Podcasts sur l'histoire

Marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale

Marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale

En 1939, l'US Navy disposait de 15 cuirassés, 5 porte-avions, 18 croiseurs lourds et 19 croiseurs légers. Depuis les années 1920, la marine américaine était fondée sur l'idée que la marine japonaise représentait la principale menace pour les États-Unis. En conséquence, l'US Navy était le seul pays capable de rivaliser avec le Japon dans le domaine de l'aéronavale. Les Lexington et Saratoga des porte-avions étaient apparus en 1927. La marine conservait également le contrôle d'avions porte-avions spécialisés tels que le Grumman Hellcat et le Douglas SBD-3.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain s'est inquiété des dangers posés par le Japon. Le Congrès a adopté le Two Oceans Navy Bill en juillet 1940, qui a permis la construction de 1 325 000 tonnes de nouveaux navires de guerre. L'année suivante, huit cuirassés et trois porte-avions ont été ajoutés à la force de l'US Navy.

En janvier 1941, le commandant en chef de la flotte combinée japonaise, l'amiral Isoruku Yamamoto, commença à planifier une attaque surprise contre la marine américaine à Pearl Harbor. Yamamoto craignait de ne pas avoir les ressources nécessaires pour gagner une longue guerre contre les États-Unis. Il a donc préconisé une attaque surprise qui détruirait la flotte américaine d'un seul coup.

Le plan de Yamamoto a finalement été accepté par l'état-major impérial japonais à l'automne et la force de frappe sous le commandement du vice-amiral Chuichi Nagumo a quitté les îles Kouriles le 26 novembre 1941.

Richard Sorge, un journaliste allemand travaillant comme agent soviétique à Tokyo, a découvert les détails du plan d'attaque de Pearl Harbor. Cependant, cette information ne semble pas avoir été transmise aux États-Unis. renseignement de l'armée américaine. Il a bien intercepté deux messages chiffrés de Tokyo à Kichisaburo Normura, l'ambassadeur du Japon aux États-Unis, qui suggéraient une attaque imminente, mais Richmond Turner, en charge de l'évaluation et de la diffusion, n'a pas transmis les avertissements de l'attaque proposée à l'amiral Husband Kimmel. .

La flotte de Nagumo était positionnée à 275 milles au nord d'Oahu. Le dimanche 7 décembre 1941, 105 bombardiers de haut niveau, 135 bombardiers en piqué et 81 avions de chasse attaquèrent la flotte américaine à Pearl Harbor. Lors de leur première attaque, les Japonais ont coulé le Arizona, Oklahoma, Virginie-Occidentale et Californie. La deuxième attaque, lancée 45 minutes plus tard, entravée par la fumée, a fait moins de dégâts.

En deux heures, 18 navires de guerre, 188 avions et 2 403 militaires ont été perdus dans l'attaque. Heureusement, les trois porte-avions de la marine, Entreprise, Lexington et Saratoga, étaient tous en mer à ce moment-là. Le lendemain, le président Franklin D. Roosevelt et un Congrès américain uni déclarent la guerre au Japon.

Après Pearl Harbor, l'US Navy disposait de 16 cuirassés, 7 porte-avions, 18 croiseurs lourds, 19 croiseurs légers, 6 croiseurs anti-aériens, 171 destroyers et 114 sous-marins. En plus de la guerre dans le Pacifique, les forces navales américaines ont aidé la Royal Navy à maintenir les lignes d'approvisionnement océaniques vers la Grande-Bretagne dans l'Atlantique.

Dix jours après l'attaque, l'amiral Chester Nimitz a démis de ses fonctions l'amiral mari Kimmel. Les enquêtes ultérieures sur l'attaque ont trouvé Kimmel coupable d'erreurs de jugement et de ne pas avoir coordonné les efforts de l'armée et de la marine pour défendre Hawaï. En mai 1942, Kimmel décide de prendre une retraite anticipée.

Après être entré dans la Seconde Guerre mondiale a adopté un programme de construction de guerre d'urgence. Seize gros porte-avions tels que l'Essex ont été commandés. Il y avait aussi quinze nouveaux cuirassés et neuf plus petits Indépendance porte-avions de classe. Des destroyers, des porte-avions d'escorte et d'autres navires anti-sous-marins ont été construits pour faire face à la double menace des sous-marins dans l'Atlantique et des sous-marins japonais dans le Pacifique.

De nouveaux avions navals tels que le Grumman Hellcat, le Chance-Vought Corsair ont également été commandés. Au cours des quatre années suivantes, plus de 50 000 avions de combat ont été livrés à l'US Navy. Au cours de la même période, le personnel de l'aviation est passé de 10 923 à 437 524.

En mars 1942, l'amiral Ernest King devient commandant en chef de la marine américaine. Sous la direction de King, la flotte grandit rapidement et, en trois ans, surpasse la force combinée de toutes les autres marines du conflit. Cela comprenait 5 788 navires de guerre et 66 000 péniches de débarquement.

L'amiral Ernest King, l'amiral Chester Nimitz, commandant en chef de la flotte américaine du Pacifique, et le général Douglas MacArthur, commandant suprême du Pacifique Sud-Ouest, ont décidé que leur premier objectif devrait être d'établir et de protéger une ligne de communication à travers le Pacifique Sud vers l'Australie. . Cela a abouti à la bataille de la mer de Corail (6-8 mai 1942).

En 1942, l'amiral Isoruku Yamamoto a décidé d'essayer de capturer la base américaine sur l'île de Midway. Il croyait que l'armée de l'air japonaise serait en mesure de lancer des attaques aériennes contre la flotte américaine à Pearl Harbor. Yamamoto a conçu un plan complexe où la flotte combinée a été divisée en huit groupes de travail. Deux de ces groupes ont lancé une attaque de diversion sur les îles Aléoutiennes. Le reste de la flotte dirigée par Yamamoto, le vice-amiral Chuichi Nagumo et le vice-amiral Nobutake Kondo, se dirigerait vers Midway.

Inconnu de Yamamoto, le service de renseignement américain a brisé le code de communication japonais et informé l'amiral Chester Nimitz des plans japonais. Nimitz a pu réunir deux groupes de travail sous l'amiral Frank Fletcher et le contre-amiral Raymond Spruance. Avec les transporteurs Yorktown, Enterprise et frelon, huit croiseurs et quinze destroyers, ils se dirigent également vers Midway.

Le 3 juin 1942, 100 avions de la force aéronavale de Nagumo bombardèrent Midway. Les combattants de l'US Marine étaient en infériorité numérique et n'ont pas pu empêcher d'importants dégâts. Alors que les avions japonais étaient en train d'être réarmés, ils ont été attaqués par des avions porteurs de la Task Force de Spruance.

Pendant que cela se déroulait, Yorktown et Enterprise sont arrivés et ont marqué des coups sur les navires japonais Akagi, Soryu et Kaga. Le Hirpu a réussi à couler le Yorktown avant qu'il ne soit incendié par l'Enterprise. La marine japonaise avait maintenant perdu ses quatre porte-avions et l'amiral Isoruku Yamamoto a été contraint d'ordonner un retrait.

L'amiral William Halsey prit le contrôle des opérations navales pendant la campagne de Guadalcana (12-13 novembre 1942) et coula deux cuirassés japonais, deux destroyers et six navires de transport pour la perte de deux croiseurs et quatre destroyers.

Le général Douglas MacArthur a également développé ce qui est devenu connu comme sa tactique d'île en île. Cette stratégie impliquait des débarquements amphibies sur des îles vulnérables, contournant ainsi les concentrations de troupes japonaises sur des îles fortifiées. Cela avait l'avantage d'éviter les assauts frontaux et donc de réduire le nombre de victimes américaines.

Les US Marines, l'armée de terre de l'US Navy, ont joué un rôle important dans ces opérations et ont été réorganisés en Marine Amphibious Corps. Sous la direction du général Holland Smith, le Corps des Marines employait une force de plus de 450 000 hommes et était principalement utilisé comme fer de lance de l'opération amphibie dans le Pacifique.

En octobre 1942, le TG 16 (Entreprise) et le TG 17 (frelon) ont été combinés pour former le TG 61 et ont été placés sous le commandement du contre-amiral Thomas Kinkaid. Il affronta Nobutake Kondo lors des combats qui eurent lieu aux îles Santa Cruz (26-27 octobre 1942). Pendant la bataille frelon a coulé et l'Enterprise a été gravement endommagé. Cependant, la marine japonaise a eu plus de difficulté à remplacer ses pertes et a eu du mal à fournir des fournitures à l'armée japonaise dans la région.

Le 20 octobre 1944, le général Walter Krueger et la 6e armée américaine débarquent à Leyte. Cela a été suivi par Leyte Gulf, le plus grand engagement naval de l'histoire. Ce fut une victoire décisive pour les Alliés, la marine japonaise perdant quatre porte-avions, trois cuirassés et dix croiseurs. Le Japon a également eu 48.000 hommes tués sur Leyte.

Dans la campagne du golfe de Leyte, l'amiral William Halsey avait pour tâche de soutenir le débarquement de troupes et de détruire la principale flotte japonaise. Le 24 octobre 1944, Halsey tomba dans un piège japonais alors qu'il se dirigeait vers le nord avec ses 64 navires pour attaquer l'amiral Jisaburo Ozawa. Il a laissé le détroit de San Bernardino sans protection et seules les actions du vice-amiral Thomas Kinkaid et de la 7e flotte ont empêché un désastre militaire.

Il a maintenant été décidé d'essayer de capturer la petite île volcanique d'Iwo Jima qui était défendue par 20 000 vétérans de la Force navale spéciale de débarquement japonaise. Au cours du mois de février 1945, les Japonais, qui avaient créé une forteresse sur le mont Suribachi, firent face à un immense bombardement aérien et maritime lancé par la 5e flotte sous l'amiral Raymond Spruance.

Le 19 février, les soldats américains ont commencé à débarquer sur l'île. Plus de 250 000 hommes et 900 navires participent à cette opération amphibie. L'objectif principal était de capturer les trois pistes d'atterrissage de l'île et d'obtenir une base aérienne avancée pour l'attaque alliée prévue sur les territoires japonais.

L'armée américaine a réussi à capturer le mont Suribachi en trois jours mais la forte résistance des Japonais a fait que la deuxième piste d'atterrissage de Motoyama n'a été remportée que le 28 février 1945. La dernière étape des combats a eu lieu dans les collines fortifiées et ces dernières défensives les positions n'ont été prises que le 10 mars.

De petits groupes de soldats japonais poursuivent les combats et les trois aérodromes ne sont prêts à recevoir les vastes flottes de bombardiers B-29 Superfortress qu'à la fin du mois de mars. Sur les 23 000 soldats japonais défendant Iwo Jima, seuls 216 ont été capturés vivants. Les forces américaines ont également souffert lors des combats acharnés sur l'île avec 5 391 Marines tués et 17 400 blessés.

La dernière opération amphibie de MacArthur était à Okinawa. Situé à seulement 563 km (350 miles) du continent japonais, il offrait d'excellentes installations portuaires, d'aérodrome et de rassemblement de troupes. C'était une base parfaite pour lancer un assaut majeur sur le Japon, par conséquent il était bien défendu, avec 120 000 soldats sous le commandement du général Mitsuru Ushijima. Les Japonais ont également engagé quelque 10 000 avions pour défendre l'île.

Après un bombardement de quatre jours, les 1 300 navires forcés d'invasion se sont positionnés au large de la côte ouest d'Okinawa le 1er avril 1945. La force de débarquement, sous la direction du lieutenant-général Simon Buckner, s'élevait initialement à 155 000. Cependant, à la fin de la bataille, plus de 300 000 soldats étaient impliqués dans les combats. Cela le rend comparable au débarquement de Normandie en Europe continentale en juin 1944.

Le premier jour, 60 000 soldats ont été débarqués contre peu d'opposition à Haguushi. Le lendemain, deux aérodromes ont été capturés par les Américains. Cependant, lorsque les soldats ont atteint Shuri, ils ont été la cible de tirs nourris et ont subi de lourdes pertes.

Renforcés par le 3e corps amphibie et la 6e division de marine, les Américains parviennent à repousser une féroce contre-attaque du général Mitsuru Ushijima le 4 mai. En mer au large d'Okinawa, un raid kamikaze de 700 avions a coulé le 6 avril et endommagé 13 destroyers américains. Le cuirassé géant, Yamato, manquant de carburant suffisant pour un voyage de retour, a également été envoyé en mission suicide et a été coulé le 7 mai.

Le 11 mai, le lieutenant-général Simon Buckner ordonna une nouvelle offensive sur les défenses de Shuri et les Japonais furent finalement contraints de se retirer. Buckner est tué le 18 juin et trois jours plus tard, son remplaçant, le général Roy Geiger, annonce que l'île est enfin prise. Lorsqu'il fut clair qu'il avait été vaincu, Mitsuru Ushijima se suicida rituellement (hari-kiri).

La prise d'Okinawa a coûté aux Américains 49 000 victimes dont 12 520 morts. Plus de 110 000 Japonais ont été tués sur l'île.

Entre juillet 1940 et septembre 1945, l'effectif est passé de 203 127 à 4 064 455. Ce chiffre comprenait le Corps des Marines des États-Unis et les garde-côtes américains.


Navires de la marine américaine

Les fonds de la Still Picture Branch comprennent une variété de représentations de navires utilisés par la marine des États-Unis. Cette liste comprend des photos de types de navires utilisés depuis la période de la guerre d'indépendance jusqu'au 7 décembre 1941, avant l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Il n'y a pas d'œuvres d'art originales dans cette liste, uniquement des photographies et des photographies d'œuvres d'art ou de modèles. La liste est divisée en deux sections Navires anciens et Navires modernes, ainsi qu'un index par nom de navire.

USS Monitor, identifiant local : LC-CC-486, identifiant des archives nationales : 559269


Premiers navires comprend les navires mis en service avant l'utilisation de l'acier en 1883, et est subdivisé par mode de propulsion, et répertorié sous celui-ci chronologiquement par date de mise en service. Chaque entrée comprend : le nom du navire un nom antérieur ou ultérieur, le cas échéant la date de mise en service une description de la perspective du navire des informations sur le croquis, le modèle ou la peinture d'origine lorsqu'ils sont connus et le numéro d'identification local.


Navires modernes comprend les navires mis en service après 1883 et est subdivisé par classe générale et, en dessous, par ordre chronologique. Sont inclus dans chaque entrée : le nom et l'indicatif du navire (ou l'indicatif lorsqu'il n'y a pas de nom) le type de navire, le cas échéant la perspective photographique et d'autres informations, le cas échéant la date de la photographie originale et le numéro d'identification local.


Cette liste était à l'origine intitulée « Pictures of United States Navy Ships, 1775-1941 » et publiée en 1974 par le National Archives Trust Fund Board. Cette version numérique diffère de la version imprimée et a été mise à jour aussi récemment qu'en mai 2021.


Il n'y a pas de restrictions de droit d'auteur connues sur les images incluses dans cette liste. Si vous souhaitez utiliser une image des collections Still Picture Branch, veuillez consulter notre page Droits d'auteur et autorisations. Pour les navires non répertoriés ici, recherchez le catalogue des archives nationales ou contactez la Direction des images fixes aux coordonnées ci-dessous. Veuillez fournir des informations aussi précises que possible, telles que le nom du navire, le numéro de coque, le cas échéant, et les dates.


La guerre des deux océans : une brève histoire de la marine des États-Unis au deuxième enfer (1963)

Inscrivez-vous à LibraryThing pour savoir si vous aimerez ce livre.

Aucune conversation Talk en cours sur ce livre.

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez dans ce livre, est-ce que Samuel Eliot Morison a une offre pour vous !

Comme d'autres critiques l'ont souligné, Morison a rédigé une histoire navale complète de la participation américaine à la Seconde Guerre mondiale, puis a produit ce volume beaucoup plus court. C'est toujours une étude très détaillée -- il y a des histoires de toute la guerre plus courtes que ce seul volume spécialisé -- mais des choses ont été laissées de côté. Certains d'entre eux, peut-être, très important. Il y a des moments où il peut être facile de se perdre.

Je l'ai ressenti le plus, pour une raison quelconque, dans les sections de l'Atlantique. Le matériel sur la guerre du Pacifique avec le Japon semblait beaucoup plus clair. C'est peut-être juste que la guerre du Pacifique a eu des campagnes bien définies et des batailles bien définies où il était relativement facile de compter les victoires et les pertes.


21" (53,3 cm) Marque 15

Classe de navire utilisée le Destroyers et croiseurs de classe Atlanta (CL-51)
Date de conception 1934
Date de mise en service 1935
Poids Mod 0 : 3 438 lb (1,55kg)
Mod 3 : 3841 lb (1 742 kg)
Longueur totale Mod 0 : 22 pi 7 po (6,883 m)
Mod 3: 24 pi 0 po (7,315 m)
Flottabilité négative 1 260 livres. (572 kg)
Charge explosive Mod 0 : 494 lb (224 kg) TNT
Mod 3: 801 lbs. (363 kg) TNT ou 823 lb. (373 kg) HBX
Portée / Vitesse Mod 0 :
6 000 yards (5 500 m) / 45 nœuds
10 000 yards (9,150 m) / 33,5 nœuds
15 000 yards (13 700 m) / 26,5 nœuds

L'arme de destroyer standard de la Seconde Guerre mondiale. A remplacé les anciens Mark 11 et Mark 12. Est resté en service aussi longtemps que les destroyers américains transportaient des tubes lance-torpilles de 21" (53,3 cm). Environ 9 700 produits entre 1940 et 1944.

USS Dunlap DD-384 tirant une torpille d'entraînement en juillet 1942. U.S. Naval Historical Center Photo # NH 80-G-413482. Monture de torpille à cinq tubes typique du destroyer.

Médailles de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne (et du Troisième Reich) en vedette

La plus haute décoration militaire de l'Allemagne était la Croix de chevalier (Ritterkreuz), qui a été décerné près de sept mille fois de 1939 à 1945 à des hommes enrôlés et non enrôlés. Les Croix de Fer, qui datait de 1813, a été gagnée par quelque 2 500 000 hommes pendant la Seconde Guerre mondiale. Surnommé le Gefrierfleischorden, ou “viande congelée médaille“, le Médaille du front de l'Est a été attribué à trois millions de soldats allemands et de l'Axe du 15 novembre 1941 au 15 avril 1942.


Repos et détente

Photographie de Marines sur les îles Peleliu. Identifiant local : 127-N-97628, Identifiant des archives nationales : 532538.

40. "Marine Pfc. Douglas Lightheart (à droite) tient sa mitrailleuse de calibre 30 sur ses genoux, tandis que lui et son copain Pfc. Gerald Churchby prennent le temps de fumer une cigarette, tout en épongeant l'ennemi sur Peleliu Is." Cpl. H. H. Clements, 14 septembre 1944. 127-N-97628. [Le Marine sur la gauche a été provisoirement identifié grâce aux informations reçues par les Archives nationales comme étant Gerald P. Thursby, Sr. d'Akron, Ohio, et non Gerald Churchby] Identifiant des archives nationales : 532538

41. "Marin lisant dans sa couchette à bord de l'USS CAPELIN à la base sous-marine de New London, Connecticut." Le lieutenant-comd. Charles Fenno Jacobs, août 1943. 80-G-468523. Identifiant des Archives nationales : 520852

42. "Activités à bord de l'USS MONTEREY. Les pilotes de la marine dans l'ascenseur avant jouent bien au basket." Cavalier à gauche identifié comme Gerald R. Ford. Attribué au lieutenant Victor Jorgensen, ca. Juin/juillet 1944. 80-G-417628. Identifiant des Archives nationales : 520764

43. "Partie de la Liberté. Personnel de la section de la Liberté à bord du LCM retournant à l'USS CASABLANCA depuis l'île de Rara, au large de l'île de Pitylieu, Manus." PhoM1c. R. W. Mowday, Iles de l'Amirauté, 19 avril 1945. 80-CASA-618. Identifiant des Archives nationales : 520580

Bing Crosby, star de la scène, de l'écran et de la radio, chante pour les troupes alliées lors de l'ouverture de la cantine des portes de la scène de Londres à Piccadilly, Londres, Angleterre. Identifiant local : 111-SC-193249, Identifiant des archives nationales : 531210.

44. "Bing Crosby, star de la scène, du cinéma et de la radio, chante pour les troupes alliées lors de l'ouverture de la cantine londonienne à Piccadilly, Londres, Angleterre." Pearson, 31 août 1944. 111-SC-193249. Identifiant des Archives nationales : 531210

45. " Danny Kaye, star bien connue de la scène et de l'écran, divertit 4 000 soldats d'occupation de la 5e division des Marines à Sasebo, au Japon. Le signe grossier sur le devant de la scène dit : "Les officiers restent à l'extérieur ! Le pays des hommes enrôlés. "" Pfc. H. J. Grimm, 25 octobre 1945. 127-N-138204. Identifiant des Archives nationales : 532566

46. " Pfc. Mickey Rooney imite des acteurs hollywoodiens pour un public de fantassins de la 44e division. Rooney est membre d'une unité de trois hommes faisant une tournée en jeep pour divertir les troupes." T5c. Louis Weintraub, Kist, Allemagne, 13 avril 1945. 111-SC-203412. Identifiant des Archives nationales : 531257

Marlene Dietrich, actrice de cinéma, autographes le casting sur la jambe de Tec 4 Earl E. McFarland. Identifiant local : 111-SC-232989, Identifiant des archives nationales : 531330.

47. "Marlene Dietrich, actrice de cinéma, dédicace le casting sur la jambe de Tec 4 Earl E. McFarland dans un hôpital américain en Belgique, où elle a diverti les GIs." Tuttle, 24 novembre 1944. 111-SC-232989. Identifiant des Archives nationales : 531330

48. "Un jeune, serrant son père soldat, regarde vers le haut tandis que ce dernier soulève sa femme du sol pour lui souhaiter un "Joyeux Noël". Le militaire fait partie de ceux qui ont la chance de pouvoir rentrer chez eux pour les vacances." Décembre 1944. 208-AA-2F-20. Identifiant des Archives nationales : 535527


Histoire de la deuxième brigade spéciale du génie. Armée des États-Unis, Seconde Guerre mondiale

Date de publication 1946 Usage Public Domain Mark 1.0 Sujets Seconde Guerre mondiale, Guerre mondiale, 1939-1945, États-Unis. Armée, Guerre mondiale, 1939-1945 -- Histoires régimentaires -- États-Unis, Seconde Guerre mondiale, Guerre mondiale, 1939-1945 -- Océan Pacifique, Guerre mondiale, 1939-1945 -- Histoires régimentaires -- États-Unis -- Corps of ingénieurs. 2d brigade spéciale, Guerre mondiale, 1939-1945 -- Engineering And Construction Publisher [Harrisburg, Pennsylvanie, The Telegraph press] Collection wwIIarchive additional_collections Langue Anglais

Histoire de la deuxième brigade spéciale du génie

C'est l'histoire de la deuxième brigade spéciale du génie pendant la Seconde Guerre mondiale. Unité amphibie du Corps of Engineers de l'armée américaine, elle fut d'abord désignée sous le nom de Second Engineer Amphibian Brigade, le titre actuel ayant été adopté après son arrivée en Australie au début de 1943. Tout son service extérieur était consacré au théâtre d'opérations du Pacifique, et à aucun moment après l'entrée en combat de la brigade en Nouvelle-Guinée, elle ne s'est retirée pour se reposer, ce qui a amené le général Krueger, commandant de la sixième armée, à remarquer que la brigade a participé à plus d'opérations de combat que toute autre unité sur le théâtre.

Les unités suivantes composaient la brigade :
Quartier général de la brigade et compagnie du quartier général
532d Engineer Boat & Shore Regiment
542e Régiment de bateaux du génie et à terre
592d Engineer Boat & Shore Regiment
562d bataillon d'entretien des bateaux du génie
262e Bataillon Médical
287e compagnie de transmissions
I62d Compagnie d'entretien des munitions
Quartier-maître Siège & Siège Société
3498th Ordnance Medium Maintenance Company
695th Quartermaster Truck Company
5204th Amphibian Truck Company
Batterie de soutien de la compagnie d'approvisionnement en gaz du 189e quartier-maître
Détachement médical, 2 Esb
2d Engineer Amphibian Brigade Band (plus tard désigné 416th Army Service Forces Band)


La vraie histoire qui a inspiré le film WW2 Levrette

Se déroulant en 1942, au plus fort de la bataille de l'Atlantique, un nouveau film sur la Seconde Guerre mondiale Levrette avec Tom Hanks raconte l'histoire d'un capitaine de vaisseau nouvellement nommé qui se dirige pour la première fois vers le front, chargé de commander un convoi de 37 navires alliés à travers le dangereux Atlantique Nord tout en étant poursuivi par des meutes de loups de sous-marins nazis

Ce concours est maintenant terminé

Publié: 8 juillet 2020 à 14h30

Ici, avant la sortie du film sur Apple TV+ le 10 juillet, l'historien James Holland explore la véritable histoire qui a inspiré Levrette – basé sur le roman de 1955 de C S Forester Le bon berger – et explique pourquoi la bataille de l'Atlantique a été la campagne la plus vitale de la Seconde Guerre mondiale…

Le milieu de l'Atlantique, dans le courant de l'hiver 1942. Le commandant George Krause a été sur le pont de son destroyer, l'USS Quille, pendant près de 24 heures, enfermé dans un jeu mortel de chat et de souris avec une meute de loups de sous-marins allemands – le nombre exact n'est pas clair. Un sous-marin a été détruit dans l'après-midi gris de la veille, et depuis lors, Quille et un autre de l'équipe d'escorte de quatre navires de Krause - un destroyer polonais, le Victor – ont poursuivi un autre sous-marin ennemi sans succès, malgré le lancement d'une cinquantaine de grenades sous-marines entre eux.

Il fait un froid glacial, la glace recouvrant les surfaces et les rails du pont du destroyer. Krause, ayant mangé à peine la moitié d'un sandwich et bu seulement quelques tasses de café pendant ce temps, est complètement épuisé, il a froid, faim et soif, mais il est parfaitement conscient qu'il doit continuer jusqu'à ce qu'ils traversent cet écran de sous-marins et obtiennent à portée de la couverture aérienne alliée. Cela signifie une autre longue journée devant eux et déjà six navires du convoi ont été touchés et détruits.

Les responsabilités sur les épaules de ce fervent homme de 42 ans sont immenses et il doit à plusieurs reprises faire des choix déchirants. Devrait-il ramasser des hommes dans l'eau glacée ou labourer et potentiellement économiser plus ? Chaque décision, calcul et supposition éclairée concernant le prochain mouvement de l'ennemi a des conséquences potentiellement fatales, non seulement pour son propre navire mais pour l'ensemble du convoi qu'il est de sa tâche de protéger.

Pour ajouter au poids de sa responsabilité, il s'agit de son premier convoi transatlantique. Pourtant, compte tenu de son ancienneté de rang et de son âge, il est le « Comescort » - le commandant en chef de l'escorte de quatre navires d'une corvette canadienne, de destroyers britanniques et polonais, et le sien dans la marine américaine.

C'est à l'aube, après avoir été éveillé toute la nuit, que le commandant Krause évoque une image dans son esprit d'une force d'escorte de convoi idéale : « Avec huit navires d'escorte et quatre destroyers, un bon travail pourrait être fait », pense-t-il, « et couverture." Mais on était encore en 1942 et de telles forces n'étaient pas encore disponibles, il devrait se contenter de ce qu'il avait.

C S Forestierest le bon berger

La représentation est fictive, mais elle est brillamment véhiculée par le légendaire auteur de thrillers historiques C S Forester. Même si Le bon berger a été publié en 1955, une dizaine d'années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Forester a certainement fait ses recherches. L'évocation de ce moment de 48 heures dans la bataille de l'Atlantique est faite avec force, tandis que l'énormité des décisions et la complexité du commandement d'une escorte de convoi sont écrites avec un clin d'œil à la précision historique et aux détails sans pareil. .

C'est en quelque sorte un classique oublié - ou plutôt, il a été, bien que pas un seul oublié par l'acteur oscarisé Tom Hanks, un fou avoué de la Seconde Guerre mondiale, qui a utilisé le livre de Forester pour écrire et jouer dans un nouveau film basé sur le roman intitulé Levrette. Hanks joue le commandant Krause (dans le film, il s'appelle Ernest, pas George).

C'est certainement un excellent sujet pour un film et qui a été ignoré pendant trop longtemps par Hollywood, car la bataille de l'Atlantique était une épopée dramatique et d'une importance stratégique. En fait, on peut affirmer de manière assez convaincante qu'il s'agissait de la campagne la plus vitale de toutes les campagnes de la Seconde Guerre mondiale.

Pourquoi? Tous les navires entrant et sortant de la Grande-Bretagne passaient par l'Atlantique. Si l'Atlantique avait été perdu, la Grande-Bretagne l'aurait aussi perdu. Il n'y aurait pas eu de campagne méditerranéenne, pas de D-Day, pas de VE ou de VJ Days. La vaste chaîne d'approvisionnement mondiale dont dépendaient les Alliés – y compris l'Union soviétique – aurait été coupée, et avec elle la bouée de sauvetage.

Qu'est-ce que la bataille de l'Atlantique ?

En mars 1941, Winston Churchill a inventé l'expression « bataille de l'Atlantique » pour décrire une série de batailles de six ans qui se sont ouvertes le 3 septembre 1939 et ne se sont terminées que le dernier jour de la guerre.

Dans une lutte pour le contrôle des voies maritimes de la Grande-Bretagne vers les Amériques, la Royal Navy et la United States Navy se sont opposées aux Allemands. Kriegsmarine. Contre les voies maritimes, dont dépendait la capacité de la Grande-Bretagne à se nourrir et à se maintenir pendant la guerre, l'Allemagne a déployé des sous-marins sous-marins, des raiders de surface, des mines et des avions, explique l'historien GH Bennett.

Les convois de navires marchands étaient défendus par une variété de navires d'escorte armés, des navires de fortune tels que les croiseurs et chalutiers marchands armés aux corvettes, frégates et destroyers spécialement conçus.

De 1940 à 1943, les combats dans l'Atlantique étaient en jeu. Pourtant, du fait en partie du fait qu'ils savaient mieux tirer parti des innovations techniques que l'ennemi, à partir du milieu de 1943, les Alliés prirent lentement le dessus.

La bataille de l'Atlantique « a été l'affrontement le plus long et peut-être le plus étrange de la Seconde Guerre mondiale », explique GH Bennett, « un affrontement qui a vu des marins marchands britanniques utiliser des cerfs-volants et des roquettes porte-fils pour défendre leurs navires ». La campagne a été brutale au cours de laquelle près de 38 000 marins britanniques à eux seuls ont perdu la vie, tandis que 79 % des membres d'équipage de sous-marins sont morts.

La bataille de l'Atlantique était vitale pour l'issue de la Seconde Guerre mondiale. « L'Atlantique était la route par laquelle toutes les ressources arrivaient en Grande-Bretagne, sans laquelle le pays se serait effondré », explique Jonathan Dimbleby. « Si nous avions perdu la bataille, nous n'aurions pas eu assez d'armes – ni la capacité industrielle pour fabriquer des armes – et les troupes américaines n'auraient pas pu traverser pour le jour J. En fait, il n'y aurait pas eu de jour J.

C'est pourquoi, dès le début, la Grande-Bretagne a consacré tant d'énergie à gagner ce champ de bataille des plus critiques. De nouvelles inventions sont apparues rapidement, du développement du magnétron à cavité - qui a permis de réduire la taille du radar afin qu'au lieu de vastes mâts, il puisse être installé sur un navire ou un avion - aux améliorations rapides de la technologie radio, aux succès étonnants du renseignement, et une organisation superbement orchestrée.

En fait, à la fin du mois de mai 1941, la Grande-Bretagne avait atteint un point où elle ne pouvait déjà plus perdre la bataille, même si encore deux longues années suivraient avant que la menace des sous-marins dans l'Atlantique ne soit vaincue. Heureusement, avant la guerre, Hitler privilégiait la création d'une grande flotte de surface plutôt que d'une force sous-marine importante, même si ses navires de guerre ne pouvaient jamais espérer rivaliser avec la Royal Navy et encore moins les marines française ou américaine, et malgré l'effet presque révolutionnaire U -bateaux avaient auparavant dans la Première Guerre mondiale.

En conséquence, le bras des sous-marins ne comptait que 3 000 hommes sur la ligne de front lorsque la guerre a éclaté, et tout au long de 1940, lorsque la Grande-Bretagne était la plus vulnérable, il n'y a jamais eu plus de 13 sous-marins opérant dans l'Atlantique à n'importe quel une fois. En janvier 1941, il n'y en avait que six. C'était loin d'être suffisant dans un océan aussi vaste.

Chronologie : l'Allemagne et les Alliés dans l'Atlantique

août 1939

En prévision des hostilités, la flotte de sous-marins allemands se déploie en mer du Nord, coulant son premier navire quelques heures après le déclenchement de la guerre avec la Grande-Bretagne

La capture des ports français de l'Atlantique donne à l'Allemagne un accès facile à l'Atlantique Nord et Sud

Fin 1940-1941

Premier « heureux » du bras sous-marin alors que les convois naviguent avec de faibles forces d'escorte

janvier-juin 1942

Les sous-marins allemands connaissent un grand succès au large de la côte est des États-Unis

Dans une série de batailles de convois, les sous-marins allemands menacent de submerger les navires de guerre d'escorte

avril-mai 1943

Les Alliés reprennent l'initiative dans l'Atlantique, faisant couler plus de sous-marins et perdant moins de navires marchands

Fin 1943-1945

Long déclin de la campagne sous-marine allemande

À partir de septembre 1941, l'US Navy avait rejoint la bataille dans l'Atlantique bien qu'elle n'ait pas encore déclaré la guerre, bien qu'après l'entrée en guerre du Japon en décembre, le manteau ait été en grande partie rendu à la Royal Navy et à la Royal Navy, en pleine croissance. Marine canadienne, tandis que la marine américaine se concentrait sur le Pacifique. Pendant ce temps, la flotte de sous-marins augmentait en nombre mais souffrait d'une expérience chancelante et d'un équipement qui s'était mis à plat. En revanche, les Alliés ont continué à améliorer les techniques de détection et les armes avec une combinaison de navires et d'avions à long rayon d'action opérant depuis l'Amérique du Nord, l'Islande et la Grande-Bretagne.

Au début de 1942, les sous-marins avaient été poussés vers la côte est de l'Amérique du Nord et du Sud où il n'y avait pas encore de système de convoi en place. Un massacre a suivi jusqu'à ce que des convois commencent à être introduits et que les sous-marins soient repoussés dans le milieu de l'Atlantique.

De « les chasseurs » à « les chassés »

Les sous-marins étaient plus efficaces la nuit, lorsque la détection était plus difficile, car ils étaient également plus efficaces et plus rapides lorsqu'ils opéraient en surface. Cela signifiait que l'hiver, lorsque les nuits étaient plus longues, offrait des cueillettes plus riches. Pourtant, malgré la représentation incroyablement vivante du convoi à l'hiver 1942 en Le bon berger, Les sous-marins devenaient de plus en plus les chassés plutôt que les chasseurs à cette époque. Bien que d'horribles batailles aient été livrées lorsque les convois ont été interceptés avec succès, au total plus de 80 % des convois alliés ont traversé l'Atlantique entièrement indemnes, et après un nouvel effort au cours de la première moitié de 1943, les Alliés ont finalement réussi à vaincre les sous-marins. en mai 1943. Ce mois-là, quelque 41 sous-marins ont été coulés - un nombre totalement insoutenable qui a conduit à leur retrait.

The Battle of the Atlantic was a brutal one in which nearly 38,000 British sailors alone lost their lives, while a staggering 79 per cent of U-boat crewmen died – the worst of any part of the German armed services. Incredible deeds of heroism were carried out in the battle by both sides, and one that was often fought against a further enemy – the cruel Atlantic Ocean itself.

The importance of this immense battle, and the extraordinary human drama carried out, deserves its time on the big screen – and if any man can deliver this to a wider audience, it is Tom Hanks. Hopes for Greyhound are high…

James Holland is a historian, writer and broadcaster who has presented and written programmes for the BBC, Channel 4, National Geographic, History and Discovery, and is co-founder of Chalke Valley History Festival

Greyhound will premiere on Apple TV+ on 10 July 2020


Military Resources: World War II

Archives Surviving from World War II
An excerpt copied with permission of the author, Gerhard Weinberg, from his book A World at Arms: A Global History of World War II.

Continuing the Fight: Harry S. Truman and World War II
This Truman Library website contains a collection of documents, photographs, and eyewitness accounts concerning the latter stages of World War II.

Day of Infamy Speech
Audio of President Franklin D. Roosevelt's speech to Congress the day after the attack on Pearl Harbor.

"Getting the Message Out: The Poster Boys of World War II"
Prologue article by Robert Ellis about government-produced posters from World War II.

Holocaust Era Assets
Information about the records and research available in the National Archives and Records Administration regarding Holocaust Era Assets.

Information Concerning Philippine Army and Guerrilla Records
This NARA site gives in-depth information on the collection of records of World War II Philippine Army and Guerrilla members, which have recently been transferred to the National Personnel Records Center.

"Irving Berlin: This Is the Army"
This article by Laurence Bergreen is from the Summer 1996 issue of the NARA publication Prologue, and presents an in-depth look at Irving Berlin's production of This is the Army.

Le Japon se rend
On September 2, 1945, Japanese representatives signed the official Instrument of Surrender. Both pages of the short document are available as digital images.

"Jim Crow, Meet Lieutenant Robinson: A 1944 Court-Martial"
John Vernon's Prologue article about the court-martial of Second Lieutenant Jack (Jackie) Roosevelt Robinson

Journey of the Philippine Archives Collection
"The Philippine Archives Collection constitutes an invaluable source of information on the Pacific war during World War II, particularly concerning the treatment of prisoners of war (POWs) military operations in the Philippines, 1941-1942 guerrilla warfare in the Philippines and conditions in the Philippines under Japanese occupation."

"Let the Records Bark!: Personal Stories of Some Special Marines in World War II"
M. C. Lang's Prologue article about Dog Record Books of each canine who enrolled in the Army and Marine Corps from December 15, 1942, to August 15, 1945.

"The Lions' History: Researching World War II Images of African Americans"
An article from the Summer 1997 issue of NARA's publication, Prologue by Barbara L. Burger.

Memorandum Regarding the Enlistment of Navajo Indians
A Teaching With Documents Lesson Plan that provides background on the Marine Corps' decision to enlist and train the Navajos as messengers during World War II.

Mobilizing for War: Poster Art of World War II
A Truman Library online exhibit of a selection of posters illustrating such topics as "wartime security, enlistment, production of food and war materials, salvage and conservation, patriotic inspiration, relief efforts, and funding of the war through the sale of war bonds."

"The Mystery of the Sinking of the Royal T. Frank"
Prologue article by Peter von Buol describing the sinking of a U.S. Army transport ship off the coast of Hawaii by the Japanese in 1942.

"Nazi Looted Art: The Holocaust Records Preservation Project"
A three-part Prologue article by Anne Rothfeld about the Holocaust Records Project (HRP) which was tasked with "identifying, preserving, describing, and microfilming more than twenty million pages of records created by the Allies in occupied Europe regarding Nazi looted art and the restitution of national treasures."

Nazi War Criminal Records Interagency Working Group (IWG)
"The Nazi War Crimes and Japanese Imperial Government Records Interagency Working Group (IWG) locates, identifies, inventories, and recommends for declassification, currently classified U.S. records relating to Nazi and Japanese Imperial Government war crimes."

"Remembering Pearl Harbor . . . 70 Years Later"
Prologue article by Lopez Matthews, Zachary Dabbs, and Eliza Mbughuni discusses deck logs of ships docked in Pearl Harbor on December 7, 1941.

"Return to Sender U.S. Censorship of Enemy Alien Mail in World War II"
Lois Fiset's Prologue article on the U.S. government's mail examination and censorship programs on the correspondence of enemy aliens during World War II.

"Safeguarding Hoover Dam during World War II"
Christine Pfaff's Prologue article on the measures taken during World War II to thwart potential sabotage of the Hoover Dam.

"'Semper Fidelis, Code Talkers'"
Adam Jevec's Prologue article on the impenetrable Navajo language code used by U.S. Marine Forces in World War II.

"Sixty Years Later, the Story of PT-109 Still Captivates"
Stephen Plotkin's Prologue article on the sinking of a Patrol Torpedo boat commanded by John F. Kennedy in the South Pacific in August 1943.

Veterans Gallery: Faces of the Men and Women Who Served during World War II
This collection of photographs of military servicemen and servicewomen was compiled by the Franklin D. Roosevelt Library from submissions by the public.

"Wearing Lipstick to War: An American Woman in World War II England and France"
James H. Madison wrote this Prologue article about Elizabeth A. Richardson, who joined the American Red Cross and died in France in 1945.

World War II Photos
This collection of photographs of military servicemen and servicewomen was compiled by the Franklin D. Roosevelt Library from submissions by the public.

World War II Remembered: Leaders, Battles & Heroes
"This multi-year exhibit commemorates the 70th anniversaries of WWII and will change often as we progress through the timeline of the war." From the Eisenhower Presidential Library, Museum, and Boyhood Home.

"The 'Z Plan' Story: Japan's 1944 Naval Battle Strategy Drifts into U.S. Hands"
Greg Bradsher's Prologue article about "how the Z Plan drifted into American hands in one of World War II's greatest intelligence victories, leading to a crushing defeat for Japan in the Southwest Pacific in 1944."

Autres ressources

After the Day of Infamy: "Man-on-the-Street" Interviews Following the Attack on Pearl Harbor
"Approximately twelve hours of opinions recorded in the days and months following the bombing of Pearl Harbor from more than two hundred individuals in cities and towns across the United States."

Combat Chronicles of U.S. Army Divisions in World War II
"The following combat chronicles, current as of October 1948, are reproduced from The Army Almanac: A Book of Facts Concerning the Army of the United States, U.S. Government Printing Office, 1950, pp. 510-592."

FBIS Against the Axis, 1941-1945: Open-Source Intelligence From the Airwaves
Stephen Mercado's article provides extensive information on the establishment and operation of the Foreign Broadcast Monitoring Service, an agency devoted to monitoring and analyzing foreign radio broadcasts for intelligence purposes, during World War II.

A Guide to World War II Materials
"Links to World War II related resources throughout the Library of Congress Web site."

Hawaii War Records Depository Photos
"The HWRD includes 880 photographs taken by the U.S. Army Signal Corps and the U.S. Navy during World War II. These photographs, taken between 1941 and 1946, document the impact of World War II in Hawaii."

Historic Government Publications from World War II
This digital collection from Southern Methodist University Central University Libraries' Government Information Department "contains 343 Informational pamphlets, government reports, instructions, regulations, declarations, speeches, and propaganda materials distributed by the U.S. Government Printing Office (GPO) during the Second World War."

Hyperwar: U.S. Navy in World War II
Provides lists of ships, Naval Intelligence Combat Narratives, U.S. Naval Operations, Naval Stations and Facilities, U.S. Coast Guard members, and U.S. Navy Histories from World War II.

July, 1942: United We Stand
This is a companion web site for a Smithsonian Institution temporary exhibit that ran through October 2002. The exhibit highlights nearly 300 magazine covers featuring American flags, the slogan "United We Stand", and appeals to buy war bonds.

Medal of Honor Recipients: World War II
U.S. Army Center Center of Military History site that provides the names of Medal of Honor recipients and the actions that are commemorated.

Naval Aviation Chronology in World War II
Information compiled by the Naval History & Heritage Command.

Nuremberg Trials Project: A Digital Document Collection
Maintained by the Harvard Law School Library, this site provides access to trial documents and transcripts from the Medical Case held in 1946-1947 against 23 defendants accused of crimes against humanity in the form of harmful or fatal medical experiments and procedures. The site also provides a list of additional resources related to the Nuremberg Trials.

The OSS and Italian Partisans in World War II
Peter Tompkins, CIA, is the author of this article on the intelligence and operational support for the Anti-Nazi Resistance.

The Perilous Fight: America's World War II in Color
This PBS site is a companion to its program of the same name. It includes color photographs and videos that were shot to document the war.

Ration Coupons on the Home Front, 1942-1945
"Shows how the U.S. government controlled and conserved vehicles, typewriters, sugar, shoes, fuel, and food."

Stalag Luft I Online
The family of Dick Williams Jr., a prisoner of war during World War II, began this site as a tribute to his service. It now includes stories, photos, and letters that document the experiences of the POWs held at Stalag Luft I.

Student Voices from World War II and the McCarthy Era
A compilation of narratives from Brooklyn College students during World War II and the McCarthy era. Includes the oral histories of both participants in the school's Farm Labor Project and employees of the student newspaper.

Untold Stories of D-Day
This National Geographic site is an online gallery of stories and photographs telling the D-Day story.

The U. S. Coast Guard in World War II
The U. S. Coast Guard maintains this site, which includes Official Histories, Oral Histories of Coast Guard Veterans, and more.

U.S.-Russia Joint Commission Documents Database
The documents found in the U.S.-Russia Joint Commission Database consist mainly of translations of Russian-language documents retrieved from various archives in the Russian Federation pertaining to American personnel missing from World War II to the present.

Victory at Sea
De The Atlantic Monthly, this article describes the sea battles of World War II.

Lettres de guerre
This PBS website provides context to their film Lettres de guerre, based on Andrew Carroll's book of personal correspondence from the Revolutionary War through the Gulf War. Features letters, biographies, timelines, cartoons, and local resources.

La Seconde Guerre mondiale
Fordham University provides links to documents relating to World War II, including sections on the Lead Up to War, War In Europe, War In Asia, and After the War.

World War II: Documents
The Avalon Project's collection of World War II documents are available on this site, including British War Blue Book, Japanese Surrender Documents, Tripartite Pact and Associated Documents, and much more.

World War II Gallery
This site from the National Museum of the U.S. Air Force includes descriptions and images of World War II era aircraft, engines, weapons, and more.

World War II History
From the Internet Public Library, this site includes print and Internet resources for high school and college students beginning research on World War II.

World War II Military Situation Maps
This Library of Congress collection "contains maps showing troop positions beginning on June 6, 1944 to July 26, 1945. Starting with the D-Day Invasion, the maps give daily details on the military campaigns in Western Europe, showing the progress of the Allied Forces as they push towards Germany."

World War II Poster Collection
The Government Publications Department at Northwestern University Library has a comprehensive collection of over 300 posters issued by U.S. Federal agencies from the start of the war through 1945.

World War II: The Photos We Remember
A collection of photographs published in Life Magazine during World War II.

World War II Time Line
Provides a timeline of the major events of World War II.

This page was last reviewed on October 28, 2019.
Contact us with questions or comments.


Voir la vidéo: Reportage: lincroyable histoire des kamikazes de lEmpire du Japon. 23 février 2018 (Décembre 2021).