Podcasts sur l'histoire

No. 271 Squadron (RAF) : Seconde Guerre mondiale

No. 271 Squadron (RAF) : Seconde Guerre mondiale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

No. 271 Squadron (RAF) pendant la Seconde Guerre mondiale

Aéronefs - Lieux - Groupe et devoir - Livres

Le No.271 Squadron a été formé en 1940 en tant qu'escadron de transport, et a servi dans ce rôle jusqu'en 1944, quand il est devenu un escadron des forces aéroportées, participant au débarquement du jour J, à la bataille d'Arnhem et à la traversée du Rhin.

L'escadron a été formé à Doncaster le 1er mai 1940 à partir du vol n°1680. Comme de nombreux escadrons de transport au début de la guerre, le nouvel escadron exploitait divers types d'avions. Le plus important était le Handley Page Harrow, qui avait été conçu comme un bombardier intérimaire qui pourrait être utilisé comme avion de transport une fois que des bombardiers plus avancés étaient développés. Le Harrow est resté en service avec l'escadron jusqu'en mai 1945, survivant à un certain nombre d'avions plus modernes qui ont été utilisés en petites quantités.

L'une des premières tâches du nouvel escadron était d'aider à évacuer le personnel britannique de France alors que les Allemands avançaient à travers le pays. Après cela, le rôle principal de l'escadron était d'aider les escadrons de la RAF à déplacer des bases en Grande-Bretagne.

En septembre 1940, l'escadron reçut deux avions postaux de Havilland Albatross, qui devaient être utilisés pour assurer un service régulier entre la Grande-Bretagne et l'Islande. L'Albatros était un avion postal quadrimoteur et un avion de ligne qui utilisait la même construction en bois que le dernier Mosquito, mais seulement sept ont été construits et deux seulement ont été achevés en tant qu'avions postaux. Leur utilisation par l'escadron n°271 sera de courte durée, car les deux ont été détruits lors d'accidents d'atterrissage à Reykjavik, l'un en 1941 et le second en 1942.

L'escadron a reçu pour la première fois un certain nombre de Dakota à l'été 1943, mais en janvier 1944, il était presque entièrement équipé du type et est devenu une unité des forces aéroportées (les Harrow sont restés jusqu'en mai 1945, servant d'ambulances aériennes, mais ont été progressivement supprimés après sept ont été détruits pendant l'opération Boddenplatte, la dernière grande offensive de la Luftwaffe à l'ouest).

L'escadron a fourni vingt-deux remorqueurs de planeur le jour J (utilisés pour transporter une partie de la 3e brigade de parachutistes), tandis que peu de temps après le débarquement, les Harrows ont commencé à rapatrier des blessés au Royaume-Uni. L'escadron était pendant le pont aérien massif vers Arnhem en septembre 1944, et de nouveau pendant la traversée soigneusement planifiée du Rhin par Montgomery en mars 1945. Flight Lieutenant D.S.A. Lord a remporté une Croix de Victoria à titre posthume pour ses actions lors des efforts pour soutenir le débarquement d'Arnhem.

Certains avions de l'escadron ont probablement été perdus lors de l'opération Bodenplatte, la grande attaque allemande contre les aérodromes alliés le 1er janvier 1945, lorsque l'escadron visitait l'aérodrome d'Evere alors qu'il était attaqué.

Après la fin de la guerre, l'escadron a été utilisé pour effectuer des vols réguliers vers l'Allemagne, l'Italie et la Grèce, jusqu'à ce que les compagnies aériennes civiles soient en mesure de combler le vide. Le 1er décembre 1946, l'escadron fut renuméroté sous le numéro 77.

Avion
Mai 1940-mai 1945 : Handley Page Harrow I et II
Mai-juin 1940 : Bristol Bombay I
Mai-septembre 1940 : Ford 5-AT-D
Juin-décembre 1940 : H.P. 42
Mai-juin 1940 : S-73
Janvier 1941-avril 1942 : de Havilland D.H.91 Albatross
Mai 1942-janvier 1944 : Dominie I
Janvier-avril 1942 : Lockheed Hudson V
Août 1943-janvier 1944 : Douglas Dakota I
Janvier 1944-décembre 1945 : Douglas Dakota III
Mai-décembre 1945 : Douglas Dakota IV

Emplacement
Mai 1940-février 1944 : Doncaster
Février 1944-août 1945 : Odiham
Février-juin 1944 : Détachement à Doncaster
Mai-juillet 1944 : Détachement à Blakehill Farm
Février-avril 1945 : Détachement à Northolt
Avril 1945 : Détachement à Croydon
Août-octobre 1945 : Odiham
Octobre-décembre 1942 : Broadwell

Codes d'escadron: BJ, YS

Devoir
1940-1944 : Escadron de transport
1944-1945 : Escadron des forces aéroportées

Partie de
6 juin 1944 : Groupe n°46 ; Force aérienne expéditionnaire alliée

Livres

Marquer cette page: Délicieux Facebook Trébucher


Traces de la Seconde Guerre mondiale RAF - Escadron n°271 10/05/1940 - 30/06/1940

271 ESCADRON - Transport, Handley Page Harrow Bristol Bombay et autres types d'avions.

Le 1er mai 1940, le vol n°1680 à Doncaster a été rebaptisé 271e Escadron pour des tâches de transport. Il a été initialement affecté à des tâches de transport pour le No.12 Group of Fighter Command, mais a été transféré au Bomber Command le 27 avril. Dans les deux cas, la tâche la plus courante entreprise par son avion consistait à déplacer des escadrons d'une base à une autre.

Son équipement principal était des Harrows complétés par quelques Bombay et d'anciens avions de ligne civils (notamment des Savoia-Marchetti SM.73P belges et un Ford Tri-motor).

Le 10 mai, le jour où les Allemands ont commencé leur offensive à travers la Belgique et la Hollande, le 271e Escadron a reçu un certain nombre de bombardiers de Bombay et les a immédiatement utilisés, ainsi que les Harrows, pour transporter des renforts de troupes vers la France. L'escadron a été fortement engagé dans le transport de troupes et de matériel vers le continent tout au long du mois de mai, et pour les aider dans cette tâche, ils ont reçu des avions supplémentaires de toutes formes et tailles, parmi lesquels des avions de ligne civils, plusieurs Savoia-Marchetti SM.73P de Belgique , un trimoteur Ford 5-AT (le seul avion de ce type dans la RAF) et trois des très grands et extraordinairement formés Imperial Airways HP.42W.

Lorsqu'il est devenu clair que la France allait tomber, le 271e Escadron a aidé à évacuer le personnel de la RAF.

A partir de la fin juin, le No.271 fut engagé dans une longue période de transport d'équipes au sol et d'équipements pour les escadrons en mouvement de base mais en janvier 1941, une tâche supplémentaire lui fut attribuée, le maintien d'un service régulier avec les Albatros entre le Royaume-Uni et l'Islande, bien que c'était peu fréquent et entravé par un équipement inadapté.

D'autres types ont également été utilisés en petit nombre, mais un rééquipement majeur a eu lieu en janvier 1944, lorsque les Dakota ont été reçus et que l'escadron est devenu une unité des forces aéroportées. Les Harrows étaient toujours retenus pour les vols d'ambulance et peu de temps après que l'escadron eut fourni vingt-deux remorqueurs planeurs le jour J, ceux-ci commencèrent à effectuer des missions d'évacuation des blessés depuis la tête de pont. Le n°271 a également fourni des avions pour le débarquement d'Arnhem en septembre 1944 et pour la traversée du Rhin en mars 1945.

Après avoir perdu sept Harrow lors des attaques aériennes allemandes sur Evêgravere le jour du Nouvel An 1945, le vol Harrow se convertit en Dakota, le dernier étant remplacé en mai. Avec la fin de la guerre, l'escadron a commencé des vols de transport vers l'Allemagne, l'Italie et la Grèce qui se sont poursuivis jusqu'à ce que les compagnies aériennes civiles puissent opérer sur les routes européennes. L'escadron est renuméroté 77 Squadron le 1er décembre 1946.

Opérations et pertes 10/05/1940 - 30/06/1940
Ce ne sont pas toutes les opérations répertoriées qui ont entraîné des pertes fatales.

05/11/1940 : Betheniville, F. 1 avion perdu, 1 KIA
23/05/1940 : Merville, vol F vers l'Angleterre. 2 avions perdus, 1 KIA

05/11/1940 : Béthéniville, F.

Un transport Bristol Bombay du 271e Escadron apportant des renforts et des pièces de rechange pour le 501e Escadron a calé à l'approche de l'aérodrome et s'est écrasé, tuant quatre personnes et en blessant 12 autres.

Taper:
Bristol Bombay
Numéro de série: L5813, BJ-?
Opération: Béthéniville
Perdu: 11/05/1940
Sergent (pilote) William H. Whitfield, RAF 740692, 271 Sqdn., 22 ans, 11/05/1940, cimetière britannique de Terlincthun, Wimille, F.
Du 501e Escadron F/O Alister C.J. Percy a été tué dans cet accident. Il était l'adjudant du 501e Escadron,
Du 105e Escadron, le Sgt Harold J. Barnwell a été tué dans cet accident. Tous deux sont également enterrés au cimetière britannique de Terlincthun.
Flying OfficerBernard J.R. Brady, RAFVR 90403, (615 Sqdn selon CWCG) a été grièvement blessé et évacué vers le Royaume-Uni où il est décédé le 14/08/1940. Il est enterré au cimetière de Southborough, au Royaume-Uni

Parmi les blessés figuraient :
Sgt H.C. Adams
F/Sgt F.T. Avent
Sgt D.B. Crabtree
Sgt J. Davis
P/O B. L. Duckenfield
AC1 A F. Holdsworth
BAC A L.W. Holt

Sources : CWGC, Peter D. Cornwell, The Battle of France, Then and Now, 2008 David Watkins, Fear Nothing, 1990 Phil Listemann, 501 (County of Gloucester) Sqn 1939-1945, 2007 103 Squadron en France, 1939-1940. Voir aussi Forum TOCH

23/05/1940 : vol Merville, F-Angleterre

Le 23 mai, certains des SM.73P de l'Escadron et des avions de ligne civils avaient atterri à Merville, en France, pour livrer des provisions, mais là-bas, l'aérodrome a été mitraillé par une formation de Bf-109, détruisant un Ensign et endommageant un SM. 73P. Lorsque le reste de ces appareils sont rentrés en Grande-Bretagne, ils ont été la cible de tirs près de Calais et un SM.73P a été perdu.

Taper: Savoia-Marchetti SM.73P (de Belgique)
Numéro de série: ?, OO-AGS
Opération: vol Merville, F-Angleterre
Perdu: 23/05/1940
Sous-lieutenant d'aviation (pilote) John R. McLaren, RAFVR 78975, 271 Sqdn., 26 ans, 23/05/1940, cimetière de guerre de St. Pol, F
ex-Sabena, plus ou moins "impressionné" par la R.A.F. et utilisé par le 271e Escadron de Doncaster. Après avoir décollé de l'aérodrome de Merville, l'OO-AGS est abattu par des Bf-109. L'ingénieur de vol belge Armand Peeters (Sabena) a sauté des avions quelques secondes seulement avant de s'écraser et de survivre. Le pilote de ligne belge Victor Moreau (SabenaA) a également été tué dans l'accident.

Taper: Armstrong Whitworth Enseigne
Numéro de série: ?, BJ-?
Opération: mitraillé sur l'aérodrome de Merville, France
Perdu: 23/05/1940

sauvegarder


Annonces

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé accéder aux histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


Le Wartime Memories Project est le site Web original de commémoration de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale.

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé accéder aux histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


No. 271 Squadron (RAF) : Seconde Guerre mondiale - Histoire

NCSM Forest Hill (Marine Photos , Cliquez pour agrandir ), corvette de classe Flower portant l'un des développements techniques les plus importants de la Seconde Guerre mondiale. Juste en avant du mât se trouve la "lanterne" abritant l'antenne du radar de longueur d'onde de 10 cm Type 271. Sans cela, les sous-marins n'auraient peut-être pas été contrôlés, la bataille de l'Atlantique perdue et la victoire de l'Axe. Le cœur du Type 271 était le magnétron à cavité, développé par Randle et Boot à l'Université de Birmingham, en Angleterre, et transporté à travers l'Atlantique jusqu'aux États-Unis en août 1940. Il alimente maintenant l'humble cuiseur à micro-ondes.

Chaque Résumé est complet à part entière. Les mêmes informations peuvent donc être trouvées dans un certain nombre de résumés connexes

(pour plus d'informations sur le navire, accédez à la page d'accueil de l'histoire navale et saisissez le nom dans la recherche sur le site)

1939

SEPTEMBRE 1939

Codes allemands - La British Code & Cipher School a déménagé à Bletchley Park, en Angleterre, le site de ses magnifiques succès brisant les codes allemands d'Enigma à travers le programme 'Ultra'. L'école s'est appuyée sur le travail des décrypteurs de code polonais et plus tard français. En avril 1940, les premiers codes de bas niveau de la Luftwaffe étaient déchiffrés. De nombreux mois ont suivi avant que des progrès comparables ne soient réalisés avec les codes navals.

NOVEMBRE 1939

Bataille de l'Atlantique - Le RAF Coastal Command a continué à patrouiller pour les sous-marins lors de leur passage dans l'Atlantique. La même priorité était désormais donnée aux attaques, mais les équipages n'étaient pas entraînés et manquaient de bombes anti-sous-marines efficaces.

Mines magnétiques - Des hydravions allemands ont posé les premières mines magnétiques au large de la côte est et en ont largué une sur les vasières à Shoeburyness dans l'estuaire de la Tamise. Il a été désamorcé le 23 novembre et récupéré par le Lt-Cdr Ouvry (récompensé de la Croix de George), une étape vitale dans la bataille contre une arme qui causait de lourdes pertes et de longs retards d'expédition. Rien qu'en novembre, 27 navires de 121 000 tonnes ont été coulés et pendant un certain temps l'estuaire de la Tamise a été pratiquement fermé à la navigation.

1940

MARS 1940

Guerre de la marine marchande - Depuis septembre 1939, 430 000 tonnes de navires ont été envoyées par le fond par les mines autour des côtes britanniques - un taux de perte seulement inférieur aux sous-marins. Maintenant, la Royal Navy a lentement contré les mines magnétiques avec l'introduction d'équipements de démagnétisation et de dragage de mines « LL ». Bien que les mines, de contact, magnétiques et plus tard acoustiques soient restées une menace tout au long de la guerre, elles n'ont plus jamais représenté le danger des premiers mois. Plus tard dans l'année, des E-boats allemands à moteur diesel rapides, lourdement armés et efficaces ont commencé des attaques dans les eaux côtières. (Enemy ou E-boat était le terme anglais désignant les vedettes lance-torpilles allemandes ou les bateaux S - "Schnell" - à ne pas confondre avec les torpilleurs lourdement armés ou les petits destroyers avec leur désignation "T".)

AVRIL 1940

Codes allemands - Le programme Bletchley Park Ultra décodait maintenant certains codes Enigma de bas niveau de la Luftwaffe, en partie à cause des mauvaises procédures de sécurité allemandes. Il y avait peu de preuves que les informations durement gagnées ont influencé la guerre au cours des deux prochains mois violents.

Guerre aérienne - Les premières mines ont été posées par le RAF Bomber Command au large des côtes allemandes et danoises. La Royal Navy a également poursuivi et développé ses opérations de mouillage de mines.

JUIN 1940

Codes allemands - 'Ultra' brisait maintenant les codes de la Luftwaffe Enigma avec une certaine régularité, et au début du mois a eu sa première percée majeure lorsque des preuves à l'appui de l'aide à la navigation Knickebein pour les bombardiers ont été obtenues. Les codes de l'armée étaient plus sûrs en raison de l'utilisation accrue des lignes terrestres pour les communications, et les codes navals n'ont été pénétrés qu'à la mi-1941.

AOT 1940

Développements scientifiques britanniques - Une mission scientifique britannique a apporté aux États-Unis des détails sur de nombreux développements importants. Parmi ceux-ci se trouvait le magnétron à cavité récemment inventé, vital pour le radar à courte longueur d'onde et la défaite éventuelle des sous-marins conventionnels. Aussi pour le fusible de proximité qui est devenu si important dans les batailles de 1945 avec les avions japonais Kamikaze. Une vue d'une autre "lanterne" radar de type 271, cette fois sur le croiseur lourd HMS Norfolk (Photos marine) entre la cheminée arrière et le grand mât.

Bataille de l'Atlantique - Les bombardiers à longue portée Focke Wulf Kondor ont commencé des patrouilles au large des côtes irlandaises à partir d'une base près de Bordeaux. En plus de repérer les sous-marins, ils ont attaqué et coulé de nombreux navires et ont continué à être une menace majeure jusqu'à ce que l'introduction d'avions embarqués à la fin de 1941 commence à les contrer.

Codes de la Marine royale - Ceux-ci ont été modifiés et pour la première fois, les signaux opérationnels de la RN étaient à l'abri de l'interception et du décodage allemands. Il a fallu encore trois ans avant que les codes des convois ne soient protégés des Allemands.

SEPTEMBRE 1940

États Unis - Après des mois de négociations, un accord "Ships-for-Bases" a été annoncé le 5 pour le transfert de 50 destroyers américains anciens mais précieux à la Royal Navy en échange de bases britanniques à Terre-Neuve, aux Bermudes, aux Antilles et en Guyane britannique. . Le premier des "flushdeckers" est arrivé en Grande-Bretagne vers la fin du mois.

Bataille de l'Atlantique - Le B-Service de décodage allemand a joué un rôle déterminant dans l'orientation des U-boot vers les convois, où ils détenaient l'avantage lorsqu'ils manœuvraient en surface entre les navires marchands et les escortes. Le radar était nécessaire de toute urgence pour que les escortes puissent détecter les sous-marins, les forcer à plonger et perdre leur avantage de vitesse, avant de chasser les sous-marins submergés avec ASDIC.

NOVEMBRE 1940

Bataille de l'Atlantique - Des mesures importantes ont été prises dans la guerre aérienne lorsqu'un RAF Sunderland équipé d'un radar de navire anti-surface (ASV) de longueur d'onde de 1,5 m a localisé un sous-marin. C'était le premier succès du genre avec un système qui était principalement efficace de jour, le contact était perdu à moins de deux milles de la cible. C'est l'ajout de la lumière Leigh qui en a également fait une puissante arme de nuit. Désormais, le Coastal Command utilisait des grenades sous-marines au lieu de bombes A/S inefficaces.

1941

JANVIER 1941

Guerre de la marine marchande - Les pertes dues aux attaques aériennes et aux mines restent un problème majeur. Les avions et les bateaux électriques avaient maintenant ajouté des mines acoustiques aux mines de contact magnétiques et amarrées dans leur arsenal, mais ils n'ont jamais été à la hauteur de la menace que représentaient les mines magnétiques un an plus tôt.

MARS 1941

Bataille de l'Atlantique - Le 6 mars 1941, face à la menace mortelle de l'offensive allemande des sous-marins et des avions dans l'Atlantique, Winston Churchill publie sa fameuse directive Bataille de l'Atlantique. Des navires marchands armés de catapultes (CAM) devaient être équipés, des navires marchands équipés d'armes AA en priorité, et davantage d'escadrons du Coastal Command devaient être formés et équipés de radars. La congestion des ports et des chantiers navals devait être traitée et la défense des ports grandement améliorée.

Guerre de la marine marchande - Les canonnières à moteur de la Royal Navy (MGB) entraient en service pour lutter contre les attaques de bateaux électriques contre les convois de la côte est. Des vedettes lance-torpilles (MTB) améliorées étaient également en cours de construction pour attaquer la navigation côtière allemande. Cela a marqué la première étape dans la constitution des forces côtières.

Bataille du cap Matapan - Alors que les navires de la flotte méditerranéenne couvraient les mouvements de troupes vers la Grèce, des renseignements "Ultra" ont été reçus rapportant la navigation d'une flotte de combat italienne avec un cuirassé, six croiseurs lourds et deux légers ainsi que des destroyers pour attaquer les routes du convoi. Dans la bataille qui a suivi, le cuirassé italien "Vittorio Veneto" a été endommagé et les croiseurs lourds "FIUME", "ZARA", "POLA" et les destroyers "ALFIERI" et "CARDUCCI" ont coulé pour la perte d'un avion de la Royal Navy.

AVRIL 1941

Bataille de l'Atlantique - Au cours des prochains mois, un certain nombre de types de navires et d'armes tant attendus ont commencé à être introduits. Ceux-ci ont contribué de manière significative à la défaite éventuelle de l'U-boot : (1) Les premiers navires de combat auxiliaires catapultes battant le enseigne blanche et équipés d'un seul « à sens unique » Hurricane étaient prêts en avril 1941. En mai, un ouragan a été lancé avec succès à partir d'un Enseigne rouge Marchand armé de catapulte (CAM). Les navires CAM ont finalement été remplacés en 1943 par des porte-avions marchands (MAC) - des navires marchands avec des ponts d'envol complets, mais naviguant sous le Red Ensign et transportant également du pétrole ou du grain. (2) La dernière étape de l'introduction d'avions embarqués dans la bataille de l'Atlantique a eu lieu en juin lorsque le premier porte-avions d'escorte était prêt à entrer en service. Le HMS Audacity, converti à partir d'une prise allemande, a eu une courte durée de vie, mais a prouvé la grande valeur de ces navires. (3) De nouveaux développements scientifiques ont également commencé à jouer leur rôle. En mai, le premier radar haute définition de 10 cm (Type 271) a été installé dans une corvette. Plus tard encore, la radiogoniométrie à haute fréquence (HF/DF ou 'Huff-Duff') a été introduite pour compléter le travail des stations côtières.

MAI 1941

Capture du "U.110" et de l'Enigma allemand - Au sud de l'Islande, le "U.110" attaque le convoi OB318 en sortie de Liverpool. Soufflé à la surface par des grenades sous-marines de la corvette "Aubretia" le 9, l'équipage du "U-110" a abandonné le navire, mais il n'a pas réussi à couler. Une équipe d'arraisonnement du destroyer "Bulldog", dirigée par le sous-lieutenant Balme, a réussi à monter à bord. En quelques heures, ils ont transféré en toute sécurité l'ensemble Enigma du "U-110" - machine de codage, livres de codes, paramètres de rotor et graphiques. Le destroyer "Broadway" se tenait prêt pendant cette opération dangereuse. Deux jours plus tard, le "U-110" a coulé en remorque vers l'Islande, la connaissance de sa capture ayant été cachée à l'équipage. Le matériel inestimable d'Enigma représentait l'un des plus grands coups d'État du renseignement et une victoire navale majeure à part entière.

La capture du "U-110" était de loin la plus réussie des tentatives de capture des codes Enigma. Lors du raid de mars 1941 sur les îles Lofoten norvégiennes, des rotors de codage de rechange ont été trouvés. Puis deux jours avant le triomphe du "U-110", une force de croiseurs avait tenté de capturer le chalutier météorologique "Munchen" au large de l'Islande. A la fin du mois de juin prochain, une opération similaire fut montée contre le "Lauenberg". Dans les deux cas, des papiers utiles ont été pris, mais la véritable percée n'est survenue qu'avec le "U-110". Le matériel capturé comprenait tous les réglages du rotor jusqu'à la fin juin 1941. Un certain nombre de codes ont été utilisés avec Enigma. Le sous-marin était 'Hydra', également utilisé par tous les navires dans les eaux européennes. A partir de fin juin, Bletchley Park a pu déchiffrer 'Hydra' jusqu'à la fin de la guerre. Malheureusement, les sous-marins ont déplacé cette version vers le nouveau 'Triton' en février 1942. Les codes du grand navire 'Neptun' et méditerranéen 'Sud' et 'Medusa' ont également été bientôt rompus.

Bataille de l'Atlantique - Suite à la capture du matériel Enigma “U-100”, la Royal Navy traque les navires de ravitaillement déjà en position pour soutenir le "Bismarck" ainsi que d'autres raiders et U-boot.

Bataille de l'Atlantique - La couverture aérienne de l'Irlande, de l'Islande et de Terre-Neuve s'améliorait, mais le RAF Coastal Command manquait d'avions à long rayon d'action pour couvrir la brèche médio-atlantique. C'était dans cette zone, longue de quelque 800 milles, que les sous-marins se concentraient maintenant. Entre janvier et juin 1941, les pertes de la marine marchande de l'Atlantique Nord s'élevaient en moyenne à 300 000 tonnes par mois. De juillet à décembre 1941, ils ont considérablement baissé à un niveau moyen de 104 000 tonnes. Les raisons étaient variées - acheminement évasif des convois et déploiement d'avions plus efficace grâce au travail "Ultra’", introduction de radars et de radiogoniométrie à haute fréquence (HF/DF), disponibilité de plus d'escortes et escorte continue. La recherche opérationnelle ou « OR » (Recherche opérationnelle aux États-Unis) utilisant les techniques mathématiques les plus simples a apporté de grandes contributions à l'analyse de tailles de convois plus efficaces, de numéros d'escorte, de techniques de recherche de sous-marins, de modèles et de paramètres de grenades sous-marines, etc.

SEPTEMBRE 1941

Bataille de l'Atlantique - Esc ort transporteur Audacity (à droite - CyberHeritage. Pas d'agrandissement) navigué avec le convoi UK/Gibraltar OG74. Ses chasseurs Martlet de construction américaine ont abattu le premier Kondor à être victime d'un porte-avions d'escorte, mais les sous-marins ont tout de même réussi à couler cinq navires marchands. Avec d'importants nouveaux programmes de construction de sous-marins, l'augmentation du nombre de sous-marins à la disposition de l'Adm Doenitz (environ 200 dont 30 opérationnels) lui a permis d'établir des lignes de patrouille dans l'Atlantique.

Bataille de l'Atlantique - Des avions de la RAF du Coastal Command effectuaient désormais des patrouilles régulières dans le golfe de Gascogne équipés de grenades sous-marines efficaces et du radar ASV à grande longueur d'onde. Le premier succès fut le 30 par un Whitley du No 502 Squadron. "U-206" sur le passage vers la Méditerranée a été détecté et coulé

Guerre sous-marine - Trois torpilles humaines italiennes lancées depuis le sous-marin “Scire” (Cdr Borghese) ont pénétré dans le port d'Alexandrie. Leurs charges endommagent gravement les cuirassés Queen Elizabeth avec à leur bord l'Adm Cunningham et le Valiant. Ils se sont tous deux installés au fond et l'escadron de combat de la flotte méditerranéenne a cessé d'exister. Alors que la marine impériale japonaise est entrée en guerre, ils ont présenté aux Alliés une arme secrète et puissante dans la torpille à longue lance de 24 pouces, avec son ogive et sa portée beaucoup plus lourdes que celles de toute autre marine.

JANVIER 1942

Bataille de l'Atlantique - Sur le front des armes, le Hérisson qui tire vers l'avant (à droite, sur la frégate HMS Parret - Paul & Maurice Whiteing. Pas d'agrandissement) avec ses 24 bombes de mortier A/S a commencé à entrer en service RN. Son premier succès ne vint qu'à la fin du 1942.

Bataille de l'Atlantique - La Royal Navy a subi un revers majeur lorsque les sous-marins de l'Atlantique sont passés du code Enigma 'Hydra' à 'Triton'. Cela n'a été rompu qu'en décembre 1942 - un retard de dix mois. Mais tout n'était pas perdu car 'Hydra' était encore utilisé dans les eaux européennes. Ceci, combiné à l'analyse du trafic des signaux et à la vaste expérience accumulée à ce jour, signifiait que des images remarquablement précises pouvaient être tirées des opérations et des intentions des sous-marins.

Raid de Bruneval - Des commandos ont effectué un raid sur Bruneval dans le nord de la France pour capturer des équipements radar allemands. Ils ont été enlevés par les forces côtières de la Royal Navy.

Bataille de l'Atlantique - "U-252" a attaqué le convoi UK/Gibraltar OG82 au sud-ouest de l'Irlande et a été coulé par le sloop "Stork" et la corvette "Vetch" du 36th EG (Cdr Walker) le 4th. Ce fut l'une des premières attaques réussies utilisant un radar 10 cm Type 271. Désormais, les nouveaux radars et HF/DF jouent un rôle croissant dans le naufrage des U-boot.

Bataille de l'Atlantique - L'effectif des U-boot approchait les 300 avec plus de 100 opérationnels. Un système de convoi assez complet était introduit au large de la côte est des États-Unis à partir du nord de la Floride, mais les sous-marins se concentraient maintenant dans les Caraïbes et le golfe du Mexique. Ils pouvaient désormais passer plus de temps à la station assistés par des bateaux de ravitaillement « Milchcow ». Le résultat fut que les pertes alliées se poursuivirent à un rythme élevé, en particulier parmi les pétroliers.

Bataille de l'Atlantique - Au cours des six premiers mois de 1942, les sous-marins du monde entier ont coulé 585 navires de plus de 3 000 000 de tonnes, principalement dans l'Atlantique. Dans le même temps, les 108 nouveaux U-boot mis en service dépassaient de loin les 13 coulés dans l'Atlantique durant cette période.

Bataille de Midway - Le 3, Dutch Harbor, près de l'Alaska, est attaqué par deux porte-avions légers japonais. Mais la bataille principale était loin au sud de Midway entre les avions porteurs des deux côtés. Le 4/5 dans la bataille rapprochée, les quatre porte-avions japonais - "AKAGI", "HIRYU", "KAGA" et "SORYU" sont tombés. "YORKTOWN" a été gravement endommagé et achevé par un sous-marin japonais le 7. Les forces japonaises se sont retirées, Midway a été épargnée et les Alliés ont remporté leur première grande victoire stratégique de la Seconde Guerre mondiale. Les dispositions réussies de la marine américaine ont été aidées par la rupture des codes navals japonais.

Bataille de l'Atlantique - Depuis quelque temps maintenant, les avions du RAF Coastal Command utilisaient le projecteur de lumière Leigh en conjonction avec le radar ASV pour éclairer et attaquer les sous-marins la nuit à la surface. Les Allemands ont maintenant introduit le détecteur Metox qui a permis aux sous-marins de capter les transmissions de longueur d'onde de 1,5 m des ensembles ASV existants à temps pour qu'ils soient submergés. Ils ont ainsi pris une longueur d'avance sur les Alliés dans la guerre scientifique. Les importantes patrouilles de la RAF dans le golfe de Gascogne perdirent en conséquence leur efficacité.

Bataille de l'Atlantique - Les pertes ont continué à être élevées dans l'Atlantique Nord, beaucoup dans les vides aériens sur les routes transatlantiques que les avions ne pouvaient pas atteindre depuis Terre-Neuve, l'Islande ou l'Irlande du Nord. Outre les porte-avions d'escorte, le RAF Coastal Command avait besoin de plus d'avions à très longue portée (VLR). Seul l'escadron No 120 était équipé de VLR B-24 Liberators. En octobre, il y avait près de 200 sous-marins opérationnels sur un total de 365. Les pertes allemandes augmentaient à mesure que l'efficacité des escortes et patrouilles aériennes et maritimes alliées s'améliorait, mais loin d'être suffisantes pour compenser la construction de nouveaux sous-marins.

Bataille de l'Atlantique - Grâce à des programmes de construction massifs de part et d'autre de l'Atlantique, les Alliés pourraient déployer 450 navires d'escorte de tous types contre les U-boot, un nombre important mais toujours insuffisant pour juguler la menace et passer à l'offensive. En décembre, la Royal Navy et ses alliés ont retrouvé un vieil avantage lorsqu'après une interruption de 10 mois, le programme "Ultra" a brisé le code du sous-marin "Triton" utilisé pour les opérations dans l'Atlantique.

Guerre aérienne - Le Bomber Command de la RAF la nuit et de plus en plus l'USAAF le jour ont monté une attaque croissante contre l'Allemagne et l'Europe occupée. Comme convenu à la Conférence de Casablanca, les bases de sous-marins et leurs centres de production seraient des cibles majeures en 1943. Pourtant, au cours des six premiers mois, aucun sous-marin n'a été détruit lors de raids aériens et les programmes de construction n'ont guère été affectés. Tout au long de la guerre, pas un seul sous-marin n'a été perdu dans les abris en béton armé incroyablement solides construits par les Allemands sur leurs bases principales.

Bataille de l'Atlantique - Tout au long de la guerre, une grande partie des pertes dues aux sous-marins étaient parmi les navires marchands et les traînards en déroute indépendamment des convois, mais en mars 1943, les Allemands ont failli écraser les convois bien escortés. Encore une fois, le B-Service allemand était chargé de fournir aux packs de Doenitz les détails et l'itinéraire précis du convoi. Ces pertes ont eu lieu à un autre tournant de la guerre secrète autour des codes Enigma. Au début du mois, les sous-marins sont passés du code à trois rotors au code «Triton» à quatre rotors beaucoup plus complexe. Pourtant, à la fin du mois, cela avait été brisé par les hommes et les femmes de Bletchley Park et leurs ordinateurs électromécaniques. L'énorme avantage des Alliés est rétabli. Cela arriva en même temps qu'un certain nombre d'autres développements qui, ensemble, provoquèrent un renversement complet de la guerre contre les sous-marins. Les cinq premiers groupes de soutien de la Royal Navy dotés de radars modernes, d'armes anti-sous-marines et de HF/DF ont été libérés pour une opération dans l'Atlantique Nord. Deux ont été construits autour des destroyers de la Home Fleet, deux autour des escortes des approches occidentales et un avec le porte-avions d'escorte Biter. (à droite - Photos de la marine). La lame d'air médio-atlantique était sur le point d'être enfin fermée. Une autre percée majeure fut à nouveau dans la guerre aérienne. Les avions étaient équipés d'un radar à longueur d'onde de 10 cm qui était indétectable par les récepteurs Metox des sous-marins. Le nouveau radar et la lumière Leigh ont constitué une arme puissante contre les sous-marins en surface, d'autant plus qu'ils tentaient de percer les patrouilles aériennes du golfe de Gascogne. De plus en plus d'avions VLR rejoignaient également le Coastal Command pour étendre davantage l'emprise des Alliés sur les routes des convois sur toute leur longueur.

Guerre anti-navire - Les attaques d'avions allemands sur le port de Tripoli ont coulé deux navires de ravitaillement et endommagé le destroyer d'escorte "DERWENT" si gravement qu'il n'a pas été entièrement réparé. Ce fut le premier succès allemand utilisant des torpilles tournantes.

"L'homme qui n'a jamais été"- Le sous-marin "Seraph" a relâché le corps d'un supposé officier de la Royal Marine dans la mer au large de l'Espagne. Sa fausse identité et ses faux papiers ont aidé à persuader les Allemands que les prochains coups alliés tomberaient sur la Sardaigne et la Grèce ainsi que sur la Sicile.

Marine japonaise - Adm Yamamoto, Commander of the Japanese Combined Fleet was killed when his aircraft was ambushed and shot down over Bougainville in the northern Solomons. His travel plans were known in advance through decoded intercepts. Since 1940 the American code-breakers had been able to read the Japanese 'Purple' diplomatic and command ciphers.

The Dambusters' Raid - On the night of the 16th/17th, Wg Cdr Guy Gibson led No 617 Squadron in the famous raid on the Ruhr dams. Two dams were breached by Barnes Wallis' bouncing bombs, but the damage to German industry was not great.

Royal Navy in the Pacific - After re-equipping with American aircraft and working-up out of Pearl Harbor, fleet carrier Victorious joined the Third Fleet under Adm Halsey seven months after a first USN request was made.

Bay of Biscay Patrols - Aircraft of Coastal Command continued covering U-boat exit routes from western France and were joined by surface escort groups covered by cruisers. At the same time U-boats were fitted with heavy AA armament to enable them to fight their way out on the surface in groups. U-boat sinkings went down as Allied aircraft losses mounted, but four U-boats were destroyed including "U-418" to a rocket-firing RAF Beaufighter.

Bataille de l'Atlantique - Th e Royal Navy had finally changed the British convoy codes and made them secure against the work of the German B-Service. In contrast, the British 'Ultra' work was fully integrated into the Admiralty U-boat Tracking Room, and an almost complete picture of German Navy and U-boat operations was available. As Allied air and sea forces grew in strength and effectiveness, especially through the use of 10cm radar and 'Ultra', Adm Doenitz sought other ways to regain the initiative. This he was never able to do, although right through until the last day of the war, the Allies could not relax their efforts, and continually introduced new detection systems, weapons and tactics.

Against numerous, well-trained and effectively used escorts, the day of the conventional submarine was drawing to a close. The Germans placed much faith in the Walther hydrogen peroxide boat now under development, which with its long underwater endurance and high speed, could prove a formidable foe. It did not get beyond the experimental stage by war's end. An interim step on the road towards the 'true' submarine started at the end of 1943 with the design and building of Type XXI ocean and XXIII coastal boats. Using the streamlined hull of the Walther and high capacity batteries, their underwater speed would make them faster than most escorts. Fortunately for the Allies they did not enter service in numbers until too late in 1945. For now the Germans had to rely on the U-boats currently in service and building. Total numbers stayed at around the 400 mark for the remainder of the war, in spite of a 40 boat per month construction programme, and various steps were taken to improve their offensive and defensive capability. Apart from extra AA armament, the Gnat acoustic torpedo was introduced specifically to combat the convoy escorts. Its first test came in September 1943. Before then in July, the schnorkel, a Dutch development that allowed batteries to be recharged at periscope depth, started trials. It did not enter general service until mid-1944, but then went quite some way to nullifying the radar of the air escorts and patrols. Even now the German Navy was unaware the Allies were using short wavelength radar, but when they did, early in 1944, an effective German detector was sh ortly introduced.

Invasion de la Sicile - Many of the troops coming from North Africa and Malta made the voyage in landing ships and craft . As they approached Sicily in stormy weather, Allied airborne landings took place. Sadly, many of the British gliders crashed into the sea, partly because of the weather. However, on the 10th the troops went ashore under an umbrella of aircraft. The new amphibious DUKWS (or "Ducks") developed by the Americans played an important part in getting the men and supplies across the beaches

Air War - Bay of Biscay air patrols sank five U-boats in August and continued to co-operate with surface ships. On the 27th, German Do217 aircraft launched some of the first Hs293 rocket-boosted, glider bombs against ships of the 1st Escort Group. To the south of Cape Finisterre, sloop "EGRET" was hit and blew up, and Canadian destroyer "Athabaskan" damaged.

Aerospace War - On the night of the 17th the RAF inflicted damage on the German rocket research establishment at Peenemunde on the Baltic coast.

Bataille de l'Atlantique - German U-boat wolf-packs returned to the North Atlantic armed with Gnat acoustic torpedoes to home on and disable the escorts so they could reach the merchantmen. In attacks on UK-out convoys ONS18 and ON202 the es corts suffered badly in the Gnat attacks. In the actions that follow, destroyer "Escapade" was badly damaged by a premature explosion of her Hedgehog anti-submarine mortar, but "U-338" was sunk by a VLR aircraft of RAF No 120 Squadron using the Allies' 'Fido' acoustic torpedo. Fortunately the Allies had anticipated the introduction of acoustic torpedoes and soon put into service 'Foxer' noisemakers, towed astern to attract the Gnat away from the vessel. The U-boats did not repeat their successes.

Underwater Warfare - Battl eship "Tirpitz" (right, in a Norwegian fiord in 1943 - Maritime Quest) posed such a threat to Russian convoys and held down so much of Home Fleet's strength that almost any measures to immobilise her were justified. One attempt was made in October 1942 when a small Norwegian fishing vessel "Arthur", penetrated to within a few miles of the battleship in Trondheimfiord with Chariot human torpedoes slung underneath. Just short of the target they broke away and all the efforts were in vain. Now it was the turn of midget submarines - the X-craft each with two 2-ton saddle charges. "Tirpitz" was damaged and out of action for six months

Italian Surrender - As units of the Italian fleet sailed for Malta, battleship "ROMA" was sunk by a FX1400 radio-controlled bomb (unpropelled, unlike the Hs293 rocket-boosted, glider-bomb).

Birmanie - Under Adm Mountbatten, Supreme Allied Commander South East Asia, Gen Slim's 14th Army prepared for a major offensive into northern Burma from the area of Kohima and lmphal in India. Throughout the rest of the war, Adm Mountbatten's plans to prosecute the campaign even more vigorously in South East Asia were continually frustrated by his lack of amphibious capability.

Bataille de l'Atlantique - Over the n ext five months U-boat losses were so heavy that by May 1944, North Atlantic operations had virtually ceased. At the same time the Allies were not so successful against them as they passed through the Bay of Biscay from French bases and the Northern Transit Area from Norway. Now equipped with 10cm radar detectors the U-boats only lost five of their number in the Bay.

Air War - RAF and USAAF operations against Germany and occupied Europe increased in intensity. Much of the RAF's efforts were still directed at Berlin by night, but both air forces were now attacking the V-1 buzz-bomb launch sites in northern France. The recently introduced long-range P-57 Mustang fighter allowed the Americans to continue daylight bombing, but losses remained heavy.

Anti-Submarine Warfare - In the Strait of Gibraltar, USN Catalina's equipped with the new magnetic anomaly detector (MAD) located "U-761" trying to break in to the Mediterranean. Destroyers "Anthony" and "Wishart" of the Gibraltar patrol sank her.

Bataille de l'Atlantique -'Tsetse' Mosquitos of RAF Coastal Command armed with new 6-pounder guns had their first success. On Bay of Biscay patrol one of them sank "U-976".

Bataille de l'Atlantique - Th e US escort carrier "Block Island" group was again on patrol in the Atlantic off the Canaries and being directed to U-boats by the work of 'Ultra' and the Admiralty Tracking Room. On the 6th her aircraft and accompanying destroyer escorts sank "U-66".

Aerospace War - A V-2 rocket crashed near Warsaw and resistance groups managed to arrange for the parts to be successfully airlifted to Britain.

Normandy Invasion - The Naval Task Force included 4,126 major and minor landing ships and craft for initial assault and ferry purposes, all designed and constructed over the previous three years. Other special projects included: British 'Mulberry' harbour project of two artificial harbours and five 'Gooseberry' breakwaters with 400 'Mulberry' units totalling 1.5 million tons and including up to 6,000-ton 'Phoenix' concrete breakwaters 160 tugs for towing 59 old merchantmen and warships to be sunk as blockships for the 'Gooseberries'. Also specially equipp ed British vessels for laying PLUTO - Pipeline Under The Ocean - across the Channel from the Isle of Wight to carry petroleum fuel.

Partly because of elaborate deception plans, partly because of poor weather, both strategic and tactical surprise was achieved. In spite of the vast number of warships off the Normandy beaches and escorting the follow-up convoys, losses were comparatively few, although mines, especially of the pressure-operated variety were troublesome.

Aerospace War - On the 13th the first V-1 flying bomb landed on London at the start of a three-month campaign against southeast England. Amongst the weapons shortly used against them was Britain's first jet fighter, the Gloster Meteor. By then Germany's Me262 jet fighter-bomber had been in action against Allied bombers.

Merchant Shipping War - Until the closing days of the war, the schnorkel U-boats operating in UK waters were especially worrying. When submerged as invariably they were, detection from the air was difficult even with 10cm wavelength radar, and location usually had to wait until after they had attacked.

Bataille de la mer des Philippines - The Jap anese had prepared for the Marianas landings, and from the direction of the Philippines despatched a strong naval force that included the two 18.1in-gunned battleships "Musashi" and "Yamato".

Normandy Invasion Beaches - Attacks on the beachhead shipping by E-boats and small battle units such as the newly introduced "Neger" and "Marder" human torpedoes had limited successes, but mines still caused the most damage.

Anti-Submarine Warfare - "U-333" was destroyed to the west of the Scilly Islands by sloop "Starling" and frigate "Loch Killin" of the 2nd EG using the new Squid. This marked the first success with the ahead-throwing A/S weapon that f ired three large mortar bombs.

German Coastal Forces Attacks - Coastal forces and small battle units continued to attack shipping off the invasion beaches, sinking and damaging a number of vessels in return for heavy casualties. On the 3rd, 'Hunt' class escort destroyer "QUORN" on patrol off the British sector was sunk, probably by a Linsen explosive motor boat. On the 9th, old cruiser Frobisher , acting as a depot ship for the British 'Mulberry', was badly damaged by a Dackel long range torpedo fired by E-boats.

Bombe atomique - Far across North America in the southwest, the massive atomic bomb programme approached its climax at Los Alamos, New Mexico. Although intelligence reports suggested Germany had made little progress with nuclear research, the by-now mainly American work continued and a B-29 Flying Superfortress bomber unit was formed to train for the dropping of this awesome and untried weapon.

Aerospace War - It was only when Canadian First Army overran the V-1 buzz-bomb sites that London and the southeast of England saw the last one land. By then nearly 10,000 launchings of the sub-sonic pilotless "cruise missile" had inflicted 25,000 dead and wounded civilian casualties. Then on the 8th the first supersonic V-2 rocket hit London in a deadly campaign that lasted for over six months, and against which there was no defence.

Destruction of the "Tirpitz" - The damaged "TIRPITZ" was f inally destroyed as she lay at anchor off Tromso, Norway. Lancasters of Nos 9 and 617 (Dambuster) Squadrons, RAF Bomber Command using 12,000lb "block-buster" bombs put paid to the ship that had tied down the Home Fleet for so long. After several hits and near misses by these over 5 ton bombs, she turned turtle trapping nearly 1,000 men inside.

Merchant Shipping War - E-boats and small battle units operating out of Holland were now joined by Seehunde midget submarines. The new craft enjoyed some success, but mines remained the biggest problem for the Allies at sea.

Anti-Shipping Warfare - Attacks by German explosive motorboats were made on shipping in Split harbour, Yugoslavia, hitting a flak landing craft and damaging cruiser Delhi laying alongside.

Aerospace War - As the V-weapon attack on Antwerp continued, the last V-2 landed on London on the 27th, by which time 1,000 rockets had killed and wounded nearly 10,000 people in southeast England.

British Pacific Fleet - The British Pacific Fleet was now ready to join Adm Spruance's Fifth Fleet. It's main weapon was of course not the battleships, but the Seafires and American-made Avengers, Hellcats (right, taking off from HMS Indomitable - Paul & Maurice Whiteing) and Corsairs of the carriers' strike squadrons. They started their attacks that day.

U-boat Campaign - "U-1169" went down off the southeast coast of Ireland in a deep-laid minefield in St George's Channel.

End of the German Surface Fleet - When Germany surrendered, only three cruisers survived. Of these "Prinz Eugen" was used in A-bomb trials in the Pacific and "Leipzig" scuttled in the North Sea in 1946 loaded with poison gas munitions.

Okinawa, Ryukyu Islands - Japanese launched the first of 10 'kikusui' (floating chrysanthemum) mass kamikaze attacks which carried on until June. US losses in men and ships sunk and damaged were severe. On the 6th, British carrier Illustrious was hit. Damage was slight and she continued in service.

Bombe atomique - Late on the 29th after delivering atomic bomb components to Tinian, US cruiser "INDIANAPOLIS" was sunk by a Japanese submarine in the Philippine Sea.

6th - B-29 Superfortress "Enola Gay", flying from Tinian dropped the first atomic bomb on Hiroshima. The equivalent of 20,000 tons of TNT killed 80,000 people.

9th - The second A-bomb was detonated over Nagasaki and over 40,000 people died.


Voir la vidéo: Väljaõpe - Tartu maleva linnalahingu õppus (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Enzo

    Il y a bien sûr quelques beaux moments, mais je m'attendais à plus !!!

  2. Rocky

    C'est vrai! L'idée de ?? a bon, je suis d'accord avec vous.

  3. Bao

    Merci beaucoup! Il y a quand même une raison de s'amuser... Avec votre permission, je le prends.

  4. Gringolet

    Quel succès!

  5. Sancho

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je suis assuré. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message