps, les changements dans la politique américaine donnent à la Chine et à la Russie plus de raisons de se méfier davantage. Le Congrès a pressé la communauté de sécurité nationale des États-Unis de porter son attention sur le rôle des capacités offensives plutôt que défensives, dictant même que la majeure partie du financement de l'exercice 2015 pour le programme de sécurité et de défense spatiale du Pentagone est consacrée au développement d'un contrôle spatial offensif et actif. stratégies et capacités de défense.»

&ldquoContrôle spatial offensif&rdquo est une référence claire aux armes. La &ldquoDéfense active&rdquo est beaucoup plus nébuleuse et fait référence à des contre-mesures offensives non définies qui pourraient être prises contre un attaquant, élargissant encore les routes par lesquelles l'espace pourrait bientôt devenir une arme. Si une menace imminente est perçue, un satellite ou ses opérateurs pourraient attaquer de manière préventive via des lasers éblouissants, des micro-ondes brouilleuses, un bombardement cinétique ou tout autre nombre de méthodes possibles.

&ldquoJ'espère ne jamais mener une guerre dans l'espace,&rdquo Hyten dit. &ldquoC&rsquos mauvais pour le monde. Kinetic [armes anti-satellites] est horrible pour le monde », en raison des risques existentiels que les débris posent pour tous les satellites. &ldquoMais si la guerre s'étend dans l'espace»,», &ldquo nous devons avoir des capacités offensives et défensives pour répondre, et le Congrès nous a demandé d'explorer quelles seraient ces capacités. Et pour moi, le seul facteur limitant est l'absence de débris. Quoi que vous fassiez, ne créez pas de débris.

La technologie pour brouiller les transmissions, par exemple, semble sous-tendre le système de communication de contre-communication de l'Air Force, la seule capacité offensive reconnue des États-Unis contre les satellites dans l'espace. &ldquoIl s'agit essentiellement d'une grande antenne sur une remorque, et comment cela fonctionne réellement, ce qu'il fait réellement, personne ne le sait&rdquo, dit Weeden, notant que, comme la plupart des travaux de sécurité spatiale, les détails du système sont top secrets. &ldquoTout ce que nous savons, c'est qu'ils pourraient l'utiliser pour brouiller ou peut-être même usurper ou pirater les satellites d'un adversaire.&rdquo

Pour Krepon, le débat sur les définitions des armes spatiales et les coups de sabre entre la Russie, la Chine et les États-Unis éclipsent inutilement le problème plus urgent des débris. « Tout le monde parle d'objets conçus par l'homme et dédiés à la guerre dans l'espace, et c'est comme si nous étions de retour à la guerre froide », déclare Krepon. &ldquoPendant ce temps, il y a déjà environ 20 000 armes là-haut sous forme de débris. Ils ne sont pas déterminés et ils ne sont pas guidés. Ils ne recherchent pas les satellites ennemis. Ils ne font que siffler, faire ce qu'ils font.

L'environnement spatial, dit-il, doit être protégé en tant que bien commun mondial, semblable aux océans et à l'atmosphère de la Terre. Les débris spatiaux sont très faciles à fabriquer et très difficiles à nettoyer, les efforts internationaux devraient donc se concentrer sur la prévention de leur création. Au-delà de la menace de destruction délibérée, le risque de collisions accidentelles et de collisions avec des débris continuera d'augmenter à mesure que de plus en plus de pays lanceront et exploiteront davantage de satellites sans responsabilité et surveillance internationales rigoureuses. Et à mesure que le risque d'accidents augmente, il en va de même pour la possibilité qu'ils soient interprétés à tort comme des actions délibérées et hostiles dans le cadre de la lutte militaire à haute tension dans l'espace.

"Nous sommes en train de gâcher l'espace, et la plupart des gens ne le réalisent pas parce que nous pouvons le voir de la même manière que nous pouvons voir la mortalité des poissons, la prolifération d'algues ou les pluies acides", dit-il. &ldquoPour éviter de détruire l'orbite terrestre, nous avons besoin d'un sentiment d'urgence que personne n'a actuellement. Peut-être que nous l'obtiendrons lorsque nous pourrons obtenir notre télévision par satellite et nos télécommunications, nos bulletins météorologiques mondiaux et nos prévisions d'ouragans. Peut-être que lorsque nous serons renvoyés dans les années 1950, nous comprendrons. Mais d'ici là, il sera trop tard.»


Contenu

Porte des étoiles franchise Modifier

Les trous de ver sont le principal moyen de voyager dans l'espace dans le Porte des étoiles film et la série télévisée dérivée, Porte des étoiles SG-1, Porte des étoiles Atlantis et Univers porte des étoiles, au point où on l'appelait la franchise qui est "de loin la plus identifiée aux trous de ver". [8]

Le dispositif d'intrigue central des programmes est un ancien réseau de transport composé d'appareils en forme d'anneau connus sous le nom de Stargates, qui génèrent des trous de ver artificiels qui permettent une transmission de matière unidirectionnelle et une communication radio bidirectionnelle entre les portes lorsque les coordonnées spatiales correctes sont "composées ". Cependant, pour une raison non encore expliquée, l'horizon des événements semblable à l'eau décompose la matière et la convertit en énergie pour le transport à travers le trou de ver, la rétablissant dans son état d'origine à la destination. Cela expliquerait pourquoi l'énergie électromagnétique peut voyager dans les deux sens - elle n'a pas besoin d'être convertie.

La règle à sens unique peut être causée par les Stargates elles-mêmes : comme une porte peut seulement être capable de créer un horizon des événements qui Soit décompose ou reconstitue la matière, mais pas les deux. Il sert de dispositif de tracé très utile : lorsqu'on veut retourner à l'autre extrémité, il faut fermer le trou de ver d'origine et "recomposer", ce qui signifie qu'il faut accéder au dispositif de numérotation. La nature à sens unique des Stargates aide à défendre la porte contre les incursions indésirables. [9] En outre, les Stargates peuvent maintenir un trou de ver artificiel pendant seulement 38 minutes. Il est possible de le maintenir actif plus longtemps, mais cela nécessiterait d'immenses quantités d'énergie. Les trous de ver générés par les portes des étoiles sont basés sur l'idée fausse que les trous de ver dans l'espace 3D ont des horizons d'événements 2D (circulaires), mais une visualisation correcte d'un trou de ver dans l'espace 3D serait un horizon d'événements sphérique. [10] [11]

Babylone 5 et Croisade Éditer

Dans les séries télévisées Babylone 5 et sa série dérivée Croisade, les points de saut sont des trous de ver artificiels qui servent d'entrées et de sorties vers l'hyperespace, permettant un voyage plus rapide que la lumière. Les points de saut peuvent être créés par des navires plus gros (cuirassés, destroyers, etc.) ou par des jumpgates autonomes. [11] Plus l'énergie utilisée pour créer le trou de ver est grande, plus l'ouverture sera grande, de sorte que les portes autonomes sont utilisées pour les routes interstellaires prédéterminées et à fort trafic, tandis que les moteurs des navires servent principalement de moyen de déplacement pour ce navire et ses vaisseaux de soutien, leur permettant d'entrer et de sortir de l'hyperespace où une porte de saut n'est pas commodément proche dans l'espace normal. [ citation requise ]

Trois types distincts de trous de ver sont caractérisés dans la série et ses suites.

Les points de saut créés à la fois par les portes de saut et par les grands vaisseaux caractérisent un trou de ver traversable lorentzien avec des extrémités intra-universelles. Dans la série, cependant, plutôt que le point final de sortie étant défini au moment de l'entrée, le navire entre dans l'hyperespace non euclidien dans lequel les balises à tachyons marquent les destinations finales possibles dans l'espace réel. Un vaisseau peut entrer dans l'hyperespace sans destination particulière, s'y attarder ou s'y cacher avant de retourner dans l'espace normal, voire être irrémédiablement perdu s'il devient incapable de sortir dans l'espace normal. [ citation requise ]

Comme établi dans l'épisode "Mouvements de feu et d'ombre", les jumpgates sont considérées comme un territoire neutre. Ainsi, ce serait une violation flagrante des règles d'engagement de les attaquer directement, car le réseau de jumpgate est nécessaire à chaque course spatiale. Cependant, c'est une tactique courante en temps de guerre pour les adversaires de programmer leurs jumpgates pour interdire l'accès à tout navire ennemi, forçant ainsi ces forces à ouvrir leurs propres points de saut.

Le deuxième type de trou de ver représenté dans la série est de nature temporelle, comme lorsque la Grande Machine enfouie à des kilomètres sous la surface d'Epsilon Eridani III, un complexe extraterrestre massif pour la génération et le contrôle de l'énergie à l'échelle solaire, déplace Babylone 4 1000 ans dans le passé, 24 heures après qu'il soit devenu pleinement fonctionnel, emmenant le commandant Sinclair avec lui dans le passé pour commencer les préparatifs un millénaire à l'avance pour la guerre à venir avec les Ombres, créant un paradoxe temporel. [ citation requise ]

Le troisième type de trou de ver apparaît dans la suite de la série Babylon 5 : Troisième espace, car un ancien artefact Vorlon est trouvé en train de dériver dans l'hyperespace et est récupéré et ramené dans l'espace normal. L'appareil se révèle être une passerelle pour la création d'un trou de ver lorentzien extra-universel, qui s'ouvre sur un univers dominé par une race extraterrestre incroyablement puissante et impitoyablement violente. [ citation requise ]

Paysage lointain Éditer

La série télévisée Paysage lointain présente un astronaute américain qui se fait tirer dessus par accident à travers un trou de ver et se retrouve dans une partie éloignée de l'univers, et présente également l'utilisation de trous de ver pour atteindre d'autres univers (ou "réalités non réalisées") et comme armes de destruction massive. [12] [13]

Les trous de ver sont la cause de la présence de John Crichton dans les confins de notre galaxie et le centre d'une course aux armements de différentes espèces extraterrestres tentant d'obtenir la capacité perçue de Crichton de les contrôler. Le cerveau de Crichton a été secrètement implanté avec la connaissance de la technologie des trous de ver par l'un des derniers membres d'une ancienne espèce extraterrestre. Plus tard, un interrogateur extraterrestre découvre l'existence des informations cachées et ainsi Crichton se retrouve impliqué dans la politique et la guerre interstellaires tout en étant poursuivi par toutes les parties (car ils veulent avoir la possibilité d'utiliser des trous de ver comme armes). Incapable d'accéder directement aux informations, Crichton est capable de prédire inconsciemment quand et où les trous de ver se formeront et est capable de les traverser en toute sécurité (alors que toutes les tentatives des autres sont fatales). À la fin de la série, il élabore finalement une partie de la science et est capable de créer ses propres trous de ver (et montre à ses poursuivants les conséquences d'une arme à trou de ver). [13] [14]

Star Trek franchise Modifier

  • Des objets présentant des caractéristiques similaires à des trous de ver ont été présentés dans des épisodes de Star Trek : la série originale, bien que le mot trou de ver n'ait pas été utilisé. La passerelle présentée dans l'épisode "La ville au bord de l'éternité", par exemple, était une passerelle à travers le temps qui fonctionne un peu comme un trou de ver. [15][16]
  • Au début de l'histoire de Star Trek : le film, un déséquilibre d'antimatière dans le réaménagé Entreprise Les systèmes d'alimentation à distorsion du vaisseau spatial créent un trou de ver instable généré par le vaisseau directement devant le vaisseau, menaçant de déchirer partiellement le vaisseau spatial à cause de ses effets de dilatation temporelle de plus en plus sévères, jusqu'à ce que le commandant Pavel Chekov tire une torpille à photons pour faire exploser un astéroïde de grande taille qui a été tiré avec le vaisseau (et directement devant lui), déstabilisant l'effet de trou de ver et lançant le Entreprise clair alors qu'il ralentissait à des vitesses inférieures à la lumière. Vers la fin du film, Willard Decker rappelle que "Voyager 6" (alias V'ger) a disparu dans ce qu'ils appelaient un "trou noir". À une certaine époque, les trous noirs de la science-fiction étaient souvent dotés des caractéristiques de trous de ver. Cela a pour la plupart disparu car un trou noir n'est pas nécessairement un trou dans l'espace mais une masse dense et l'effet de vortex visible souvent associé aux trous noirs n'est que le disque d'accrétion de matière visible attiré vers lui. La ligne de Decker est très susceptible d'informer qu'il s'agissait probablement d'un trou de ver dans lequel Voyager 6 est entré, bien que la gravité intense d'un trou noir déforme le tissu de l'espace-temps. [17][18]
  • Le décor de la série télévisée Star Trek: Deep Space Neuf est une station spatiale, Deep Space 9, située près du trou de ver bajoran créé artificiellement. [19] Ce trou de ver est unique dans le Star Trek l'univers en raison de sa stabilité. Dans un épisode précédent de Star Trek : la prochaine génération il a été établi que les trous de ver sont généralement instables à une ou aux deux extrémités – soit les extrémités se déplacent de manière erratique, soit elles ne s'ouvrent pas de manière fiable. [20][21] Le vortex bajoran est stationnaire aux deux extrémités et s'ouvre de manière cohérente. Il fournit un passage vers le lointain quadrant Gamma, ouvrant une porte aux vaisseaux spatiaux qui s'étend bien au-delà de la portée normalement atteignable, est la source d'une grave menace pour le quadrant Alpha d'un empire appelé le Dominion, et abrite un groupe de non- des formes de vie physiques qui entrent en contact avec le commandant Benjamin Sisko et ont également interagi avec les Bajorans dans le passé. Découvert au début de la série, l'existence du trou de ver et les diverses conséquences de sa découverte élèvent l'importance stratégique de la station spatiale et est un facteur majeur dans la plupart des intrigues globales au cours de la série. [19][22][23]
  • Dans Star Trek : Voyager, un scientifique extraterrestre explique que le terme trou de ver est souvent utilisé comme terme profane et décrit diverses anomalies spatiales. Il s'ensuit que les trous de ver dans Star Trek représentent des concepts complètement différents et n'ont souvent qu'un rapport superficiel avec de vrais trous de ver prédits. [citation requise]
  • Dans le 2009 Star Trek film, la matière rouge est utilisée pour créer des trous noirs artificiels. Un grand agit comme un conduit entre l'espace-temps et renvoie Spock et Nero dans le temps. [24][25]

Docteur Who Éditer

  • The Rift qui apparaît dans la longue série de science-fiction britannique Docteur Who et ses retombées Torchwood est un trou de ver. L'une de ses embouchures est située dans la baie de Cardiff, au Pays de Galles et l'autre flotte librement dans l'espace-temps. C'est le dispositif central de l'intrigue dans ce dernier spectacle. [26]
  • Dans "Planet of the Dead", un trou de ver transporte un bus londonien à impériale vers une planète aride et désertique. Le trou de ver ne pouvait être parcouru en toute sécurité que par un objet métallique, et les tissus humains ne sont pas destinés aux voyages interspatiaux, comme l'a démontré le chauffeur de bus, qui est brûlé jusqu'aux os en tentant de revenir sur Terre. [27][28]

Il est discuté que le Time Vortex a été créé par les Time Lords (une race ancienne et puissante d'extraterrestres d'apparence humaine qui peuvent contrôler l'espace et le temps, le protagoniste est l'un d'entre eux) pour permettre le voyage des TARDIS (Time And Relative Dimension In Space) à n'importe quel point de l'espace-temps. [29] [30]

Univers cinématographique Marvel Modifier

  • Dans le film de 2011 Thor, basé sur le personnage de Marvel Comics, réinvente le mythique pont Bifrost comme un trou de ver, également dans ce cas spécifiquement appelé pont Einstein-Rosen, qui est ouvert et fermé par le gardien, Heimdall, pour permettre le voyage entre les Neuf Royaumes. [31][32]
  • Dans le film 2012 Les Vengeurs, qui se déroule également dans l'univers cinématographique Marvel, le Tesseract est capable d'ouvrir des trous de ver dans l'espace, permettant aux Chitauri d'envahir New York. [33][34]
  • Aussi, dans le film de 2013 Thor: Le Monde des Ténèbres basé sur le même personnage ci-dessus, le mythique Bifrost, parmi un autre passage secret, réapparaît en faisant référence au pont Einstein-Rosen, qui permet au personnage principal du film et à ses amis de voyager entre les différents royaumes d'Yggdrasil. De plus, Jane Foster et son équipe rencontrent également un petit trou de ver à Londres, qui se connecte à un autre royaume. Son passage à travers ce trou de ver et son contact ultérieur avec l'Éther déclenchent l'intrigue. [35][36]
  • Dans le film de 2016 Docteur étrange, le docteur Strange et d'autres utilisant un dispositif magique appelé Sling Ring pour ouvrir des trous de ver à volonté. Au début, le docteur Strange l'utilise pour voler des livres sur la magie dans la bibliothèque. [citation requise]
  • Dans le film 2017 Thor : Ragnarok, Thor se retrouve à Sakaar, une planète poubelle entourée de trous de ver. Le plus grand, appelé l'anus du diable par les habitants, est décrit par Bruce Banner comme « une étoile à neutrons qui s'effondre dans un pont Einstein-Rosen ». [37][38]
  • Dans le film 2018 Avengers : guerre à l'infini, une fois que Thanos a pris la pierre de l'espace du Tesseract, il peut générer des trous de ver à volonté. [39]

Dans certaines analyses antérieures de la relativité générale, on croyait que l'horizon des événements d'un trou noir formait un pont Einstein-Rosen. Les travaux envisageant les trous noirs comme des trous de ver sont répertoriés dans Black Holes comme des ponts de trous de ver. [40] [41]


La Bible enseigne que les cieux étaient un dôme solide, incrusté d'étoiles ? par Rich Deem

La Bible enseigne que la terre était "plate et circulaire, assise sur des piliers avec un dôme de ciel solide et rotatif au-dessus de la tête qui portait le soleil, la lune et les étoiles et permettait à l'eau de s'écouler à travers les "fenêtres du ciel" ou les écluses pour former des nuages ​​et de la pluie . » 1 S'il est vrai que la Bible enseigne une cosmologie aussi primitive, alors personne ne devrait croire qu'elle provient de Dieu ni suivre ses préceptes. Alors, regardons ce que la Bible dit vraiment sur les cieux et la terre et si les affirmations des athées sont valides.

Cosmologies anciennes

Les sceptiques ont raison de dire que beaucoup d'anciens croyaient en une terre plate qui était recouverte d'un dôme solide. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de cosmologies anciennes qui prévalaient il y a 2 000 à 5 000 ans.

Sumériens

Les anciens hymnes et mythes sumériens donnent une image de la création de l'univers (anki). Les Sumériens croyaient qu'une mer primitive (abzu) existait avant toute autre chose et que le ciel (an) et la terre (ki) s'y étaient formés. La frontière entre la mer primitive et la terre (un disque plat) était une voûte solide, à l'intérieur de laquelle se trouvait l'atmosphère gazeuse (lil). Les étoiles, les planètes, le soleil et la lune étaient incrustés dans cette voûte solide. 2 Chacune des quatre principales divinités sumériennes était associée à l'une de ces régions An (dieu du ciel), Ki (déesse de la terre, également connue sous le nom de Ninhursag, Ninmah ou Nintu), Enlil (dieu de l'air, fils d'An et Ki) et Enki (dieu de la mer primitive). Selon leurs mythes, An et Ki étaient les ancêtres de la plupart des dieux. 2

Les Grecs

Le philosophe grec Anaximène a décrit le ciel comme un bonnet de feutre qui tournait sur sa tête, avec les étoiles fixées à cette surface comme des clous. 3

Certains Juifs ont également approuvé la cosmologie du dôme solide. Par exemple, Josèphe, l'historien juif juif du premier siècle, croyait que la terre était entourée d'un firmament cristallin :

Après cela, le deuxième jour, il plaça le ciel sur le monde entier, et le sépara des autres parties, et il détermina qu'il devrait se tenir par lui-même. Il plaça aussi un [firmament] cristallin autour d'elle, et l'assembla d'une manière agréable à la terre, et l'ajusta pour donner l'humidité et la pluie, et pour permettre l'avantage des rosées. 4

Une partie du Talmud juif indique que le Soleil a voyagé sous le firmament le jour et au-dessus du firmament la nuit :

« Les savants d'Israël disent : « La sphère est solide et les planètes tournent » Les savants des nations disent : « La sphère se déplace et les planètes se tiennent ». la nuit au-dessus du firmament » les savants des nations disent : « Le soleil se meut le jour sous le firmament, et la nuit sous la terre. » 5

Les premiers chrétiens

Théophile d'Antioche, un chrétien du deuxième siècle a écrit que le ciel était une couverture en forme de dôme :

"Car l'Esprit étant un et tenant la place de la lumière, (2) était entre l'eau et le ciel, afin que les ténèbres ne puissent en aucune façon communiquer avec le ciel, qui était plus près de Dieu, avant que Dieu ne dise : " Que il y ait de la lumière.' Le ciel, par conséquent, étant comme une couverture en forme de dôme, comprenait la matière qui était comme une motte. » 6

Voici ce que dit le livre d'Enoch (un texte ancien non biblique) à propos de la cosmologie ancienne :

Et de là, je suis allé aux extrémités de la terre et j'y ai vu de grandes bêtes, et chacune différait de l'autre et (j'ai vu) des oiseaux également différents en apparence, en beauté et en voix, l'un différent de l'autre. Et à l'est de ces bêtes, je vis les extrémités de la terre sur lesquelles repose le ciel, et les portes du ciel s'ouvrir. Et j'ai vu comment les étoiles du ciel sortaient, et j'ai compté les portails d'où elles sortaient, et j'ai noté toutes leurs sorties, de chaque étoile individuelle par elle-même, selon leur nombre et leurs noms, leurs cours et leurs positions, et leurs temps et leurs mois, comme me l'a montré Uriel le saint ange qui était avec moi. 7

Des passages bibliques appuient la cosmologie du dôme

Bien qu'il semblerait d'après cette liste que de nombreux anciens, y compris les chrétiens, croyaient en la cosmologie du dôme, cette preuve ne répond pas à la question initiale - Est-ce que la Bible enseigner la cosmologie du dôme ? Examinons des passages bibliques spécifiques qui, selon les sceptiques, enseignent la cosmologie du dôme.

Le firmament

La principale raison pour laquelle les sceptiques ont dit que la Bible approuve la cosmologie du dôme vient de la version King James (KJV) de la traduction de la Bible. Voici la traduction KJV de Genèse 1:6-8 :

Et Dieu dit : " Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu'il sépare les eaux des eaux. " Et Dieu fit le firmament, et sépara les eaux qui étaient sous le firmament des eaux qui étaient au-dessus du firmament. et c'était ainsi. Et Dieu appela le firmament Ciel. (Genèse 1:6-8)

Le mot "firmament" implique un matériau solide, venant du mot latin "firmamentum" du latin de Jérôme Vulgate traduction de la Bible. Le mot latin firmamentum a le sens d'un "support", ou "prop". Cependant, le mot hébreu original, raqi, 8, que Jérôme a traduit en latin firmamentum, n'est pas aussi précis. Raqia vient du verbe hébreu raqa, ce qui signifie "battre","tampon","battre" et "étaler". Apparaît 11 fois dans lAncien Testament, raqa a le sens de "tamponner ses pieds" (deux fois), tamponner quelque chose avec les pieds (une fois), étaler du métal (quatre fois), étaler la terre (trois fois) et étaler le ciel ou les nuages ​​(une fois). 9 Ainsi, le verbe raqa ne se réfère pas nécessairement au battage d'un objet solide, mais à un processus d'étalement, que l'objet soit solide ou non.

Raqia

Le nom hébreu raqi est utilisé 17 fois dans la Bible. Onze de ces cas apparaissent dans 7 versets de Genèse 1. 10 Cinq cas de raqi se produisent dans les visions d'Ézéchiel 11 - une fois se référant à l'étendue (ou l'étendue) des ailes des anges et les quatre autres se référant à quelque chose qui semblait être comme un cristal brillant, bien qu'il ne soit jamais identifié comme étant un objet solide. Deux autres se produisent dans les Psaumes, 12 se référant une fois à l'étendue telle que décrite dans la Genèse (également écrite par Moïse), et la seconde se référant à l'étendue puissante de la puissance de Dieu. 12 Alors, raqi lui-même ne se réfère pas toujours à un objet solide.

Genèse 1:8 dit que Dieu lui-même définit ce que le raqi c'est-à-dire en disant " Dieu a appelé l'étendue ciel ". Ainsi, le soi-disant firmament n'est rien de plus que le ciel lui-même et ne comprend pas une structure séparée. Ce fait est encore souligné dans Genèse 1:20, où Dieu dit : ". laissez les oiseaux voler au-dessus de la terre dans l'étendue ouverte des cieux." 10 De toute évidence, les oiseaux ne peuvent pas voler à travers une structure solide, indiquant clairement que raqi n'est pas un objet solide.

Colonnes du ciel

Dans le livre de Job, Job parle à ses quatre « amis » et finalement à Dieu lui-même. Au cours d'un de ces longs discours, Job parle de la création de Dieu, se référant aux "piliers des cieux". Les sceptiques disent que les piliers soutiennent le solide dôme du firmament au-dessus de la terre. Cependant, avant de décider exactement ce que sont ces « piliers des cieux », nous devrions examiner le verset dans son contexte :

  • Il étend les cieux du nord sur le vide, il suspend la terre sur le néant. (Travail 26:7)
  • Il enveloppe les eaux dans ses nuages, mais les nuages ​​n'éclatent pas sous leur poids. (Travail 26:8)
  • Il couvre le visage de la pleine lune, étendant ses nuages ​​dessus. (Travail 26:9)
  • Il trace l'horizon sur la face des eaux pour une frontière entre la lumière et les ténèbres. (Travail 26:10)
  • Les piliers des cieux tremblent, atterrés par sa réprimande. (Travail 26:11)

Comme on peut le voir, Job propose des aperçus assez remarquables de la nature de la terre. Il dit que la terre n'est suspendue au-dessus de rien et que les nuages ​​portent de l'eau et ont du poids, mais ne tombent pas sur terre. Dans le contexte du passage, il est clair que les "piliers" sont les montagnes, qui tremblent à la réprimande de Dieu. Alors que le Coran dit que la terre est comme un tapis 13 qui est maintenu en place par les lourdes montagnes, décrites comme étant comme des piquets de tente, 14 afin qu'elle ne bouge pas ou ne tremble pas, 15 la Bible associe les montagnes avec secouant 16 et dit qu'au lieu de placer les montagnes sur la terre, Dieu fit monter les montagnes. 17 Ainsi, il est assez évident que ces piliers ne soutiennent rien, mais sont simplement des piliers autonomes, similaires à ceux que l'on trouve dans le temple de Salomon. 18

Le miroir en fusion

Un autre exemple donné pour l'affirmation selon laquelle la Bible enseigne qu'il y a un dôme solide qui contient les étoiles vient du livre de Job :

« Peux-tu, avec Lui, étendre les cieux, forts comme un miroir en fusion ? »Travail 37:18)

Hors contexte, cela semble être un cas ouvert et fermé que la Bible enseigne que les cieux sont solides. Cependant, il y a quelques problèmes certains avec la traduction anglaise de ce verset. Premièrement, le mot hébreu chachaq, 19 "skies" traduits est probablement une mauvaise traduction de l'hébreu. Le mot habituel qui aurait été utilisé pour "sky" ou "heaven" est chamayim. 20 Le sens du mot hébreu chachaq est généralement "cloud" ou "dust." 21 En regardant le contexte de Job 37, tout le début du chapitre décrit une violente tempête. 22 Dans trois autres cas du même chapitre, le mot chachaq est traduit par "cloud", il serait donc logique de le traduire également par "cloud" dans ce verset. Le mot hébreu rei, traduit par "miroir", 23 ne se trouve nulle part ailleurs dans l'Ancien Testament, donc sa signification exacte reste incertaine. Cependant, il est dérivé du mot hébreu raah, ce qui signifie "apparaître" ou "voir". 24 Une preuve supplémentaire que rei ne signifie pas que "miroir" vient de la traduction grecque LXX de l'Ancien Testament hébreu (traduit par les Juifs en grec du IIIe au Ier siècle av. J.-C.), où les traducteurs utilisaient le mot grec horasis, qui signifie « apparence ». 25 À partir de ces informations, nous pouvons trouver une bien meilleure traduction qui correspond au contexte du chapitre :

« Peux-tu, avec Lui, étendre les nuages ​​puissants, avec une apparence fondue ? »Travail 37:18)

Cette traduction correspond beaucoup mieux au contexte, puisque toute la première partie de Job 37 parle d'une tempête. De plus, le ciel n'a pas une apparence fondue et fluide, contrairement aux nuages. Donc, d'après le contexte, il est assez évident que ce verset fait référence à l'apparition de nuages ​​et non à un "firmament" solide.

L'autre complication pour les athées essayant d'épingler un enseignement du ciel solide sur ce verset de Job est la réponse de Dieu au sermon d'Elihu sur la création. Dans le chapitre suivant, Dieu réprimande Elihu avec des mots assez forts :

« Qui est-ce qui obscurcit le conseil par des mots sans connaissance ? »Travail 38:2)

En d'autres termes, Dieu dit à Job que son ami ne sait pas de quoi il parle. Autant pour cette affirmation que la Bible endosse l'idée que les cieux sont un dôme solide. Puisque Dieu Lui-même a répondu à Job dans un sermon de 5 chapitres, les athées auraient un point valable s'ils trouvaient une erreur dans l'un de ces chapitres. Cependant, vous ne trouverez aucune plainte concernant le contenu des chapitres 38-42. En fait, le chapitre 38 établit avec précision les conditions initiales de la terre (couverte d'une épaisse couche de nuages) :

"Où étiez-vous lorsque j'ai posé les fondations de la terre. Quand j'ai fait d'un nuage son vêtement Et d'épaisses ténèbres sa bande de langes" (Travail 38:4, 9)

Le dôme voûté

Un autre verset biblique, selon les sceptiques, enseigne que la cosmologie du dôme vient du livre d'Amos :

Celui qui bâtit ses chambres hautes dans les cieux et a fondé son dôme voûté sur la terre. (Amos 9:6)

C'est le seul verset dans lequel le mot "dôme" apparaît réellement dans les traductions anglaises de la Bible, mais il ne se trouve que dans la traduction NASB. Voici d'autres traductions du verset :

  • C'est lui qui bâtit ses histoires dans le ciel et a fondé sa troupe sur la terre. (Amos 9:6, KJV)
  • celui qui bâtit son palais élevé dans les cieux et en pose le fondement sur la terre. (Amos 9:6, VNI)
  • Il a construit son palais dans les cieux et a laissé ses fondations reposer sur la terre. (Amos 9:6, CEV)
  • Celui qui bâtit son ascension au ciel et fonde son paquet sur la terre. (Amos 9:6, DRB)
  • C'est lui qui construit son ascension vers le ciel, et établit sa promesse sur la terre. (Amos 9:6, LXX) 26

Le mot hébreu en question est aguddah, ce qui signifie une bande : bande(1), bandes(1), groupe(1). 27 Les autres traductions utilisent le mot "fondation" (NIV) et troupe" (KJV). Voici les trois autres versets dans lesquels le mot aguddah apparaît :

  • "Et vous en prendrez un tas [aguddah] d'hysope et trempez-le dans le sang qui est dans le bassin, et appliquez un peu du sang qui est dans le bassin sur le linteau et les deux montants de porte et aucun de vous ne sortira de la porte de sa maison jusqu'au matin."Exode 12:22)
  • Et les fils de Benjamin se rassemblèrent derrière Abner et devinrent une seule bande [aguddah], et ils se tenaient au sommet d'une certaine colline. (2 Samuel 2:25)
  • ce n'est pas le jeûne que je choisis, Pour desserrer les liens de la méchanceté, Pour défaire les liens [aguddah] du joug, Et de libérer les opprimés, Et de briser tout joug ?" (Esaïe 58:6)

Ainsi, il est évident que la traduction NASB d'Amos 9:6 est erronée. Cet exemple est typique du genre d'objections soulevées par les athées. Leur MO est de trouver une traduction inhabituelle (généralement trouvée dans une seule traduction) et de l'utiliser comme "preuve" que la Bible est inexacte.

Extrémités de la Terre

La Bible fait de nombreuses références aux « extrémités de la terre ». 28 De toute évidence, si la terre était sphérique, elle n'aurait pas de fin. Ces versets ne montrent-ils pas que la Bible promulgue une théologie de la terre plate ? En réalité, la Bible ne fait presque jamais référence à la planète Terre (sauf dans ses passages cosmologiques évidents). Le mot hébreu erets, parfois traduit par le mot anglais "earth", se réfère presque toujours à la géographie locale ("land") ou au sol ("dirt"). Le plus souvent, les passages font référence à une géographie spécifique (généralement la terre autour d'Israël) :

  • des dieux des peuples qui sont autour de toi, près de toi ou loin de toi, d'un bout de la terre à l'autre bout), (Deutéronome 13:7)
  • "Comme le premier-né de son bœuf, la majesté est à lui, Et ses cornes sont les cornes du bœuf sauvage Avec elles, il poussera les peuples, Tout à coup, jusqu'aux extrémités de la terre. Et ce sont les dizaines de milliers d'Ephraïm, Et ce sont les milliers de Manassé." (Deutéronome 33:17)
  • Puisse-t-il aussi régner d'une mer à l'autre Et du Fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. (Psaumes 72:8)
  • Il s'est souvenu de sa bonté et de sa fidélité à la maison d'Israël. Toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu. (Psaumes 98:3)
  • Sortez de Babylone ! Fuyez les Chaldéens ! Déclarez au son de cris de joie, proclamez ceci : Envoyez-le jusqu'au bout de la terre Dites : " L'Éternel a racheté son serviteur Jacob. " (Ésaïe 48:20)
  • Je retrancherai le char d'Ephraïm Et le cheval de Jérusalem Et l'arc de guerre sera retranché. Et il dira la paix aux nations Et sa domination s'étendra d'une mer à l'autre, Et du fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. (Zacharie 9:10)

Ainsi, le plus souvent, le mot "land: devrait être utilisé à la place de "earth." Dans de nombreux cas érets, ne se réfère pas à la terre ou à la terre ou à la saleté, mais à la personnes qui habitent le pays :

  • « Ceux qui combattent l'Éternel seront brisés. Contre eux, il tonnera dans les cieux, L'Éternel jugera les extrémités de la terre Et il fortifiera son roi, Et exaltera la corne de son oint. » (1 Samuel 2 :dix)
  • Toutes les extrémités de la terre se souviendront et se tourneront vers l'Éternel, Et toutes les familles des nations se prosterneront devant toi. (Psaumes 22:27)
  • Dieu nous bénit, afin que toutes les extrémités de la terre le craignent. (Psaumes 67:7)
  • Il s'est souvenu de sa bonté et de sa fidélité à la maison d'Israël. Toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu. (Psaumes 98:3)
  • Les côtes ont vu et ont peur Les extrémités de la terre tremblent Ils se sont approchés et sont venus. (Esaïe 41:5)
  • "Tournez-vous vers Moi et soyez sauvés, toutes les extrémités de la terre Car je suis Dieu, et il n'y en a pas d'autre. (Esaïe 45:22)
  • L'Éternel a montré son bras saint aux yeux de toutes les nations, afin que toutes les extrémités de la terre voient le salut de notre Dieu. (Esaïe 52:10)
  • Voici, l'Éternel a proclamé jusqu'au bout de la terre : Dis à la fille de Sion : « Voici, votre salut vient. Voici sa récompense est avec lui, et sa récompense devant lui. » (Ésaïe 62 :11)

Bien que nous ayons tendance à considérer la Terre comme une entité cosmologique, le mot erets devrait, presque toujours, être traduit par "pays" ou "peuple".

Quatre coins de la terre

Il y a quelques références dans certaines traductions anglaises aux « quatre coins de la terre », comme illustré dans Ésaïe :

Et Il rassemblera les dispersés de Juda des quatre coins de la terre. (Esaïe 11:12, NASB)

De toute évidence, une terre sphérique n'a pas de coins. Alors, ce verset implique-t-il que la Bible enseigne une terre plate ? Les autres traductions n'utilisent pas le mot "corners" comme on le voit ci-dessous :

  • Et il dressera un drapeau comme signe pour les nations, et il rassemblera ceux d'Israël qui avaient été renvoyés, et les errants de Juda, des quatre extrémités de la terre. (Esaïe 11:12, BBE)
  • Il donnera un signal aux nations, et il rassemblera les réfugiés de Juda et d'Israël, qui ont été dispersés sur toute la terre. (Esaïe 11:12, CEV)
  • Et il dressera un étendard pour les nations, et rassemblera les fuyards d'Israël, et rassemblera les dispersés de Juda des quatre coins de la terre. (Esaïe 11:12, DRB)
  • Et il élèvera une bannière pour les nations, et rassemblera les exilés d'Israël, et rassemblera les dispersés de Juda, des quatre ailes de la terre. (Esaïe 11 :12, LITV)
  • Il élèvera une bannière pour les nations et rassemblera les exilés d'Israël, il rassemblera le peuple dispersé de Juda des quatre coins de la terre. (Esaïe 11:12, NIV)

De toute évidence, il y a quelque chose d'inhabituel à propos de ces "coins". En fait, le mot hébreu traduit par "coins" est kânâph, qui fait en fait référence à l'aile d'un oiseau (traduit littéralement dans la Traduction littérale de la Sainte Bible, LITV, ci-dessus). Ainsi, la phrase est un idiome qui fait référence aux quatre points cardinaux (nord, sud, est et ouest). Le verset n'a rien à voir avec le fait que la terre soit plate. La prochaine chose que vous savez, les athées prétendront que la Bible dit que la terre est un oiseau, puisqu'elle a des ailes !

Cosmologie biblique

La Bible présente un modèle cosmologique de l'univers, bien que, étant un guide spirituel plutôt que scientifique, il ne soit pas trop détaillé. Même ainsi, il est scientifiquement exact. Dans l'ensemble, la Bible présente Dieu comme le Créateur de l'univers entier (matière, énergie, espace et temps). Il fait les affirmations audacieuses suivantes, qui contredisent les cosmologies anciennes répandues, mais ont été confirmées par la science moderne :

  • Le temps a eu un commencement. 29
  • L'univers a eu un commencement. 30
  • L'univers a été créé à partir de l'invisible. 31
  • Les dimensions de l'univers ont été créées. 32
  • L'univers est en expansion. 33
  • La création de matière et d'énergie a pris fin dans l'univers (réfète la théorie de l'état stationnaire). 34
  • L'univers s'épuise et "s'épuisera" (la deuxième loi de la thermodynamique garantit que l'univers s'épuisera en raison de la "mort thermique" - de l'entropie maximale). 35

Contrairement aux enseignements de l'Église catholique romaine, la Bible ne dit pas que la terre est le centre de l'univers, mais que l'univers contrôle en fait la terre. 36 De plus, la Bible identifie correctement l'ordre de la création. 37 La description biblique des cieux comprend trois zones différentes - les trois " cieux ". De ces cieux, le troisième ciel est la demeure de Dieu, 38 qui ne fait pas partie de l'univers physique. 39 Le deuxième ciel est aussi appelé " le plus haut des cieux " et contient les étoiles. 40 Le premier ciel est l'atmosphère - le raqi ou étendue biblique, dans laquelle les oiseaux volent 10 et les nuages ​​se forment pour produire de la pluie. 41

Conclusion

Bien que de nombreux anciens croyaient en un ciel en forme de dôme solide, les affirmations selon lesquelles la Bible épouse ce point de vue se révèlent fausses. Les sceptiques qui font ces affirmations s'appuient sur de mauvaises traductions anglaises des versets hébreux originaux, sortis de leur contexte, afin de "prouver" que la Bible enseigne une fausse cosmologie. En revanche, cette page montre que la Bible enseigne une cosmologie avancée qui n'a été entièrement vérifiée qu'au 20 e siècle.


Le cinéma derrière Guerres des étoiles: Le troisième homme

Réalisé par Carol Reed et écrit par le légendaire romancier britannique Graham Greene, Le troisième homme (1949) est une pièce de génie cinématographique durable et aussi proche que possible d'un thriller noir britannique parfait. Situé dans la Vienne agitée et divisée de l'après-Seconde Guerre mondiale, c'est l'histoire de la romancière de pulp Holly Martins (Joseph Cotten). Martins est attiré dans la ville, un centre rampant d'activités de la pègre et de marchés noirs, avec la promesse d'un emploi par son vieil ami, Harry Lime (Orson Welles). Le seul problème est que lorsque Martins arrive en ville, il apprend que Lime a été tué. Maintenant, c'est à lui de percer le mystère que personne ne veut qu'il résolve et de s'assurer qu'il n'est pas tué dans le processus. En approfondissant, il découvre que la raison pour laquelle tout le monde en veut à son vieil ami est que, tout en travaillant sur le marché noir, il a vendu des lots de médicaments contaminés qui ont fini par tuer un certain nombre d'enfants.

Le film est l'un de mes préférés et contient un mystère fascinant, un McGuffin déchirant et certains des meilleurs dialogues d'un film de tous les temps, en particulier le tristement célèbre discours de "coucou" de Lime.

C'est le genre de film bien connu qui inspire les cinéastes, mais il a eu un certain nombre d'influences assez directes et indirectes sur le Guerres des étoiles univers.

L'exemple le plus évident est dans l'épisode de la saison trois de Star Wars: La guerre des clones intitulé "Corruption". Au cœur de cet épisode se trouve un lot de thé contaminé vendu aux écoles mandaloriennes. Étant donné que les commerçants du marché noir qui génèrent des bénéfices veulent maximiser leurs gains, ils coupent le thé avec un produit chimique dangereux. Comme Holly Martins, la duchesse Satine et la sénatrice Amidala recherchent la source de la corruption et ce qu'elles trouvent leur permet de prendre des mesures supplémentaires pour minimiser les crimes sur Mandalore. Bien que l'épisode n'ait pas tout à fait un personnage de Harry Lime, les contrebandiers Moogan ainsi qu'un fonctionnaire mandalorien nommé Siddiq se combinent pour bien remplir le rôle.

Pour des inspirations plus ésotériques, le voyage d'Obi-Wan Kenobi en L'attaque des clones reflète celui de Holly Martins’ de manière très directe. Une fois que Zam Wessel est tué, il est envoyé pour enquêter sur une piste sans savoir ce qui se passe réellement.

Le comte Dooku est vraiment le Harry Lime de L'attaque des clones. Pour les deux premiers tiers de chaque film, Harry Lime et le comte Dooku sont évoqués en termes affectueux par les protagonistes. Harry Lime est l'ami de Martins et il n'y a aucun moyen qu'il puisse être impliqué dans quelque chose de louche ou néfaste. Le comte Dooku est un ancien Jedi et pourrait assassiner n'importe qui. Au fur et à mesure que nous approfondissons le mystère, on nous donne de plus en plus de détails sur chaque personnage, de sorte que lorsqu'ils apparaissent tous les deux enfin dans le contexte des films, nous sommes surpris et choqués.

Dans le cas de Harry Lime, une partie du choc est qu'on nous a dit qu'il était mort pendant une grande partie du film. Mais lorsque la lumière du porche s'allume et que Lime d'Orson Welles se tient là en souriant, tout ce que nous pensions savoir sur lui change radicalement. Il en est de même pour Dooku. Quand Obi-Wan le voit pour la première fois sur Geonosis promettant la mort de Padmé, cela défie tout ce qu'on nous a dit et nous oblige à réévaluer le personnage.

Dès que ces révélations sont faites, Lime et Dooku ont la possibilité d'expliquer leurs motivations à Holly Martins et Obi-Wan Kenobi, respectivement. Harry Lime s'arrange pour rencontrer son vieil ami dans une grande roue fermée à Vienne et commence à parler en termes directs avec très peu de mensonges. Cela conduit au tristement célèbre discours de «coucou» pour lequel le film est bien connu. "Comme le dit le gars", dit Lime à Martins, "en Italie pendant 30 ans sous les Borgia, ils ont eu la guerre, la terreur, le meurtre et l'effusion de sang, mais ils ont produit Michel-Ange, Léonard de Vinci et la Renaissance. En Suisse, ils avaient un amour fraternel, ils avaient 500 ans de démocratie et de paix, et qu'est-ce que cela a produit ? L'horloge à coucou.

Lime rationalise les conditions terribles créées par ses actions de la même manière que les Sith rationalisent les leurs.

Pour Dooku, la situation est similaire (tout comme le travail de la caméra entre les deux scènes.) Dooku tourne autour d'un Obi-Wan capturé de la même manière que Lime tourne autour de Martins dans la grande roue. Il lui dit la vérité sur la corruption dans la galaxie et pourquoi ses motivations sont vraiment pures.

Pour tous ceux qui regardent Le troisième homme et L'attaque des clones dos à dos, les similitudes ne pourraient pas être plus apparentes.

L'état de Vienne tout au long de la Le troisième homme — une ville divisée entre les Américains, les Russes et les Britanniques juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale ressemble à l'état actuel de la galaxie dans les années Chuck Wendig Conséquences. Personne n'a vraiment le contrôle, et le marché noir et la pègre prospèrent en conséquence.

Il sera intéressant de voir comment cela se déroulera au cours des prochaines années à mesure que nous en apprendrons davantage sur la galaxie entre Le retour du Jedi et Le réveil de la force. Nous savons que tout est ancré dans l'histoire - à la fois la vraie histoire et l'histoire du cinéma.

Le troisième homme score de cithare constant et mystère de conduite le rendent intrinsèquement re-regardable. Joseph Cotten, Orson Welles, Trevor Howard et Alida Valli réalisent des performances qui investissent complètement les téléspectateurs dans l'histoire, et le scénario de Graham Greene est l'un des plus serrés et des plus convaincants jamais écrits à l'époque et au genre. C'est un incontournable pour tout cinéphile. Le troisième homme n'a pas été classé aux États-Unis, bien qu'au Royaume-Uni, il soit classé PG pour la violence brève et les situations d'adultes (meurtre, romance, etc.). Il n'y a rien de très répréhensible visuellement (car il date de la fin des années 40), et je n'aurais aucun problème à le regarder avec des enfants assez matures pour simplement suivre l'histoire.

Disponibilité: Le troisième homme est largement disponible sur Blu-ray et DVD via la Collection Criterion (et je recommanderais la version britannique originale du film). Il est également disponible à la location en streaming sur Amazon, Google Play, iTunes et d'autres services.


Voir la vidéo: Situation De Crise E05 En Territoire Ennemi DOC FRENCH (Décembre 2021).