Podcasts sur l'histoire

Livres d'histoire médiévale

Livres d'histoire médiévale

Au début du 14ème siècle, une nouvelle arme est entrée dans les arsenaux des armées européennes. Cette première génération d'armes à poudre noire a mis la peur dans le cœur de l'ennemi et, en 1453, le canon ottoman a réussi à matraquer les murs autrefois imprenables de Constantinople. Mais les canons, à la fois lents et encombrants, étaient difficiles à utiliser et se révélaient souvent imprécis. Les premières mains étaient la réponse. Facilement rejeté par les historiens ultérieurs comme n'étant rien de plus que des tubes bruts qui tiraient des balles de plomb extrêmement inexactes, des recherches plus récentes ont révélé la véritable précision de la handgonne médiévale ainsi que son pouvoir de pénétration. Ce volume, complet avec des illustrations détaillées et des photographies en couleur de handgonnes reconstruites, révèle la véritable histoire de ce qui aurait pu facilement être l'arme la plus révolutionnaire de l'histoire. Ce livre sera un incontournable pour les amateurs et reconstituteurs du Moyen Âge.

Dans "La hache et le serment", l'un des plus grands historiens médiévaux au monde présente une image convaincante de la vie quotidienne au Moyen Âge telle qu'elle était vécue par les gens ordinaires. Écrivant pour le grand public, Robert Fossier décrit de manière vivante comment ces personnes vulnérables ont affronté la vie, de la naissance à la mort, y compris l'enfance, le mariage, le travail, le sexe, la nourriture, la maladie, la religion et le monde naturel. Alors que la plupart des histoires de la période se concentrent sur les idées et les actions des quelques personnes qui exerçaient le pouvoir et soulignent à quel point les peuples médiévaux étaient différents de nous, Fossier se concentre sur les neuf autres dixièmes de l'humanité de la période et conclut que « l'homme médiéval, c'est nous ». . S'appuyant sur un large éventail de preuves, Fossier décrit comment les hommes et les femmes médiévaux ont rencontré, géré et compris les faits matériels de base de leur vie. Nous apprenons comment les gens se sont liés à l'agriculture, aux animaux, à la météo, à la forêt et à la mer ; comment ils ont consommé de l'alcool et des drogues; et comment ils enterraient leurs morts. Mais "La hache et le serment" concerne bien plus que les simples exigences matérielles de la vie. Nous apprenons également comment les gens ordinaires ont vécu les aspects sociaux, culturels, intellectuels et spirituels de la vie médiévale, de la mémoire et de l'imagination à l'écriture et à l'Église. Le résultat est une nouvelle vision radicale du Moyen Âge qui divertira et éclairera les lecteurs.

Le 13 septembre 1356 près de Poitiers dans l'ouest de la France, la petite armée anglaise d'Edouard, le Prince Noir écrasa les forces du roi de France Jean II dans l'une des batailles les plus célèbres de la guerre de Cent Ans. Au fil des siècles, l'histoire de cette victoire anglaise à contre-courant s'est inscrite, avec Crécy et Azincourt, dans la légende de la guerre médiévale. Et pourtant, ces derniers temps, cette bataille classique a reçu moins d'attention que les autres batailles célèbres de l'époque. Le moment est venu d'une réévaluation, et c'est le but du nouveau récit de Christian Teutsch qui fait réfléchir.

L'auteur décrit le développement des bandes de guerre barbares indisciplinées de l'âge des ténèbres dans les armées féodales du début du Moyen Âge. Il traite des armes et des équipements du soldat, non seulement à partir de spécimens survivants, mais aussi à partir de descriptions dans des documents médiévaux contemporains. Vesey Norman couvre le lent développement de la tactique et la transition du guerrier d'un disciple personnel d'un chef de guerre au chevalier qui a servi son seigneur féodal en tant que cavalier lourdement blindé en échange de terres. Il détaille l'attitude de l'Église face à la guerre, l'essor de la chevalerie et le développement des chevaliers des ordres militaires, les Templiers, les Hospitaliers et les Chevaliers teutoniques. Il répond à des questions telles que quelles classes d'hommes composaient l'armée, qui les commandait et comment ils étaient équipés, payés et organisés.

A Tale of Two Monasteries jette un regard inédit sur l'une des grandes rivalités du Moyen Âge et l'offre comme une lentille révélatrice à travers laquelle regarder les histoires entrelacées de l'Angleterre et de la France médiévales. C'est le premier livre à comparer systématiquement l'abbaye de Westminster et l'abbaye de Saint-Denis - deux des institutions ecclésiastiques les plus importantes du XIIIe siècle - et à le faire à travers les vies et les carrières concurrentes des deux hommes qui les ont gouvernés, Richard de Ware de Westminster et Mathieu de Vendôme de Saint-Denis. L'historien estimé William Jordan tisse un récit époustouflant de l'histoire sociale, culturelle et politique de la période. C'était une époque de rébellion et de croisades, d'innovation artistique et architecturale, de réforme politique sans précédent et de diplomatie internationale frustrante - et Richard et Mathieu, d'une manière ou d'une autre, ont joué un rôle important dans tous ces développements. Jordan retrace leur ascension de milieux obscurs aux plus hauts rangs de l'autorité politique, l'abbé Richard devenant trésorier royal d'Angleterre et l'abbé Mathieu servant à deux reprises comme régent de France pendant les croisades. En nous permettant de comprendre les relations complexes que les abbés et leurs institutions rivales entretenaient entre eux et avec les rois et les réseaux sociaux qui les soutenaient et les exploitaient, A Tale of Two Monasteries dresse un portrait vivant de la société et de la politique médiévales, et de l'ambitieux des hommes qui les ont si profondément influencés.

Les Assassins Ismailis étaient un groupe clandestin de tueurs politiques qui étaient prêts à tuer des chrétiens et des musulmans au mépris total de leur propre vie. Ces meurtriers dévoués étaient sous le contrôle puissant d'un grand maître qui a utilisé l'assassinat dans le cadre d'une grande vision stratégique qui embrassait l'Égypte, le Levant et la Perse et a même atteint la cour des Khans mongols dans la lointaine Qaraqorum. Les Assassins étaient méticuleux dans leur mise à mort. Ils tuaient souvent leurs victimes en public, cultivant ainsi leur terrifiante réputation. Ils prenaient des déguisements et leur arme de prédilection était un poignard. Le poignard était béni par le grand maître et tuer avec lui était un acte saint et sanctifié - le poison ou d'autres méthodes de meurtre étaient interdits aux adeptes de la secte. Survivre à une mission était considéré comme un profond déshonneur et les mères se réjouissaient lorsqu'elles apprirent que leurs fils Assassins étaient morts après avoir accompli leurs actes meurtriers. Leur formidable réputation s'est répandue au loin. En 1253, les chefs mongols avaient tellement peur d'eux qu'ils massacrèrent et asservirent les femmes et les enfants des Assassins pour tenter de liquider la secte. Le monarque anglais, Edward I, a failli être abattu par leurs lames et la réputation de Richard Cœur de Lion a été entachée par son association avec le meurtre des Assassins de Conrad de Montferrat. The Ismaili Assassins explore les origines, les actions et l'héritage de cette secte notoire. Enrichi de témoignages oculaires de sources islamiques et occidentales, ce livre important dévoile l'histoire des croisades et du début de la période islamique, donnant au lecteur une entrée dans une époque historique passionnante et pertinente.

La civilisation médiévale est arrivée à maturité lors d'événements tonitruants comme la conquête normande et la première croisade. Le pouvoir tomba aux mains des hommes autour des châteaux qui imposèrent de nouvelles seigneuries coercitives en quête de noblesse, sans se soucier de l'ancien ordre public. Dans La crise du XIIe siècle, le célèbre historien Thomas Bisson demande ce que c'était que de vivre dans une Europe sans gouvernement, et il demande comment les gens ont vécu le pouvoir et ont souffert. Repenser une histoire familière comme un problème d'origine, il explore les circonstances qui ont poussé les chevaliers, les empereurs, les nobles et les hommes d'église à insuffler à la seigneurie un objectif social. Bisson fait remonter les origines du gouvernement européen à une crise de la seigneurie et à sa résolution. Le roi Jean d'Angleterre n'était que le dernier et le plus visible d'une galerie de mauvais seigneurs qui dominaient la population au lieu de la gouverner. Des hommes comme lui n'avaient été que trop banals au XIIe siècle. De plus en plus de chevaliers prétendaient à des pouvoirs et à un statut, empiétaient sur les domaines cléricaux et exploitaient les paysans, et apparaissaient comme menaçants pour l'ordre social et la paix. Pourtant, comme le montre Bisson, ce ne sont pas tant les peuples opprimés que leurs bourreaux qui sont en crise. Couvrant toute la chrétienté occidentale, ce livre suggère ce que ces gens violents - et les cris qu'ils ont provoqués - ont contribué à la formation de gouvernements dans les royaumes, les principautés et les villes. La crise du XIIe siècle est une histoire culturelle sans précédent du pouvoir dans l'Europe médiévale et une réalisation monumentale de l'un des plus grands médiévistes d'aujourd'hui.

Dans la cathédrale de Florence se trouve un remarquable portrait par Uccello de Sir John Hawkwood, le soldat de fortune anglais qui commanda l'armée florentine à l'âge de 70 ans et s'est taillé une formidable réputation comme l'un des plus grands mercenaires de la fin du Moyen Âge. Sa vie est une histoire incroyable. Il est passé de modestes débuts dans un village de l'Essex, a combattu pendant les campagnes françaises d'Édouard III, est allé en Italie à l'âge de 40 ans et a joué un rôle de premier plan dans les conflits incessants des cités-États qui dominaient ce pays. Son succès pendant tant d'années à une époque aussi brutale et incertaine reposait sur ses compétences exceptionnelles en tant que soldat et commandant, et c'est cet aspect de sa carrière que Stephen Cooper explore dans cette étude perspicace et très lisible.

Au Moyen Âge, la marche entre l'Angleterre et le Pays de Galles était une zone frontalière contestée et militarisée, une « terre de guerre ». Les rois anglais étant distraits par les affaires en France, les seigneurs des frontières anglais étaient laissés à eux-mêmes pour organiser et gérer les seigneuries de la manière la mieux adaptée à cette frontière souvent violente. La pièce maîtresse de la société frontalière qui s'est développée était l'honneur féodal et sa cour, et au cours de la marche, il a survécu en tant qu'entité fonctionnelle beaucoup plus longtemps qu'en Angleterre. Cependant, au XIIe siècle, alors que la montée en puissance de la couronne anglaise menaçait les honneurs des Marcher, leurs seigneurs affirmèrent leur indépendance vis-à-vis des cours du roi, et la Marche devint une terre où « le mandat du roi ne courait pas ». Dans le même temps, la capacité militaire accrue de leurs adversaires gallois a mis les seigneuries de Marcher sous une énorme pression militaire et financière. Brock Holden décrit comment cette société frontalière inhabituelle s'est développée en réaction à la fois au défi des Gallois natifs et au pouvoir des rois anglais. Central March of Wales, il examine comment la « matrice féodale » du pouvoir des Marcher s'est développée au cours du XIe au XIIIe siècle.

Il s'agit de la première édition complète du Chronicon Anonymi Cantuariensis, un récit contemporain qui fournit des informations précieuses sur la guerre et la diplomatie médiévales, écrit à Cantorbéry peu après le milieu du XIVe siècle. L'édition précédente, publiée en 1914, était basée sur un manuscrit dont manquait le texte pour les années 1357 à 1364. Présentée ici dans son intégralité avec une traduction en anglais moderne, la chronique fournit un récit clé des événements militaires et politiques couvrant les années 1346 à 1365. Se concentrant principalement sur les campagnes de la guerre de Cent Ans et leur impact sur les habitants du sud-est de l'Angleterre , l'auteur a profité de sa position sur la principale route d'information entre Londres et Paris pour rendre compte en détail d'une phase cruciale de l'histoire britannique et européenne.

La peste noire reste la plus grande catastrophe qui ait frappé l'humanité, tuant environ la moitié de la population de la planète au 14ème siècle. John Hatcher recrée la vie médiévale quotidienne dans une paroisse du Suffolk, dont subsistent un nombre exceptionnel de documents. Cela nous permet de voir les événements à travers les yeux de ses habitants, révélant dans des détails uniques ce que c'était que de vivre et de mourir en ces temps terrifiants. Avec une attention scrupuleuse à l'exactitude historique, John Hatcher décrit ce que les paroissiens ont vécu, ce qu'ils savaient et ce qu'ils croyaient. Son récit est peuplé de personnages développés à partir des villageois nommés dans les archives de la ville et une série de scènes dramatiques décrivent comment les contemporains ont dû vivre les événements importants.

Offrant une nouvelle interprétation des structures de pouvoir et des modèles politiques à la fin de l'Angleterre anglo-saxonne, ce livre se concentre sur la famille d'Ealdorman Leofwine, qui a obtenu le pouvoir en Mercie et l'a conservé tout au long d'une période extraordinaire de bouleversements politiques entre 994 et 1071. La maison de Leofwine a survécu à des événements tels que les guerres vikings, une révolution de palais en 1006-7 et d'autres séries d'effusions de sang politiques pendant le règne d'Æthelred « l'Unready ». Il a maintenu le pouvoir à travers la conquête de Cnut de 1016, la politique de factions explosive du règne d'Edouard le Confesseur, les batailles de 1066 et même les premières années du règne de Guillaume le Conquérant. Stephen Baxter examine pourquoi cette famille a conservé le pouvoir pendant si longtemps et pourquoi elle a fini par tomber. Offrant le premier traitement étendu de la nature et des limites du pouvoir des comtes, The Earls of Mercia est une réévaluation de la structure du régime foncier et des mécanismes du patronage royal, et offre une nouvelle perspective à partir de laquelle explorer comment les familles nobles ont utilisé le patronage religieux. renforcer les structures de pouvoir locales. Reconstruisant la seigneurie d'avant la conquête à l'aide des preuves du Domesday, il s'agit de la première tentative soutenue d'explorer la relation entre la politique locale et nationale,

offrant une nouvelle interprétation majeure de toute la structure du premier royaume anglais à la veille de sa disparition.

Il s'agit d'un guide faisant autorité sur l'éventail complet de l'érudition médiévale entreprise en Grande-Bretagne au XXe siècle : histoire, archéologie, langue, culture. Certains des vingt-neuf essais se concentrent sur les changements de méthode de recherche ou sur les réalisations de chercheurs individuels, d'autres sont le récit personnel du travail d'une vie dans une discipline. Beaucoup décrivent les manières dont les sujets peuvent évoluer au XXIe siècle.

À travers la vie des individus, Michael Frassetto entre dans l'histoire sombre des grands mouvements hérétiques médiévaux - la vie d'hommes et de femmes dont les idées et les actions avaient, à la fin du Moyen Âge, complètement transformé la carte religieuse et politique de l'Europe. Le récit de Michael Frassetto sur cinq siècles de troubles sociaux et spirituels est un mélange vivant et révélateur d'événements, de personnalités et d'idées. Son casting de personnages comprend Bogomil, un prêtre obscur de la campagne balkanique qui a présenté des idées « manichéennes » à ses paroissiens ; Henri le moine, le premier véritable hérésiarque, qui échappa à ses ravisseurs et prépara le Languedoc aux cathares ; Valdès le riche marchand qui a renoncé aux biens du monde pour fonder le mouvement qui allait évoluer vers l'Église vaudoise ; Pierre Autier, dernier des « parfaits » cathares ; et John Wyclif le doux érudit d'Oxford qui, avec son disciple le prêtre tchèque Jan Hus - le premier exhumé de sa tombe dans un cimetière de campagne anglais, l'autre brûlé comme un spectacle urbain - annonça la Réforme. C'est une histoire pleine de passion, de terreur et d'espoir, une clé au cœur de l'Europe médiévale.

« Femmes en Angleterre au Moyen Âge » examine « toutes sortes et conditions » de femmes d'environ 500 à environ 1500 après JC, en se concentrant sur les expériences communes au cours de leur cycle de vie, en tant que filles, épouses et mères, et les contrastes dérivés de leur position dans la hiérarchie sociale. La plupart des femmes vivaient dans leur propre village ou ville, mais les reines et les femmes nobles exerçaient le pouvoir et le patronage localement et à la cour royale. La religion jouait un rôle important dans la vie des femmes ; certaines sont devenues religieuses et abbesses, tandis que la plupart s'impliquaient dans leur propre paroisse et communauté. Inévitablement, la vie des femmes a changé au fil du temps, mais, en élevant leurs enfants et en équilibrant famille et travail, les femmes médiévales ont été confrontées à de nombreux problèmes de leurs homologues modernes.

Le règne du roi Stephen (1135-1154) a généralement été considéré comme particulièrement désastreux dans l'histoire de l'Angleterre médiévale - un pays déchiré par une guerre civile entre Stephen et sa cousine germaine, l'impératrice Mathilde, et par une anarchie au cours de laquelle les barons a dévasté le pays et « le Christ et ses saints se sont endormis ». Donald Matthew conteste cette image. En remettant en question de telles hypothèses mélodramatiques et en examinant clairement ce qui peut et ne peut pas être connu sur Étienne, il apporte une lumière nouvelle à la fois au roi et à son règne. Il montre qu'une grande partie de ce qui a été écrit sur Stephen a été basé sur l'utilisation sélective du témoignage de témoins hostiles, et a été traversé par des vœux pieux ou par les préjugés politiques ou historiques de l'époque. "King Stephen" est une réinterprétation importante, bien écrite et opportune de la crise du gouvernement normand.

Les chevaux étaient utilisés à de nombreuses fins dans l'Angleterre de Shakespeare : pour les voyages, à cheval ou en calèche, pour le transport et pour le plaisir, et pour le travail dans les champs. Les classes supérieures étaient étroitement liées aux chevaux, pour les joutes, la chasse et les courses. Les chevaux étaient également essentiels à toute armée, à la fois pour la cavalerie et pour le ravitaillement et l'artillerie. La possession de chevaux était cependant beaucoup plus répandue qu'on ne pouvait l'imaginer. "Horses in Shakespeare's England" montre comment, dans l'Angleterre préindustrielle, les chevaux étaient élevés et dressés, ce qu'ils mangeaient, combien ils valaient, combien de temps ils vivaient et ce que leurs propriétaires pensaient d'eux. Alors qu'ils ont été nommés individuellement et sont parfois devenus des favoris, beaucoup ont été travaillés dur et mal traités, ce qui a entraîné leur mort prématurée. Ils étaient néanmoins une partie essentielle de la vie de l'époque et sont représentés de manière frappante dans la littérature et l'art, ainsi que dans de nombreux autres documents.

La région comprenant ce qui est devenu les comtés de Cumberland et de Westmorland a longtemps été disputée, à la fois politiquement et ecclésiastiquement, entre les royaumes anglais et écossais. L'évêché de Carlisle a été le dernier siège en Angleterre à être créé avant les changements de la Réforme des années 1540. Ce dernier volume de la série anglaise Episcopal Acta rassemble pour la première fois une édition de toutes les chartes survivantes émises par les évêques de Carlisle de 1133 jusqu'à la mort de l'évêque Ralph de Ireton en 1292. Les chartes existantes donnent un excellent aperçu de l'administration épiscopale. de cet évêché frontalier pendant les 150 premières années d'existence du siège. L'introduction fournit un compte rendu du diocèse, des évêques et de leurs maisons, une discussion sur les aspects diplomatiques et le style des chartes survivantes et des sceaux épiscopaux. Offrant de nouvelles perspectives sur cette période de formation de l'histoire anglaise, ce volume intéressera les chercheurs et les étudiants en histoire ecclésiastique, médiévale et locale.

Ce volume rassemble les 198 actes publiés par les évêques Walter Suffield et Simon Walton de Norwich. Le développement du diocèse de Norwich est décrit dans l'anglais Episcopal Acta 6, Norwich 1070-1214. Bien que la multiplication rapide des maisons de moines, de chanoines et de moniales qui avait caractérisé le siècle et demi après la conquête normande se soit ralentie, la période couverte par ce volume a vu la fondation de deux couvents, Marham et Flixton, et l'établissement par Mgr Suffield lui-même d'un nouvel hôpital majeur, St Giles à Norwich.


Livres d'histoire médiévale - Histoire

Internet Médiéval Sourcebook

L'Internet Medieval Sourcebook est situé au
Centre d'études médiévales de l'Université Fordham.

Contenu du livre de référence

Les Internet Médiéval Sourcebook est organisé en trois pages d'index principales, avec un certain nombre d'index supplémentaires. Chaque section individuelle est encore grande - un objectif organisationnel ici est d'éviter les "clics" incessants pour passer d'une page à l'autre et accéder à des informations.

  • Sources sélectionnées
    Il s'agit de l'entrée principale des ressources ici. Il se compose de liens vers un "index organisé de textes sélectionnés et extraits à des fins pédagogiques." Pour les enseignants qui souhaitent orienter les étudiants vers le Livre de référence, cette page est le meilleur point de départ.
  • Sources de texte intégral
    Textes intégraux des sources médiévales classés par type.
  • La vie des saints
    Consacré aux sources hagiographiques antiques, médiévales et byzantines.

1. Ce projet est à la fois très vaste et assez ancien sur le plan Internet. Au moment où il a été lancé (1996), il n'était pas clair que les sites Web [et les documents qui y sont mis à disposition] s'avéreraient souvent éphémères. En conséquence, il existe un processus appelé "link rot" - ce qui signifie qu'un "link rompu" est le résultat d'une personne ayant supprimé une page Web. Dans certains cas, certains sites Web ont simplement réorganisé des sous-répertoires sans créer de liens de redirection. Depuis 2000, très peu de liens vers des sites externes ont été établis. Un effort est en cours pour supprimer les mauvais liens.

2. Tous les liens vers les documents de Fordham devraient fonctionner.

3. Les utilisateurs peuvent tenter de localiser des textes actuellement indisponibles ou dont les liens ont changé via Internet Archive/Way Back Machine. Alternativement, une recherche via Google peut localiser un autre site où le document est disponible.

Ressources supplémentaires

  • Aider!
    Une page d'aide, sur l'utilisation du Sourcebook, pour les questions de recherche et sur l'utilisation d'Internet.
  • Sources secondaires sélectionnées
    Une section de la Livre de référence consacré à des articles secondaires sur les sujets couverts par les documents sources. Son agencement reflète celui des pages sources primaires.
  • Projets de sources médiévales
    Une section de la Livre de référence consacré à la présentation sur ce site, ou à des liens vers d'autres sites, de projets (articles plus longs, mémoires, thèses) qui s'appuient sur et/ou incluent des éditions de sources primaires.
  • Histoire juridique médiévale
    Une section de la Livre de référence rassembler et organiser tous les textes d'histoire du droit.
  • Livre des Sources Médiévales
    Une section de la Livre de référence consacré aux textes disponibles en français. Cette section débute avec une vaste sélection de plus de 150 textes du Moyen-Age à la fin de l'Ancien Régime. La plupart sont en français, mais certains sont en latin, langue d'oc et langue d'huile. D'autres textes seront ajoutés au fur et à mesure de leur soumission. Comme je lis couramment le français, mais que je l'écris avec moins de facilité, je suis favorable à une collaboration sur cette partie du projet.
  • Libro de fuentes médiévales de Internet
    Une section de la Livre de référence consacré aux textes disponibles en espagnol. Il n'y en a que quelques-uns disponibles pour le moment, mais au fur et à mesure qu'ils seront soumis, ils seront ajoutés. Comme je ne parle pas couramment l'espagnol, j'apprécie la collaboration sur cette partie du projet.
  • L'Internet Medieval Sourcebook fonctionne comme une publication en expansion et un référentiel de textes, et non comme un site Web avec des informations constamment mises à jour. Pour les lecteurs à la recherche d'un tel site, il vaut la peine de consulter le très bien présenté et sans publicité Histoires Médiévales: Patrimoine Histoire Nature

    Une section de la Livre de référence fournissant un large éventail de cartes et d'images du domaine public et dont la copie est autorisée.
    Un guide organisé par thème pour plus de 200 films sur le thème médiéval (jusqu'en 1999).
  • Écouter de la musique médiévale
    Un guide complet de la périodisation de la musique de l'Antiquité jusqu'au baroque avec un guide annoté des enregistrements illustrant chaque période.

  • Cours utilisant le livre source médiéval
    Une liste des cours et des collèges utilisant le Medieval Sourcebook dans ses premières années, avec des liens vers ces cours qui sont en ligne. [Maintenant, trop de cours utilisent le site d'une manière ou d'une autre pour que la liste soit entièrement maintenue.]
  • Le tableau d'honneur
    Les textes du Sourcebook proviennent d'un certain nombre de sources différentes, imprimées et électroniques. Un certain nombre de personnes ont aidé en autorisant l'utilisation de leurs traductions ou en saisissant du texte. Voir pour un tableau d'honneur et merci.
  • Textes nouvellement traduits
    Bien que la plupart des textes du Sourcebook proviennent de traductions du XIXe et du début du XXe siècle, un nombre important de textes ont été récemment traduits par un certain nombre de personnes pour ce projet Web. Ces textes sont tous des copies autorisées pour un usage non commercial, mais ne sont pas du domaine public.
  • Desiderata
    Les Livre de référence contient maintenant des centaines de textes, mais il en reste encore beaucoup à ajouter. Il s'agit d'une liste des principales priorités pour les ajouts de source de texte intégral. Si vous êtes prêt à assumer l'un de ces textes, contactez-moi.

Projet de manuels d'histoire d'Internet :

Les autres livres de référence

  • Livre de référence sur l'histoire ancienne
    Un projet complémentaire au livre de référence médiéval - pour les enseignants des cours de civilisation de l'histoire ancienne. Il couvre la préhistoire, la Mésopotamie, l'Égypte, Israël, la Grèce et Rome.
  • Manuel d'histoire moderne
    Un projet complémentaire au Livre de référence médiéval - pour les enseignants des cours d'histoire européenne moderne et de civilisation moderne.

Ce qui suit Livres de référence sont principalement basées sur des sous-ensembles de documents des trois principales collections classées chronologiquement. Ils contiennent un certain nombre de liens supplémentaires vers d'autres sites Web et des textes supplémentaires.

INTRODUCTION : SOURCES MÉDIÉVALES SUR INTERNET

Les historiens qui enseignent les enquêtes d'histoire médiévale veulent presque toujours combiner un manuel, un livre de référence et des lectures supplémentaires. Les manuels, en tant que forme en constante évolution, valent probablement le coût, mais les manuels sont souvent inutilement chers. Contrairement à certains textes d'histoire moderne, les sources utilisées pour l'histoire médiévale existent depuis longtemps. Un très grand nombre d'entre eux ont été traduits au XIXe siècle et, comme le montrera un examen rapide de n'importe quel livre source commercial, ce sont ces traductions du XIXe siècle qui constituent l'essentiel des textes. En effet, la généalogie de tels textes est un domaine mineur de recherches historiographiques possibles. Bien que les éditeurs n'aient pas à payer de droits d'auteur pour utiliser ces textes, il n'y a pas de réelle réduction des coûts, par rapport aux livres de référence pour les enquêtes historiques modernes. Bon nombre de ces textes du XIXe siècle sont maintenant disponibles sur Internet ou sont facilement saisis sous forme de texte électronique.

BUT: Le but ici a donc été de construire un Internet Médiéval Sourcebook de disponible domaine public et copie autorisée les textes. [Quelques courts extraits respectant la règle standard de 300 mots "utilisation équitable" peuvent être affichés.] Le problème avec de nombreux textes disponibles sur Internet est qu'ils sont trop volumineux pour un travail en classe. Par exemple, toutes les lettres du pape Grégoire Ier sont disponibles, mais dans un document de 500 pages. Les Internet Médiéval Sourcebook est alors en deux grandes parties. Le premier est composé d'extraits assez courts de la taille d'une classe, dérivés de sources du domaine public ou de traductions autorisées, le second est composé des documents complets ou de liens WWW vers les documents complets.

TAILLE DU DOCUMENT : La taille des documents à des fins d'enseignement est un problème. Certaines sélections commerciales sont composées de très petits extraits de paragraphes longs provenant de nombreuses sources [voir par exemple Deno John Geanakoplos, Byzance]. Parfois, les documents eux-mêmes sont courts, mais la plupart du temps, le choix s'est porté sur des textes de trois pages imprimées ou plus. De tels documents permettent aux élèves de voir un contexte plus large et d'échapper à la cuillère.

COUVERTURE et SÉLECTION : Après dix années de développement constant, le Sourcebook, tout en continuant à mettre à disposition un large éventail de textes qui abordent les préoccupations gouvernementales, juridiques, religieuses et économiques des élites, comprend désormais également une large sélection de textes sur l'histoire des femmes et du genre, l'histoire islamique et byzantine. , histoire juive et histoire sociale. Bien qu'initialement la similitude du contenu d'un livre comme celui de Tierney Le moyen Âge et les collections d'il y a quatre-vingt-dix ans étaient frappantes, ce n'est plus le cas. À ses débuts, le principe principal de sélection était ici la disponibilité des textes. Cela a cessé depuis longtemps d'être le cas car les desiderata éditoriaux se sont délibérément concentrés sur l'augmentation du nombre de textes s'adressant aux non-élites. Puisqu'il est prévu qu'il y aura une variété d'utilisations pour ce Livre de référence, le principe d'exclusion - nécessaire pour le matériel imprimé - ne fonctionne pas. Bien que de nombreux cours d'enquête n'incluent pas beaucoup de discussions sur Byzance et l'Islam, j'ai été désireux d'inclure du matériel qui serait utile pour les cours qui ont donné à ces deux autres civilisations successeurs de l'Antiquité une facturation égale. C'est particulièrement le cas pour Byzance, qui, outre son intérêt intrinsèque, fournit un cas parallèle pour de nombreux développements occidentaux.

LES TEXTES Étant donné que ces textes proviennent d'une variété de documents imprimés, de traducteurs et de sources, leur qualité varie. En particulier, il peut y avoir de meilleures traductions modernes disponibles [par exemple pour les œuvres de Bède, Froissart ou Joinville.] de ces pages. Tous les textes sont, semble-t-il, adaptés à des fins de classe, mais vérifiez les documents imprimés pour toute utilisation de publication prévue. Caveat emptor!

USAGE: Cette Livre de référence est spécialement conçu pour les enseignants à utiliser dans l'enseignement. Il y a plusieurs manières de procéder : -

  • En redirigeant les étudiants vers ce site Web.
  • En téléchargeant les documents et en les imprimant/xéroxant pour les distribuer dans des trousses de cours ou sous forme de documents de classe.
  • En créant des programmes et des plans de cours sur des sites Web locaux avec des liens vers les documents ici.
  • [Veuillez NE PAS télécharger et incorporer les textes de façon permanente dans les sites Web de votre réseau local. Les fichiers sont mis à jour et corrigés : plusieurs versions sur le web rendent cela difficile à faire.]
  • Coulton. C.G., éd, La vie au Moyen Âge, (New York : Macmillan, vers 1910)
  • Henderson, Earnest F., Sélectionnez des documents historiques du Moyen Âge, (Londres : George Bell and Sons, 1910)
  • Ogg, Frédéric Austin, éd., Un livre source d'histoire médiévale, (New York : 1907) [Notez qu'Ogg simplifie parfois les traductions - il dirigeait son livre de sources de plus de 500 pages pour des étudiants de la "meilleure classe" du secondaire !].
  • Robinson, James Harvey, éd., Lectures d'histoire européenne : Vol. JE: (Boston : Ginn et co., 1904)
  • Thatcher, Oliver J. et Edgar Holmes McNeal, éd., Un livre source pour l'histoire médiévale, (New York : Scribners, 1905)
  • Université de Pennsylvanie. Département d'histoire : Traductions et réimpressions des sources originales de l'histoire européenne, publié pour le Département d'histoire de l'Université de Pennsylvanie., Philadelphie, University of Pennsylvania Press [1897?-1907?].
    REMARQUE : La date de création de l'Internet Medieval Sourcebook était le 20/01/1996. Les liens vers des fichiers sur d'autres sites sont indiqués par [At <une indication du nom ou de l'emplacement du site>]. Aucune indication signifie que le fichier texte est local. LA TOILE indique un lien vers l'un des quelques sites Web de haute qualité qui fournissent soit plus de textes, soit un aperçu particulièrement précieux.

Les Internet Médiéval Sourcebook fait partie du Projet de manuels d'histoire d'Internet . Le projet Internet History Sourcebooks est situé au département d'histoire de l'Université Fordham, à New York. L'Internet Medieval Sourcebook et d'autres composants médiévaux du projet sont situés au Fordham University Center for Medieval Studies. L'IHSP reconnaît la contribution de l'Université Fordham, du département d'histoire de l'Université Fordham et du Centre Fordham d'études médiévales en fournissant un espace Web. et support serveur pour le projet. L'IHSP est un projet indépendant de l'Université Fordham. Bien que l'IHSP cherche à respecter toutes les lois applicables en matière de droit d'auteur, l'Université Fordham n'est pas le propriétaire institutionnel et n'est pas responsable à la suite d'une action en justice.

© Concept et design du site : Paul Halsall créé le 26 janvier 1996 : dernière révision le 20 janvier 2021


L'église médiévale : une brève histoire

L'Église médiévale : une brève histoire plaide en faveur de l'omniprésence de l'Église dans tous les aspects de la vie dans l'Europe médiévale. Il montre comment l'institution de l'Église a tenté de contrôler la vie et le comportement des peuples médiévaux, par exemple, par le droit canon, tout en étant influencée par des mouvements populaires comme les frères et l'hérésie.

Cette deuxième édition entièrement mise à jour et illustrée propose un nouveau chapitre d'introduction sur « les bases du christianisme », pour les étudiants qui pourraient ne pas être familiers avec ce territoire. Le livre contient désormais de nouveaux éléments sur certains des personnages clés de l'histoire de l'Église : Benoît de Nursie, Hildegarde de Bingen, Bernard de Clairvaux et François d'Assise ainsi qu'une étude plus complète du rôle des femmes dans l'église médiévale.

Lynch et Adamo cherchent à expliquer l'histoire de l'Église en tant qu'institution et à explorer son rôle omniprésent dans la vie médiévale. Au cours des mille ans couverts dans ce livre, nous voyons les membres et les dirigeants de l'Église d'Occident se débattre avec des questions qui sont toujours d'actualité aujourd'hui : Quelle est la nature de Dieu ? Comment une église empêche-t-elle les croyances de se diluer dans une société diversifiée ? Quel rôle l'État doit-il jouer dans la religion ?

Le livre est maintenant accompagné d'un site Web avec des sources primaires textuelles, visuelles et musicales, ce qui en fait une ressource fantastique pour les étudiants en histoire médiévale.


Rendre cette liste utile pour vous

Ce n'est pas une liste de livres "correcte". Ces livres sont simplement les livres qui vivent sur l'étagère pendant notre année d'étude du moyen âge. Je ne les attribue pas. Ils n'ont pas à faire de narrations, de rapports ou de projets sur eux. Ils les lisent simplement au gré de leurs envies. En tant qu'élèves scolarisés à la maison, mon mari et moi savons que cela fonctionne si les enfants les récupèrent volontairement.

Utilisez-le comme tremplin pour vos propres listes de livres et pour vos idées, mais filtrez-le toujours en fonction de ce qui fonctionne dans votre propre maison et avec vos propres enfants. Le simple fait de remplir la bibliothèque de bons livres fonctionne pour mes deux aînés, et je ne sais pas si ce sera le cas pour les trois plus jeunes.

Le moyen le moins cher (en plus de recevoir des cadeaux) que j'ai trouvé pour obtenir certains de ces livres est la vente à la bibliothèque. Connaissez au moins quelques auteurs ou séries clés et participez à toutes les ventes de bibliothèque que vous pouvez. Au fur et à mesure que les bibliothèques se débarrassent des vieux livres pour faire place à de nouveaux, vous trouverez probablement des joyaux si vous êtes prêt à les chercher. Plusieurs des titres ci-dessus, j'ai marqué pour un quart à notre vente de bibliothèque locale.


Recommandations de livres pour en savoir plus sur l'histoire et la culture médiévales ?

Bonjour, je m'intéresse beaucoup à l'époque médiévale depuis longtemps et je souhaite commencer à faire des recherches et à en apprendre correctement à ce sujet, car c'est quelque chose que j'aime beaucoup. Je rejoindrai également un groupe SCA local pour la recréation et l'apprentissage.

J'aimerais entendre parler de tous les livres que vous avez trouvés bons. Des points bonus si certains de ces livres traitent des Chevaliers.

Rencontres avec des manuscrits remarquables : Douze voyages dans le monde médiéval
by historian Christopher de Hamel. explores the European medieval world through an in-depth study of 12 illuminated manuscripts.

Frances and Joseph Gies have some absolutely stellar books on this time period:

Life in a Medieval Village

Life in a Medieval Castle

I was going to recommend this too. Loved all of them!

Definitely recommend these as well, life in a medieval city came in very handy for my dissertation!

Time travelers guide to medieval England by ian Mortimer is a great place to start for culture.

This is a good one. Also “A Distant Mirror” by Barbara W Tuchman is a good one that focuses on a specific time period in France through the lense of one guys life that was a knight

Honestly that’s quite the big thing, with 1000 years of history and places as diverse as Spain, Russia or the middle East.

I am quite well read on the Iberian Peninsula during the middle ages, specially from the X to XV centuries so that is what I can recommend, I also find this topic to be quite awesome as the central and low medieval ages peninsula was the slow rise into unification and power of the most important and powerful kingdom of Europe during the XVI-XVII centuries. Funnily enough it also had the only truly successful crusade and an incredibly interesting and rich fight to retake the land they considered theirs “de iure” in the case of the christians and the muslims that considered the peninsula “de facto” theirs. Of course this is very simplified and a great part of why medieval Spain is so interesting is the mix of cultures, fighting styles, cultures and the somehow diffuse lines between christians and muslims, specially during the taifas period.

Trust me that I can say medieval Spain is by far one of the most interesting topics on medieval Europe by far, and it is at he same time so underrated, very few people know of Rodrigo Díaz de Vivar “el cid”, one of the great military minds of the middle ages, and one of the very few commanders in the 1000 years of the middle ages to not only fight 6 field battles but also to win every single one of them, all of them with heavy inferiority in numbers and equipment. Even less people know of Alfonso X “The Wise”, one of the single most important judiciary and cultural minds of his time, creating the single most complex and extensive law in medieval Europe till the renaissance and promoting culture, with his book of games, one of he few written records of medieval board games or the “Cantigas de Santa María”, a huge compilation of over 1000 beautifully illuminated and written Cantigas (Poems usually sang along music).


The revival of the secular book trade

For six centuries after Cassiodorus, references to book production outside monasteries are few and hard to interpret. A definite expansion in book production came with the rise of the universities in the 12th century and a revived interest in ancient Greek writings, although these were studied mainly in Latin translation. The universities were located in cities and generated a demand for books. University stationers were established to supply the demand these were controlled by the universities, which framed regulations about the content and size of books and set prices for sale and for rental. The University of Vercelli in Piedmont, Italy, framed such a regulation in 1228, and many similar acts are recorded for other universities. To satisfy the growing demand, the university stationer, unlike the monastic scriptoria, produced multiple copies of works.

There can be no doubt that books were readily exposed for sale in the 14th century. This is evident in Philobiblon, a book finished in 1345 describing the book-collecting activities of Richard de Bury, bishop of Durham. The book relates how the bishop established good relations with stationers and booksellers in England, France, Germany, and Italy by sending advance payments. Evidence from the same century indicates that the stationers were organized in craft guilds in the same way that other trades were organized. A London record of 1357 granted exemption from jury service to writers of text hand (a compressed, angular hand used for the main text of a book). In 1403 the Stationers’ Company of London appealed to the city for the right to have their own ordinances.


Each of these five books offers an admirably clear overview of a different aspect of the medieval knight as a military man. Taken together the picture they present is fairly complete. Each volume, which is illustrated by the author and includes a useful glossary, stands alone and may be read in any order. Accessible to younger readers, yet substantial enough for the adult. Subjects include: Armor, Battle, Castle, Horse, and Weapons.

This gorgeous book focuses largely on the political history of British knights through wars in Scotland, the Hundred Years' War and War of the Roses. In-depth examinations of individuals, battles, warfare and other aspects of knighthood are highlighted by numerous photos of artifacts, castles, effigies and heraldic banners.


Medieval History Books

I was wondering if someone could recommend books or sites from which to get books, about the medieval period.

I'm looking for books relating to medieval life, politics & religion, medieval warfare (training, composition of armies, organization of armies, knights), battles, castles (such as building them, defending them, besieging them) the titles, such as baron, count, etc. and what exactly that entails (such as the land area which they ruled directly, the composition of those lands: villages, towns, cities).

I'm also looking for books about the various kingdoms/empires of that period and other historical events, such as the Muslim conquest of Iberia and their advancement into France, the Reconquista, the various kingdoms, such as the barbarian kingdoms, that replaced the Western Roman Empire.

Basically, i'm looking for books from the fall of the Western Roman Empire/the start of the Medieval Period to the Renaissance.

Edit: I am looking for books to read for pleasure.

I know that the time period and subjects are wide and varied, but at the moment, i can't say i have a good idea about specific time periods/subjects that i would want to delve further into. I will have a better idea, once i read some books.

Hi there, those interested in recommending things to OP! While you might have a title to share, this is still a thread on AskHistorians, and we still want the replies here to be to an r/AskHistorians standard - presumably OP would have asked at r/history or r/askreddit if they wanted non-specialist opinion. So give us some indication why the thing you're recommending is valuable, trustworthy or applicable! Posts that provide no context for why you're recommending a particular podcast/book/novel/documentary/etc, and which aren't backed up by a historian-level knowledge on the accuracy and stance of the piece, will be removed.

Might I suggest the reading list?

Medieval Warfare Source Book, by David Nicolle. These two volumes are a masterful summary of medieval warfare in Europe, the Middle East and the Eurasian Steppes between 400 and 1400 AD, with a substantial summary of Asian warfare as well. It covers every aspect of medieval warfare: recruitment, organisation, strategy, tactics, equipment, fortifications, siege techniques, pay, training, logistics, arms manufacture and trade, etc. While works specific to a particular subject, period or region will still provide much more detailed and nuanced information, Nicolle's Source Book provides an adequate introduction of a massive subject to the first time reader.

The Middle Ages: Everyday Life in Medieval Europe, by Jeffrey L. Singman. Originally published as a textbook for undergrad students, this has now been republished for a general audience. In spite of its textbook origins, the book is an easy read and is filled with pictures and tables of wages and prices to give you a sense of what life looked like and how much things cost in relative terms. Focusing on four different areas (village life, garrison life, town life and monastic life), it provides the best look at general life in the middle ages (specifically 13th century England, but a lot can be applied to North-Western Europe in general) that I've been able to find. With that said, Joseph and Frances Gies do still have some useful and complementary material in their Life in a Medieval. series, and Paul B. Newman's Daily Life in the Middle Ages, Growing Up in the Middle Ages et Travel And Trade In The Middle Ages offer a lot more useful information on the practical side of daily life.


Introductory Medieval History Books

Hi guys. I've recently made it a goal of mine to read more historical nonfiction. I have always been interested in Medieval history, I took a related course in my undergrad, and I have read many historical fiction novels set during that period, but I really don't know much about the factual side of the Middle Ages. I am wondering if any of you have suggestions of nonfiction for someone who's more or less a Medieval history noob.

As mentioned, Ian Mortimer's Time Traveler's Guide to Medieval England is an excellent place to start. Then Iɽ suggest Life in a Medieval City Life in a Medieval Castle Life in a Medieval Village and Cathedral, Forge, & Waterwheel all by Joseph and Frances Gies.

It's dense, but *The Inheretence of Rome* is good for the "dark ages"/late antiquity

That is just the “early Middle Ages”, for something more comprehensive I would recommend by the same other, Chris Wickham’s “Medieval Europe 500-1500”

I think A Distant Mirror by Barbara W Tuchman is a beautiful, immersive history if you can accept some supposition.

The middle ages lasted almost a thousand years depending on the dates you subscribe to, it's hard to pick just one all-encompassing intro book.

If you're not a history major/used to history books Iɽ recommend something light like The Time Traveller's Guide To Medieval England by Ian Mortimer. If you are used to history literature you can go a little denser, but you probably need to narrow your search.

A Short History of the Middle Ages by Barbara Rosenwein

Backman: The Worlds of Medieval Europe.

Very fun and easy to read also good enough. I'm a history major and we use it as the base preparation source before classes. You can also rent it online for four months around 20 bucks or so

Came here to say this. It's a textbook that covers the but the decline of Rome, the whole Middle Ages, and the beginning of the Renaissance. Unlike a textbook, though, Backman's personality comes through in witty quips and lively writing. It also has lots of excerpts from medieval sources so you can kinda hear "the voices of the past." It's the best textbook I've ever taught from.

I really enjoy A Distant Mirror by Barbara W. Tuchman. It flows well and gives you lots of insight on especially English and French society of the 14th century.

Another one is The Greatest Knight by Thomas Asbridge and one book named By Sword and Fire about medieval torture but I can't remember the name of the author.

(I tried to pick books that may not have been mentioned yet.)

I think this is a great introductory book: The Plantagenets: The Warrior Kings and Queens Who Made England, it covers a bunch of kings over a period of about 300 years.

Gotta love Dan Jones. I’m reading his Wars of the Roses now and I’ll read Plantagenets next. I’ve just finished reading Allison Weirs Wars of the Roses and the Princes in the tower - they were great.

I’m looking for other wars of the roses books as well, since I now find myself totally obsessed with this time period of English history. I’m going to find it hard to leave this time after I finish this book.

Ian Mortimer's books deliver, as do Michael Prestwich's. What takes your fancy? I moved to Wales from England about 20 years ago and was keen to discover the reason behind the . rivalry. That led me to Edward I and the Welsh Wars. From there, I used the monarchs either side as slices of history and worked my way back through the battle of Evesham, the provisions of Oxford, Magna Carta etc. and forwards through Edward II, Bannockburn and the (disputed) method of demise and the masterful Edward III and his sad & lonely end . etc.


Top Five Foundational Books for Medieval Studies

This topic is currently marked as "dormant"&mdashthe last message is more than 90 days old. You can revive it by posting a reply.

1prehensel

I am a medievalist at the University of Oregon, and this coming Fall, I am participating in a small seminar/article workshop. In discussing the plan of action, our two (fantastic) mentors/guides suggested that we come up with an annotated bibliography of the sources we'd used for the papers and about five works we think all medievalists--no matter what time period they cover--should be familiar with. I have my own preferences, but it's an interesting idea and I wanted to see what everyone else thought. I think some of mine are a bit too narrow in focus, and they mostly center on Britain because I am in the English department. The ones I've come up with so far (subject to change) are:

2margad

What a wonderful project! I've put your books on my personal to-be-read list and will eagerly await more suggestions.

I note that all five of the works you suggest are by modern historians. Aren't there some books, such as Chaucer's Canterbury Tales, that are also must-reading for medievalists? Or should that be a separate category?

3prophetandmistress

A general book on the history of the plague might be called for, since without the plague, Western Civilization would have evolved differently. The only one that comes to my mind is In the Wake of the Plague by the aforementioned Norman Cantor but I'm sure there are better books out there.

Along the same lines, The Decameron by Boccaccio is a must read for all disciplines, not only for it plague based frame story but also because large pieces of Western Literature were plagiarized from here.

4Gwendydd

Wow, what a challenging question. I'm in graduate school studying medieval history right now, so it's a good challenge for me to try to answer this. However, how the question is answered is really going to depend on your criteria. Works "all medievalists should be familiar with". Are we looking for the best in current scholarship, for the most important foundational studies, or for the big classics? I suppose that all medievalists should be familiar with Pirenne's Mohammed and Charlemagne, but only because we should know why it's wrong. No one believes the infamous "Pirenne thesis" any more. (If you aren't familiar with the topic, Pirenne suggested that the reason the "Dark Ages" were "dark" is because the wars started by Muslim conquests stopped trade in the Mediterranean. However, scholars have since realized that the Dark Ages weren't really as dark as we once thought, and there is very little evidence that trade decreased in this period - the most famous refutation of the Pirenne thesis is Mohammed, Charlemagne, and the origins of Europe (touchstone doesn't work), but literally hundreds of articles and books have been written that discount Pirenne). C.S. Lewis's book is a classic, and an enjoyable read, but it's also really outdated - scholars just don't agree with Lewis any more. They're both still very important works, but when you read them in graduate school, it's only so that you can understand why everyone now disagrees with them. That's not to say that medievalists shouldn't know about them, but it is to say that they aren't the most current theories.

I'll have to do some more thinking to come up with a list of 5 books all medievalists should know about, and I'll have to think really hard about whether I should only choose books that are current, or if classic books that are no longer current should also count. And margad brings up a good point - should we just include modern books, or should we include medieval ones? I think they belong on two separate lists.

5RainMan

This is an interesting topic. From a somewhat more middle-aged point of view, sometimes we need to read classic works because despite being 'wrong' in their central point or thesis they are often deeply illuminating as well. Also, theories tend to rise and ebb and nonetheless some insight remains.

Just to be clear, I mean to be agreeing with Gwendydd while distinguishing between what is 'safe' to read as a graduate student and what might be more nourishing over the long term. The latter may be harder to discern for a decade or two.

6prehensel

Good points, all. My list was just a starting point, and I think that even if I do include classics that are wrong, I should probably just include one--probably Lewis's.

As for Boccaccio and Chaucer, those would definitely be different categories. What I was asking about was secondary sources, but now it's gotten me to thinking about primary sources, too. So let's break it into two questions (with full knowledge that five primary sources is most likely an unanswerable question, but let's pretend for a little while).


Voir la vidéo: Mes livres préférés? Quels livres histos choisir, où les trouver? (Janvier 2022).