Podcasts sur l'histoire

Histoire d'Abraham - Histoire

Histoire d'Abraham - Histoire

Abraham

(SwStr: t. 800)

Au début de la guerre de Sécession, Victoria, un bateau à vapeur à roues latérales construit à Elizabeth, en Pennsylvanie, en 1868 et basé à Saint-Louis, a été acquis par le gouvernement confédéré pour servir de transport de troupes sur les eaux du Mississippi et de ses affluents. Au printemps de 1862, les navires de guerre de l'Union de la flottille occidentale, commandés d'abord par l'officier général Andrew H. Foote, puis par l'officier général Charles H. Davis, se frayèrent un chemin sans relâche en aval du Caire, III. Le 6 juin, ils rencontrent les forces fluviales du Sud lors de la bataille de Memphis et remportent une victoire décisive qui donne au Nord le contrôle du Mississippi au-dessus de Vicksburg. Plus tard dans la journée, les canonnières de l'Union trouvèrent et prirent possession de plusieurs navires confédérés amarrés au quai de Memphis. Victoria était l'un de ces prix.

Davis a utilisé le bateau fluvial comme navire de magasin et navire d'inspection pour sa flottille jusqu'à ce que cette organisation - une tenue de l'armée commandée par des officiers de marine - soit transférée à la marine le 1er octobre et rebaptisée l'escadron du Mississippi. Quinze jours plus tard, le 15, Victoria est rebaptisée Abraham et, sous le commandement de l'enseigne par intérim William Wagner, continue de servir la cause de l'Union au même titre. Bien qu'il n'ait pas été exposé aux aléas du combat, le navire a constamment souffert des dangers de la vie sur le haut Mississippi et, à plusieurs reprises, a été menacé par des incendies sur des navires à proximité. Par exemple, dans la nuit du 7 février 1863, il s'est amarré à l'arrière du Glide lorsque cette canonnière a pris feu, et Abraham ne s'est échappé que lorsque Glide a été mis à la dérive, poussé dans le courant par le remorqueur Dahlia et autorisé à dériver vers l'aval.

Le 9 mai 1864, Abraham a déménagé du Caire à Mound City Ill., où elle a servi jusqu'à la fin de la guerre civile. Après l'effondrement de la Confédération, Abraham a été mis hors service et désarmé à Mound City jusqu'à ce qu'il y soit vendu le 30 septembre à L. C. et R. N. Alexander. Re-documenté Lexington le 16 mars 1866, le side-wheeler a servi des intérêts privés sur le Mississippi jusqu'à ce qu'il prenne feu à Alger, Louisiane, le 3 février 1869 et brûle jusqu'à ce qu'il soit une perte totale.


Histoire juive

L'homme qui a vraiment changé le cours de l'histoire

Il y a des personnalités singulières dans l'histoire du monde qui changent le cours de la civilisation. L'exemple principal d'une telle personne est Abraham.

Il a changé la façon dont le monde se considérait lui-même, la vie et surtout le Créateur. C'est pourquoi son nom, en hébreu, signifie « Père de nombreuses nations ». Il est le père de la civilisation telle que nous la connaissons. À partir de son époque, les gens n'auraient plus jamais pensé à eux-mêmes de la même manière.

Il est né à une époque de grands bouleversements. Nous pensons tous que nous vivons une époque de troubles – et c'est peut-être vrai. La condition humaine est dangereuse, chaotique et en constante évolution. La seule chose constante à ce sujet, c'est qu'il change constamment. Néanmoins, il y a des moments de troubles et il y a des moments de troubles.

Abraham a vécu dans un monde avec une mémoire collective du Déluge un monde aux prises avec la tyrannie de Nimrod, le premier vrai tyran un monde qui divisera en nations séparées un monde profondément en conflit avec lui-même qui endurera plus de deux décennies de guerre entre grandes puissances un monde enseveli sous le talon de mille ans d'idolâtrie un monde devenu fou – en fin de compte, un monde sans espoir pour l'avenir.

La tyrannie de l'idolâtrie

Il est né en Mésopotamie, aujourd'hui en Irak et en Iran. Son père Terach était un marchand qui vendait des idoles. La vente d'idoles était une grosse affaire à l'époque. Il y en avait un différent pour chaque humeur, tempérament et personnalité.

Les masses, les peuples primitifs, croyaient au paganisme. Ils en avaient peur. Cependant, les gens les plus sophistiqués savaient que ce n'était rien, ils n'avaient tout simplement pas d'autre choix, pour autant qu'ils puissent voir. Il n'y avait pas d'autre philosophie au monde. Ils n'avaient pas les outils pour aller au-delà.

Plusieurs fois dans l'histoire, il y a eu des efforts conscients d'individus pour élever la barre et contrer la puissante influence de l'idolâtrie. En général, ces efforts n'ont pas été couronnés de succès parce qu'ils n'avaient pas le leadership nécessaire.

Abraham a assuré la direction.

Les temps qu'ils changent

Il a voyagé plusieurs fois de la Mésopotamie à ce qui allait devenir la Terre d'Israël. Il n'était pas seul dans ses voyages. C'était une époque de grand mouvement et de migration. De grandes villes et cités-états surgissaient, chacune avec sa propre culture et ses propres divinités.

Jérusalem s'appelait alors Shalem (Salem). Selon la tradition orale, le fils de Noé, Shem, et son petit-fils Eber, ont fondé et dirigé une académie située là-bas, dédiée aux traditions du Créateur et à la moralité. La connaissance et la philosophie du monothéisme s'y sont développées. Cependant, il n'a pas eu un grand public. C'était une tour d'ivoire qui n'influençait pas la société. Il fallait y aller, il ne s'exportait pas vers les autres.

Abraham a changé cela. Il avait une méthode pour sa « folie ». Chaque endroit où il allait, il ouvrait une « auberge » et offrait aux gens un repas gratuit. Quand les gens sont venus le remercier, il leur a dit : « Ne me remerciez pas. Remerciez Celui qui nous a tout donné.

De même, partout où il s'est installé, il a ouvert une école. Dans nos termes, nous dirions qu'il a créé des institutions de protection sociale et d'éducation. Grâce à ces institutions, il a pu atteindre des milliers et des milliers, voire des millions de personnes.

Les historiens disent qu'un certain nombre de pharaons étaient essentiellement monothéistes. Ce n'est pas par hasard que ces pharaons ont vécu autour et après l'époque d'Abraham. Sa visite en Egypte (Genèse 12) a fait forte impression. L'idée du monothéisme s'est imposée dans les plus hautes sphères de la société égyptienne. Cependant, ils n'avaient aucun moyen de le vendre aux masses, car il y avait une énorme bureaucratie de culte des idoles. Aucun des prêtres dans les temples n'allait y renoncer. La société égyptienne est restée païenne parce que l'infrastructure du culte des idoles était si forte que le Pharaon lui-même ne pouvait pas la renverser. Qu'ils le croient ou non, les prêtres n'allaient pas abandonner leur travail.

En dehors de l'Égypte, cependant, le nom d'Abraham se répandit rapidement parmi les masses. Ses idées, son caractère et sa personnalité sont devenus le discours du monde civilisé. Il a réveillé le monde du sommeil du paganisme. Maintenant, il y avait un écho au sein d'innombrables familles individuelles qu'il y a un Dieu, une moralité et un but plus grand à la vie.

La vie de famille

Abraham a épousé Sarah, qui était une grande personne à part entière. Même sans Abraham, elle aurait été une force formidable avec laquelle il fallait compter dans le monde. Dieu a dit à Abraham d'écouter Sarah, parce que, selon la Tradition, elle était plus grande en prophétie qu'Abraham ne l'était.

Néanmoins, ces deux grandes personnes ont eu une vie longue et difficile ensemble. Sarah a été stérile pendant de nombreuses années. En essayant de remédier à la situation, Sarah a demandé à Abraham de lui donner un enfant par l'intermédiaire de sa servante, Agar. En fin de compte, l'enfant né d'elle, Ismaël, a causé de nombreux problèmes. Finalement, Dieu a dit à Abraham de bannir Agar et Ismaël de sa maison, ce qui était extrêmement difficile pour lui.

Abraham avait un neveu, Lot, qu'il espérait être son héritier présomptif, mais une fois que Lot a goûté au succès, il a décidé de suivre son propre chemin et de s'installer à Sodome. Lot n'est pas nécessairement une mauvaise personne, il ne veut tout simplement pas assumer de responsabilités - et Sodome est l'endroit idéal pour une personne qui veut échapper à ses responsabilités.

Les conflits domestiques dans la maison d'Abraham sont omniprésents. Tout ce qu'il veut faire, c'est construire la civilisation à travers sa famille et tout ce que sa famille fait, c'est de ne pas accomplir la tâche ou de l'abandonner.

L'accord

Enfin, quand Abraham avait soixante-dix ans, il eut une grande vision connue sous le nom de « l'alliance entre les parties » (Genèse 15). Cette alliance l'a désigné, lui et sa famille, pour une existence particulière dans l'humanité. C'est vraiment le début de l'histoire juive. En effet, l'histoire juive ne peut être comprise correctement qu'à travers le prisme de la théorie de l'alliance.

Cette alliance spéciale est un engagement à double sens entre Dieu et le peuple juif qui déchaînera des forces pour le contraindre à continuer, y compris des souffrances horribles. Et c'est pourquoi Abraham est d'abord frappé de terreur par la vision. Il voit les ténèbres, les vautours et le feu. Il voit l'esclavage en Égypte et les destructions qui s'abattent sur le peuple juif à travers l'histoire. Il voit Auschwitz.

Néanmoins, loin d'être un châtiment menant à l'anéantissement, la souffrance du peuple juif finira par le rendre plus fort et le ramener à son engagement envers l'alliance. Et nous l'avons vu à maintes reprises dans l'histoire. Il suffit de regarder les énormes avancées du monde juif après l'Holocauste, qui n'est que l'exemple le plus récent de ce phénomène.

Une fois qu'Abraham accepte, l'histoire juive commence. Tout ce qui arrive au peuple juif est le résultat de cette alliance. Tous les hauts et les bas sont basés sur ses prédictions.

En réalité, le choix d'Abraham est le choix qui se présente à chaque génération, voire à chaque Juif. La lutte au sein du peuple juif pour vivre selon l'alliance et poursuivre ses objectifs ou pour y renoncer - ainsi que la lutte du monde pour rompre l'alliance avec eux - fait partie intégrante de la lutte impliquée par l'acceptation de l'accord.

Au-delà de l'impossible

Bien sûr, au moment où Abraham se voit proposer d'entrer dans l'alliance, il y a un problème technique : il n'a pas d'enfants et sa femme est incapable d'avoir des enfants. Elle est stérile.

Cela aussi fait partie de l'alliance : dans des circonstances normales, il n'y a pas d'avenir juif. Le peuple juif est toujours « infertile », face à l'impossible. Il ne peut pas y avoir d'autre génération. Et le monde compte là-dessus, c'est sûr qu'ils vont disparaître.

Après 3000 ans, ils attendent toujours que cela se produise.

L'avenir du peuple juif est qu'il n'y a pas d'avenir. Sur le papier, ça ne s'additionnera jamais. L'alliance ne repose pas sur la logique. C'est une vérité qui existe sur un autre plan. Qui pourrait imaginer qu'après tant d'années, nous sommes toujours là ?

C'est la nature d'alliance de l'histoire juive.

On peut soutenir que la quintessence de ceci est la liaison d'Isaac. Rien de tel n'illustre le fil miraculeux sur lequel repose l'existence juive. Même après qu'Abraham soit prêt à faire le voyage de l'alliance et lui accorde enfin l'enfant qu'il a attendu toute sa vie, tout est toujours en danger. Seul le souffle d'un ange – qui dit : « N'étends pas ta main contre le garçon » (Genèse 22:12) — se situe entre un avenir juif et l'extinction.

L'alliance, imprimée dans la chair du Juif, émane d'un royaume au-delà de la raison humaine. C'est notre engagement envers notre Dieu et une moralité supérieure. C'est notre foi et notre responsabilité notre histoire et notre destin.

Et tout vient de la grande personne, Abraham, qui à lui seul a changé le cours de la civilisation.


Cours accéléré d'histoire n°3 : Le monde d'Abraham

En comprenant le personnage d'Abraham, le "proto-juif", on peut comprendre ce que sont les Juifs.

L'histoire juive ne se déroule pas dans le vide. L'histoire d'aucun peuple ne se passe dans le vide. Donc, avant de regarder de plus près Abraham, nous devons d'abord faire un zoom arrière et comprendre un peu où Abraham se situe dans le monde de son temps.

Abraham apparaît à une période communément connue sous le nom de période du bronze moyen, vers le XVIIIe siècle avant notre ère. (La civilisation ancienne est caractérisée par les métaux qu'elle utilisait principalement et la période du bronze moyen du Proche-Orient couvre la période allant de 2200 avant notre ère à 1550 avant notre ère.)

Alors que la plupart des anthropologues pensent que les hominidés, précurseurs physiques de l'être humain, sont originaires d'Afrique, la civilisation humaine commence au Proche-Orient dans le Croissant fertile, où est né Abraham.

Quand nous disons civilisation, nous parlons d'arrangements sophistiqués de personnes vivant ensemble, pas de chasseurs/cueilleurs ou de simples colonies agraires, pas seulement quelques personnes vivant dans quelques huttes. Il y a environ 5 500 ans, au Proche-Orient, l'humanité a connu une évolution spectaculaire, passant de chasseurs/cueilleurs principalement nomades - des personnes qui passent toute leur journée à chercher de la nourriture - à des personnes capables de domestiquer le bétail et les cultures. Cela signifiait qu'ils pouvaient élever des animaux pour les manger ou les utiliser pour leur lait et leurs peaux, et labourer la terre pour faire pousser des cultures.

Une fois que cela s'est produit, il y avait un excédent de nourriture, ce qui a conduit à la croissance de la population. Les gens avaient le temps de faire plus que chercher constamment de la nourriture. Ils ont commencé à se spécialiser dans différents types de travail -- vous aviez des artisans, des érudits, des prêtres et des guerriers. Cela, à son tour, a conduit à la création de villes, au développement social et politique et à la création des arts, de la littérature, de la science, etc. Les premières civilisations du monde, selon la plupart des opinions, ont commencé dans la région appelée le Croissant fertile.

Le Croissant fertile englobe la zone qui s'étend du delta du Nil en Égypte, du Levant (la partie médiane où se trouve Israël), jusqu'à l'Euphrate et au Tigre.

Les trois grands fleuves contribuent puissamment à la fertilité et, par conséquent, à l'attrait de cette région. Le Nil est un fleuve incroyable, le plus grand fleuve du monde. Sans le Nil, l'Egypte serait un désert. Dans les temps anciens, 3% de l'Egypte étaient des terres arables, 97% étaient désertiques. De plus, l'Euphrate et le Tigre sont deux énormes fleuves qu'ils traversent aujourd'hui essentiellement en Irak et en Turquie, mais ce que les historiens ont surnommé la Mésopotamie, qui signifie en grec "au milieu de deux fleuves".

Il y a un débat pour savoir si la première civilisation est apparue en Égypte ou en Mésopotamie (en particulier dans la section de la Mésopotamie appelée Sumer), mais nous pouvons être à peu près sûrs que la première caractéristique de la civilisation - l'écriture - est née dans le Croissant Fertile.

L'écriture était une invention formidable bien que nous la tenions pour acquise aujourd'hui. Cela a commencé avec des pictogrammes. Vous avez dessiné un bonhomme allumette et cela représentait "l'homme". transmis une idée. (À ce jour, l'hébreu est basé sur un système racinaire à trois consonnes.)

L'écriture était la plus grande invention humaine et est la marque de la civilisation. Toute la technologie et les connaissances d'aujourd'hui dépendent de l'accumulation collective d'informations transmises avec précision, qui arrivent maintenant si vite que nous ne pouvons pas les suivre.

Du point de vue juif, la capacité de s'exprimer - que ce soit par écrit ou par la parole - personnifie ce que sont les êtres humains. Nous apprenons que lorsque Dieu créa le premier être humain -- Adam -- Il « souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint une âme vivante. » (Genèse 2:7) La phrase hébraïque l'nefesh chayah, « âme vivante », peut également être traduit par « une âme parlante ». (Targum Onkelos, Genèse 2:7)

Le carrefour des civilisations

Des deux premières civilisations qui se sont développées, l'Égypte est inhabituelle car elle est entourée de désert et est donc pratiquement inaccessible. L'Egypte en tant que civilisation a survécu pendant près de 3 000 ans. C'est une période incroyablement longue pour la survie de la civilisation. Pourquoi l'Egypte a-t-elle survécu si longtemps ? En raison de son isolement, il était très difficile à envahir. (1). Il a fallu les Grecs - en particulier Alexandre, le Grand - pour en finir avec l'Égypte, puis elle est devenue une colonie grecque.

La Mésopotamie n'avait pas de telles défenses naturelles. C'était une plaine inondable géante située au milieu de la grande route migratoire de nombreux peuples anciens. Tout conquérant venu d'Asie ou d'Europe y mettait généralement le pied. Il n'avait pas de défenses naturelles - pas de montagnes, pas de déserts - et c'était une terre fertile très désirable.

Nous voyons la terre changer de mains plusieurs fois et un grand nombre de civilisations dans cette partie du monde - Assyriens, Babyloniens, Perses, Grecs, Romains et puis, bien sûr, les Musulmans.

Cet endroit tumultueux est le point de départ de l'histoire juive - au fond du Tigre et de l'Euphrate, dans le berceau de la civilisation. C'était l'endroit logique pour que la civilisation commence en termes de développement de l'agriculture et de la culture. Et c'est aussi un endroit logique pour qu'Abraham apparaisse, car si c'est le destin d'Abraham de changer le monde, il doit être au centre de la civilisation. S'il était né Esquimau ou Amérindien, toute l'histoire humaine aurait été différente. Notre histoire commence donc dans l'ancienne Mésopotamie et c'est d'ici que commence le voyage d'Abraham.

1) Au cours des 3000 ans d'histoire de l'Egypte ancienne, elle n'a été conquise que trois fois : par les Hyksos, les Assyriens et enfin les Grecs. Par rapport à la Terre d'Israël, qui a été conquise et détruite des dizaines de fois.


Remarques

Certaines pointes tachées et/ou décolorées

Addeddate 2010-02-17 13:34:58 Bookplateleaf 0004 Numéro d'appel 71200908401030 Appareil photo Canon 5D Identifiant externe urn:oclc:record:1045981096 Foldoutcount 0 Identificateur historyofabraham00inarno Identificateur-ark ark:/13960/t2v41c800 Ocr ABBYY FineReader 8.0 Openlibrary_edition OL6537461M Openlibrary_work OL3481255W Page-progression lr Pages 756 Ppi 400 Scandate 20100217154350 Scanner indi5.Scanninganacenter.archive

Deuil, chasse à l'homme et séquelles

Le lendemain était le dimanche de Pâques, et dans toute l'Amérique, les sermons dans les églises chrétiennes assimilaient le martyre de Lincoln à la mort sacrificielle de Jésus. S'ensuit une période de deuil national. Des observateurs ont rapporté que les Afro-Américains ressentaient particulièrement vivement la perte de Lincoln. Les historiens ont noté que Lincoln - que beaucoup, même dans le Nord, détestaient profondément - est devenu beaucoup plus vénéré dans la mort que dans la vie à mesure que le mythe qui l'entourait grandissait. Après une exposition publique à la Maison Blanche et au Capitole, le corps de Lincoln, dans un cercueil ouvert élaboré, a été emmené dans un voyage en train de 13 jours à travers le pays jusqu'à son domicile de Springfield, dans l'Illinois, s'arrêtant en route pour s'allonger dans l'État de l'Indépendance. Hall à Philadelphie et à défiler dans un corbillard sur la 5e Avenue à New York, entre autres arrêts. Des millions de personnes se sont alignées sur le trajet du train pour lui rendre hommage.

Quant aux auteurs, Booth en fuite a eu sa jambe soignée dans le Maryland par le Dr Samuel Mudd, qui serait plus tard reconnu coupable de complot, bien que ses descendants aient mené une longue bataille pour prouver son innocence. Alors qu'une chasse à l'homme massive, alimentée par une récompense de 100 000 $, remplissait la campagne entourant Washington de troupes et d'autres chercheurs, Booth et Herold, aidés par un sympathisant confédéré, se sont cachés pendant des jours dans un bosquet d'arbres près du marais Zekiah dans le Maryland. Tout en se cachant, Booth a tenu un journal dans lequel il a enregistré son incrédulité face à la condamnation presque universelle de ses actions. Il s'était attendu à être présenté comme un héros. Après avoir entrepris de nouveaux efforts pour s'échapper, Booth et Herold ont été retrouvés par les troupes fédérales le 26 avril dans une ferme en Virginie, près de la rivière Rappahannock. Là, Herold se rendit avant que la grange dans laquelle lui et Booth se cachaient ne soit incendiée. Refusant de se rendre, Booth a été abattu, soit par un soldat, soit par lui-même, et est décédé peu de temps après. Des rumeurs ont persisté selon lesquelles ce n'était pas Booth mais un autre homme que l'on pensait être lui qui avait été tué, mais il n'y a aucune preuve acceptable pour étayer cette idée.

Huit « conspirateurs » ont été jugés par une commission militaire pour le meurtre de Lincoln (plusieurs d'entre eux avaient participé au complot visant à kidnapper Lincoln mais étaient moins clairement impliqués dans la tentative d'assassinat). Herold, Powell, Atzerodt et Mary Surratt, qui dirigeaient une pension à Washington fréquentée par des membres de la clandestinité confédérée, ont été reconnus coupables et pendus. Également reconnus coupables, Mudd, Michael O'Laughlen et Samuel Arnold ont été condamnés à la prison à vie, et Edman Spangler a reçu une peine de six ans. Un autre conspirateur, John Surratt, Jr., a fui le pays mais a ensuite été capturé et a été jugé en 1867, bien que son affaire ait été classée sans suite.


Histoire des hymnes : "Le Dieu d'Abraham Louange"

La louange du Dieu d'Abraham,
Qui règne au-dessus
Ancien des jours éternels,
Et Dieu d'amour
Jéhovah, grand JE SUIS !
Par la terre et le ciel avoué
Je m'incline et bénis le nom sacré
Béni à jamais.

Quel hymne réunit l'hébreu Yigdal (doxologie), un prédicateur gallois wesleyen et John Wesley ? La réponse est "La louange du Dieu d'Abraham" - un hymne qui a fait un voyage fascinant.

Au XIIe siècle, le savant juif Moïse Maïmonide codifia les 13 articles du Credo juif. Ces articles de la foi juive ont ensuite été façonnés dans le Yigdal vers 1400 par Daniel ben Judah, un juge à Rome.

Avance rapide jusqu'au Londres du XVIIIe siècle. Vers 1770, Thomas Olivers (1725-1799), fervent adepte de John Wesley, entendit le chantre Meyer Leoni chanter la Doxologie du Yigdal à la synagogue Duke's Place. Le service de la veille du sabbat et la musique ont tellement impressionné Olivers qu'il a écrit un hymne chrétien basé sur le Yigdal avec l'air LEONI nommé d'après le chantre, Max Lyon - Leoni étant son nom professionnel.
Certains pensent que Leoni lui-même a transcrit l'air d'Olivers après le service. John Wesley l'a inclus dans son Harmonie sacrée (1780), et l'air a été associé à la paraphrase d'Olivers depuis.

Olivers était l'une des nombreuses personnes des classes moyennes et inférieures qui se sont converties grâce au ministère évangélique de George Whitfield. Il est orphelin à seulement 4 ans et devient apprenti chez un cordonnier. Le jeune Olivers était connu pour son comportement vraiment épouvantable.

Un jour, Olivers entendit Whitfield prêcher sur le texte : « N'est-ce pas un tison arraché du feu ? de Zacharie 3:2. Il s'est converti et sa vie a radicalement changé. John Wesley a reconnu les talents d'Olivers et l'a persuadé de devenir l'un de ses évangélistes. Bien qu'il ait souvent connu une hostilité féroce, Olivers a beaucoup voyagé à travers l'Angleterre et l'Irlande.

La strophe d'ouverture de "La louange du Dieu d'Abraham" est basée sur Exode 3:6, "Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham", et Exode 3:14, "JE SUIS CE QUE JE SUIS". Chacune des 12 strophes originales est remplie d'allusions scripturaires. UM Hymnal le rédacteur en chef Carlton Young note que « les strophes 9, 11 et 12 d'Olivers sont explicitement chrétiennes, remplissant ainsi l'objectif du poète de donner à la paraphrase « un caractère chrétien ».

L'hymne trouvé dans le UM Hymnal utilise les strophes 1, 4, 6 et 10, tirées de la version publiée dans Augustus Toplady's Psaumes et hymnes pour le culte public et privé (1776).

Certains lecteurs connaissent peut-être une autre traduction, commençant par « Louange au Dieu vivant ». Il a été composé vers 1885 par le ministre unitarien Newton Mann et le rabbin juif Max Landsberg. Cette traduction est parue dans L'Union Hymnal pour le culte juif (1914) et a servi de base à l'hymne du 1966 Hymnal méthodiste.

Les UM Hymnal a sagement choisi de ne pas inclure les strophes avec une orientation explicitement chrétienne, rendant cet hymne utilisable pour les services interreligieux avec les juifs et les chrétiens. L'une des strophes omises transforme la délivrance d'Egypte et la traversée de la mer Rouge, événement central pour les juifs (et les chrétiens), en un événement particulièrement christologique :

Bien que la force de la nature décline,
Et la terre et l'enfer résistent,
Aux limites de Canaan nous pressons notre chemin
A son commandement :
L'eau profonde que nous passons,
Avec Jésus à nos yeux
Et à travers le désert hurlant
Notre chemin poursuit.

Une telle approche de l'Écriture donne un aperçu non seulement du processus de composition d'Olivers, mais aussi de l'esprit du premier méthodisme. L'hymnologue anglais J. R. Watson note que des textes aussi passionnés ont suscité une certaine controverse au début du mouvement : « [Olivers'] audacieux hymne montre pourquoi les méthodistes se méfiaient de leur enthousiasme : ses vers vont de la terre au ciel dans une extase d'excitation imaginative. »

Le Dr Hawn est directeur du programme de musique sacrée à la Perkins School of Theology.


Concerts et événements

Plusieurs concerts ont lieu sur le terrain des plaines d'Abraham entre juin et août. Le kiosque Edwin-Bélanger accueille des spectacles d'artistes en herbe ainsi que de talents reconnus. Le mois des morts et les célébrations d'Halloween battent leur plein en octobre avec des activités telles que la décoration de jardin, les tours hantées, les contes du mauvais vieux temps et la marche macabre qui se déroulent à divers endroits dans les plaines.

L'expérience Haunted Tower apporte un décor incroyablement effrayant aux tours Martello, y compris des scènes telles que la forêt mystérieuse ou un laboratoire astronomique. Tales of Bad old days est une émission qui parle d'horreurs comme les chasses aux sorcières, les incendies, les épidémies et les châtiments corporels. La marche macabre est une promenade impressionnante et interactive sur les sentiers des plaines d'Abraham la nuit, avec des lanternes à la main.

Les célébrations de la fête nationale se déroulent également avec beaucoup de ferveur dans le parc.


Quel impact a eu Abraham Lincoln sur l'histoire des États-Unis ?

À maintes reprises, Lincoln a été identifié comme l'un des présidents les plus influents des États-Unis. Son style de leadership a été analysé et plusieurs arguments avancés pour et contre son style. L'un des aspects impressionnants de son leadership était son sens de la discipline. Il a ainsi pu se concentrer sur ses forces et pour beaucoup, c'était ce qui était nécessaire pendant la guerre civile.

Lincoln a affirmé qu'il avait été façonné par les événements qui lui étaient arrivés, et non l'inverse. En analysant sa stratégie, il est juste de dire qu'en effet ce sont les événements qui se sont produits qui ont façonné Lincoln et son style de leadership. Lincoln a utilisé ses expériences passées, ses forces et ses principes personnels pour concevoir sa stratégie de leadership. En ce sens, Lincoln n'était donc pas un adepte des événements comme il le prétendait.

Ses politiques sur l'esclavage, le leadership militaire et les libertés civiles montrent qu'il a utilisé ses principes, entre autres, pour façonner l'issue des événements. Lincoln a réorganisé la fonction des mots en politique. Il a même écrit des lettres anonymes à des journaux critiquant ses adversaires et ses collègues. De plus, ses politiques sur l'esclavage ont contribué à mettre fin à l'esclavage. Il n'y a aucun moyen de justifier l'acte d'esclavage et de prétendre que c'est cet acte particulier qui a rendu Lincoln passionné par les droits de l'homme. Il était déjà passionné par les droits de l'homme, et c'est pourquoi il s'est battu pour la fin de l'esclavage. Il est difficile de rejeter totalement l'idée que les événements aient pu façonner les principes défendus par Lincoln. Il est courant de trouver des personnes qui apprennent des événements passés et utilisent ces expériences pour façonner leurs idées actuelles.


Trois candidats qui pourraient hériter de la succession d'Abraham

Dans la famille d'Abraham, il y avait trois candidats qui pouvaient hériter de la succession d'Abraham. Le premier était Eliezer le serviteur, le second était Ismaël et le troisième était Isaac.

Au début, Abraham pensait qu'Eliezer serait son héritier.

Gn 15:2-4 Mais Abram dit : « O Souverain SEIGNEUR, que peux-tu me donner puisque je reste sans enfant et que celui qui héritera de mes biens est Eliezer de Damas ? Et Abram dit : « Tu ne m'as pas donné d'enfants, donc un serviteur de ma maison sera mon héritier. » Alors la parole de l'Éternel lui fut adressée : « Cet homme ne sera pas ton héritier, mais un fils issu de ton propre corps sera ton héritier. »

Dieu a dit qu'Eliezer n'était pas l'héritier d'Abraham mais qu'un fils issu de son propre corps serait son héritier.

Ge 16:15-16 Alors Agar enfanta un fils à Abram, et Abram donna le nom d'Ismaël au fils qu'elle avait enfanté. Abram avait quatre-vingt-six ans quand Agar lui donna Ismaël.

Agar était une servante de Sarah, la femme d'Abraham (Gn 16:1). Ismaël est né d'Abraham, mais sa mère était une femme esclave. Dieu a dit qu'Ismaël ne pouvait pas devenir l'héritier d'Abraham.

Gn 17:18-19 Et Abraham dit à Dieu : « Si seulement Ismaël pouvait vivre sous ta bénédiction ! Alors Dieu dit : « Oui, mais ta femme Sara t'aura un fils, et tu l'appelleras Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance éternelle pour ses descendants après lui.

Dieu a dit que celui qui serait l'héritier devait naître de Sarah. Et Il fit du fils qui naquit de Sara l'héritier d'Abraham.


Carte des voyages d'Abraham, d'Isaac et de Jacob

Abraham, à l'origine Abram, a été appelé par Dieu à quitter la maison de son père Terah et la ville natale d'Ur en Chaldée en échange d'une nouvelle terre, famille et héritage à Canaan, la Terre Promise.

Abraham, avec Terah (le père d'Abraham), Sarah (la femme d'Abraham) et Lot (le neveu d'Abraham), puis partit pour Canaan, mais s'installa d'abord dans un endroit nommé Haran, jusqu'à la mort de Terah.

Lorsque Abraham arrivé au pays de Canaan, il y eut une grave famine, alors Abraham et sa maisonnée, parcouru en Egypte, avant de revenir s'installer à Canaan.

Isaac était le seul fils Abraham avait avec sa femme Sarah il était le mari de et Rebekah et le père des frères jumeaux Jacob et Esaü. Il était le seul patriarche biblique qui n'a pas périple hors de Canaan.

Abraham avait 100 ans quand Isaac est née et Sarah avait plus de 90 ans.

Jacob avait douze fils et au moins une fille, par ses deux femmes, Léa et Rachel, et par leurs servantes Bilha et Zilpa et ils devinrent les patriarches des douze tribus d'Israël.


Voir la vidéo: La Véritable origine des Hébreux: Qui est Abraham? (Janvier 2022).